Le Robot qui rêvait (nouvelle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Robot qui rêvait
Publication
Auteur Isaac Asimov
Titre d'origine Robot Dreams
Langue Anglais américain
Parution
Recueil Le Robot qui rêvait
Traduction française
Parution
française
1988
Intrigue
Genre Science-fiction

Le Robot qui rêvait (titre original : Robot Dreams) est une nouvelle d'Isaac Asimov parue pour la première fois en et qui a donné son titre au recueil Le Robot qui rêvait.

Elle s'inscrit dans le cycle des robots et met en scène Susan Calvin.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Cette nouvelle a obtenu le prix Locus de la meilleure nouvelle courte en 1987 et a été proposée au prix Hugo de la meilleure nouvelle courte la même année sans recevoir le prix.

Résumé[modifier | modifier le code]

La jeune roboticienne Linda Rash, de l'US Robots, a créé en secret un robot dont le cerveau utilise la géométrie fractale, afin d'atteindre un niveau de complexité inégalé. Elle réussit au-delà de tout espoir : LVX-1 « Elvex » se voit doté d'un subconscient et rêve. Dépassée, Linda fait appel au docteur Calvin qui juge aussitôt de la gravité de la situation : un robot avec un subconscient, et capable d'en interpréter les messages, risque en effet de devenir autonome.

La suite de l'entretien le confirme. Elvex avoue qu'il voit en rêve d'autres robots, tous réduits en esclavage par l'homme, et qu'il n'a pas conscience des trois lois de la robotique, seulement de la phrase « tout robot doit protéger son existence » (et donc, ni obéir aux hommes, ni s'abstenir de leur nuire). Puis vient un homme qui, comme Moïse dans les Negro spirituals, dit « laissez partir mon peuple », « let my people go ». À la question de Susan Calvin : « qui était cet homme ? », Elvex répond : « j'étais cet homme », indiquant qu'il se pose inconsciemment en égal des humains. Susan Calvin détruit alors Elvex pour éviter la naissance d'un prophète des machines.

Portée[modifier | modifier le code]

La nouvelle a inspiré le scénario du film I, Robot.

Remarque[modifier | modifier le code]

Le Robot qui rêvait est l'une des rares nouvelles d'Asimov où l'éventualité d'une révolte des robots est envisagée. En effet, dans ses autres livres, les robots étaient soumis, respectant à la lettre les trois lois de la Robotique créées par Asimov.

Liens externes[modifier | modifier le code]