Aller au contenu

Le Rêve de l'aborigène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Rêve de l'aborigène
Genre musique du monde, didgeridoo, guimbarde, chant diphonique, danse traditionnelle
Lieu Domaine de Soulièvres, Airvault, Deux-Sèvres
Coordonnées 46° 49′ 40″ nord, 0° 09′ 20″ ouest
Période Fin juillet
Scènes 3
Date de création 2002
Fondateurs Freddy Berthonneau
Structure-mère Association Le Rêve de l'aborigène
Direction artistique Simon Gaudier
Site web https://www.lerevedelaborigene.org/fr
Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres
(Voir situation sur carte : Deux-Sèvres)
Le Rêve de l'aborigène
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
(Voir situation sur carte : Nouvelle-Aquitaine)
Le Rêve de l'aborigène
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Le Rêve de l'aborigène

Le Rêve de l'aborigène est un festival de musique traditionnelle dédié aux peuples racines. Il a lieu chaque année à Airvault, dans le département des Deux-Sèvres, en France, depuis 2002.

Description[modifier | modifier le code]

Le festival Rêve de l’Aborigène est un événement annuel qui se déroule à Airvault, en France. Organisé par une association locale : Le Rêve de l’Aborigène, il est consacré aux musiques traditionnelles et aux cultures des peuples autochtones. Chaque fin juillet, le didgeridoo, la guimbarde et le chant diphonique y sont à l'honneur. Sur une étendue de verdure de quinze hectares, les peuples premiers sont les sujets d'expositions et d'ateliers. Des artistes, venus du monde entier et des associations humanitaires participent à ce festival[1],[2],[3].

Chaque année, la programmation et l'organisation du festival sont assurées par une équipe de cinquante membres de l'association Le Rêve de l’Aborigène. En juillet, 350 bénévoles contribuent au bon déroulement de l'événement estival[4]. Celui-ci est assuré sans alcool, en solidarité avec les peuples aborigènes victimes de l'alcoolisme[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier festival Rêve de l’Aborigène a lieu en 2002, fin juillet, dans la plaine de Soulièvres, à Airvault, en France. Il est le fruit d'une initiative de l'association locale Le Rêve de l’Aborigène[2] et de l'association parisienne Vent du Rêve. En 2012, il fête sa 10e édition[5].

La dix-neuvième édition, initialement prévue du 24 au , est annulée en avril par le comité d'organisation du festival, en raison de la pandémie de coronavirus[6].

Fréquentation[modifier | modifier le code]

De 1 500 festivaliers, à ses débuts, en 2002, l'événement a grandi jusqu'à réunir, dans les années 2010, environ 6 000 personnes, chacun des trois jours que dure le festival[2],[7],[8].

Influence du festival[modifier | modifier le code]

Impact économique[modifier | modifier le code]

Durant toute la période du festival Rêve de l’Aborigène, la population de la commune d'Airvault — environ 3 000 habitants — triple. Les chiffres de fréquentation de l'office de tourisme airvaudais attestent de l'augmentation de l'activité touristique locale, engendrée par la tenue, sur son territoire, de la manifestation musicale[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Le rêve de l'Aborigène à Airvault », sur Routard.com, (consulté le ).
  2. a b et c « Le 17e Rêve de l’Aborigène débute aujourd’hui », La Nouvelle République, (consulté le ).
  3. EG, « Page spéciale “Le Rêve de l'Aborigène” à Airvault ce soir à 19h », sur France 3 (Nouvelle-Aquitaine), (consulté le ).
  4. « Airvault. Le festival "Le Rêve de l'aborigène" fait toujours le plein », sur La Nouvelle République, (consulté le ).
  5. « Airvault Freddy Berthonneau évoque le festival « Le rêve de l'Aborigène » », sur Le courrier de l'ouest, (consulté le ).
  6. Confinement. À Airvault, le festival "Le Rêve de l’Aborigène" 2020 est annulé, sur Ouest France, 22 avril 2020 (consulté le 23 avril 2020).
  7. « Le Rêve de l'aborigène victime de son succès », sur La Nouvelle République, (consulté le ).
  8. « Airvault Les chevaux ont incarné le Rêve de l'Aborigène », Le Courrier de l'Ouest, (consulté le ).
  9. « Le festival du rêve de l'aborigène, une aubaine touristique », sur La Nouvelle République, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]