Le Rapport de Brodeck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le roman. Pour la bande dessinée, voir Le Rapport de Brodeck (bande dessinée).
image illustrant un livre
Cet article est une ébauche concernant un livre.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Le Rapport de Brodeck
Auteur Philippe Claudel
Pays France
Genre Roman
Éditeur Éditions Stock
Le Livre de poche
Couverture Roger Toulouse (Poche)
Nombre de pages 416 p. (Stock)
375 p. (Poche)
ISBN 9782234057739

Le Rapport de Brodeck est un roman de Philippe Claudel paru en 2007. Il reçoit la même année le prix Goncourt des lycéens.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le personnage principal, Brodeck, revient dans son village après avoir été déporté dans un camp. Les thèmes du crime, de la lâcheté, de la mauvaise conscience et de la xénophobie sont abordés[réf. souhaitée].

Le Rapport de Brodeck est une sorte de parabole, de fable[réf. nécessaire]. L’action se déroule dans un village de montagne, possiblement située près de la frontière allemande. Le narrateur, Brodeck, est chargé de rédiger un rapport sur la mort d'un étranger, der Anderer (« l’autre »), qui séjournait dans le village. Son exécution par tous les hommes du village, excepté Brodeck, est appelée l’Ereigniës. L’Anderer, par son comportement et ses desseins, est un miroir de ce qu’ils sont vraiment, au-delà des apparences et des statuts sociaux. Il leur renvoie leur lâcheté et leurs trahisons, leurs compromissions avec l'occupant de la guerre passée et cela, ils ne peuvent pas l'accepter.

Brodeck lui-même a, pendant la guerre, été déporté dans un camp de concentration en raison de son origine. Les gens du village l’ont eux-mêmes désigné pour « acheter leur tranquillité » avec l’occupant. Pour avoir voulu défendre trois jeunes filles que les notables du village voulaient livrer à l’occupant, Emélia, la femme de Brodeck est violentée une nuit et perd la raison.

Le récit que fait Brodeck, par petites touches, de sa déportation, suit le canevas des récits des déportés[réf. nécessaire], même violence, même mépris de la vie et des déportés, même retour au pays plus mort que vif devant les habitants médusés et gênés.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Adaptation[modifier | modifier le code]

Manu Larcenet adapte le roman en bande dessinée aux éditions Dargaud. Le premier tome, L’Autre, paraît le [4], suivi du second, L’Indicible, le .

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel, Prix Goncourt des lycéens 2007 », sur Ministère français de l'éducation nationale de l'enseignement supérieur et de la recherche,‎ (consulté le 29 avril 2015)
  2. « Rawi Hage et Philippe Claudel : Lauréats du Prix des libraires du Québec 2008 », sur Ville de Montréal,‎ (consulté le 29 avril 2015)
  3. « Précédents lauréats », sur Prix des lecteurs Le Livre de poche (consulté le 29 avril 2015)
  4. Date de parution du Rapport de Brodeck par Manu Larcenet

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]