Sartine (frégate)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Le Sartine)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant Marseille image illustrant un bateau ou un navire
Cet article est une ébauche concernant Marseille et un bateau ou un navire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) ; pour plus d’indications, visitez le projet Marseille.

Le Sartine est un navire de commerce de 1775 à 1778, puis un navire de guerre français jusqu'en 1780.

Le navire porte le nom du secrétaire d'État à la Marine de Louis XVI, Antoine de Sartine (17291801).

D'abord navire marchand pour le commerce avec les Indes, armé de 12 canons de 12 livres, il est transformé en frégate et participe aux combats contre les Britanniques au large de Pondichéry (Indes).

Il est utilisé en 1780 pour ramener des Indes en France des prisonniers français libérés sous parole par les Anglais.

Le , au large du Cap Saint-Vincent, il reçoit par erreur (les pavillons d'entente le protégeant n'étant pas correctement hissés) deux bordées du vaisseau britannique HMS Romney (de 50 canons), l'endommageant et tuant son capitaine (le capitaine Dallés). Il arrive finalement devant Marseille le , mais le second échoue la frégate à l'entrée du port. D'après les mémoires de Barras, c'est Georges-René Pléville Le Pelley, commandant du port et de la marine de Marseille, qui dégage le port en treuillant à quai la frégate[Note 1].

Le nom du bateau est la base d'une des origines avancées pour l'expression marseillaise C'est la sardine qui a bouché le port de Marseille.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages anciens[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Paul Barras, Mémoires de Barras, membre du Directoire : Ancien régime-Révolution, vol. I, Paris, Hachette, 1895-1896, 464 p. (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « mai 1780 : Dès que notre vaisseau fut réparé, nous quittâmes Cadix et prîmes la direction de Marseille. Nous échouâmes à l'entrée du port par la maladresse d'un remplaçant du capitaine Dallés, tué sous le cap Saint-Vincent. M. de Pléville, commandant du port et de la marine, plein d'activité, quoiqu'il eût une jambe de bois, parvint par des manœuvres qui lui étaient familières, à remorquer notre vaisseau sur le quai. (in Mémoires de Barras, membre du Directoire : Ancien régime-Révolution, p. 24-25) »

Références[modifier | modifier le code]