Le Scandale Modigliani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Scandale Modigliani est le premier roman de Ken Follett publié en 1976.

Résumé[modifier | modifier le code]

Dee est en vacances à Paris avec son ami. Elle va faire une thèse à la rentrée sur l’art et profite de ses vacances pour apprendre que Modigliani aurait donné un de ses tableau de jeunesse, lorsqu’il était inconnu et pauvre à un homme d’église avec qui il était amie. Elle décide alors de retrouver ce tableau, car non seulement c’est un défi mais en plus si elle y réussit elle pourra s’en servir pour sa thèse.

Elle part donc sur les traces du tableau en Italie, dans le village du peintre. Elle envoie une carte postale à son oncle qui est aussi marchant d’art. Ce dernier envoi alors sur place un détective privée pour retrouver le tableau car il a peur que si sa nièce ne le retrouve elle n’essaye pas de le monnayer mais le mette dans un musée.

Un autre marchand d’art entend parer de ce tableau et décide de partir à sa recherche pour sauver sa galerie de la faillite. Il a en effet décidé de se lancer mais n’a pas assez de capitaux pour exposer des toiles suffisamment prestigieuses de manière à attirer les acheteurs lors de l’ouverture. Sa femme et son beau-père sont riche mais ils refusent de l’aider. Néanmoins il oblige sa femme a lui avancer suffisamment d’argent pour partir sur les traces de ce tableau. Il l’a en effet surpris dans les bras de deux hommes et a donc un moyen de pression sur elle.

Dee fait le tour des églises de la ville ou vivait le peintre mais ne découvre aucun tableau digne d’intérêt. C’est alors qu’elle se souviens que Modigliani était juif et qu’il faut plus s’adresser aux rabbins. Elle apprend alors que le rabbin de l’époque s’est retiré dans un petit village et s’y rend. Elle se rend alors compte qu’elle est suivie, il faut dire que vu la taille du village les étrangers ne passent pas inaperçu. Son ami a le réflexe d’envoyer ses poursuivants sur de fausse piste et pendant ce temps ils ont le temps d’interroger les habitants. Ils apprennent alors qu’à l’époque les juifs étaient cachés par l’auberge du village et en s’y rendant ils découvrent le tableau qu’ils peuvent acheter pour quelques euros. Son ami a alors une idée géniale : vendre le tableau aux poursuivants et proposer de le leur livrer quelques semaines plus tard directement à Londres dans leur galerie. Cela leur laisse le temps de faire réaliser une copie parfaite par un de leur ami. Ils empochent donc l’argent tout en gardant le tableau, et surtout en évitant que leur poursuivants n’essaient de leur voler le tableau dans les quelques semaines qu’il leur faut pour le mettre à l’abri.