Le Quatrième Mur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Quatrième Mur
Auteur Sorj Chalandon
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman
Éditeur Grasset
Collection Littérature française
Date de parution
ISBN 978-2246808718
Chronologie

Le Quatrième Mur est un roman de Sorj Chalandon paru le aux éditions Grasset. Le roman obtient le prix Goncourt des lycéens cette même année.

Historique[modifier | modifier le code]

Sorj Chalandon fut reporter de guerre. Néanmoins, selon son auteur, ce roman ne met pas en scène sa propre expérience du terrain, de la guerre depuis quarante ans mais celle d’un double littéraire, Georges, qu'il « envoie exprès au plus loin de ce qu’il aurait pu devenir »[1]. Il a précisé à Georgia Makhlouf qu'il avait couvert la guerre du Liban de 1981 à 1987, et qu'il avait été particulièrement traumatisé par sa visite des camps de Sabra et Chatila lors du massacre de 1982[2]. C'est pour exprimer la douleur qu'il a ressentie personnellement qu'il a transposé cet événement dans un roman, alors qu'il n'avait pas pu le faire en tant que journaliste[3].

Le roman est retenu dans les premières listes de quinze livres en lice pour le prix Goncourt[4]. Il remporte le 14 novembre 2013 le prix Goncourt des lycéens[5] ainsi que le prix des libraires du Québec 2014 notamment.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le Quatrième mur raconte l'histoire d'un dénommé Georges, double littéraire de l'auteur, metteur en scène amateur à ses heures perdues, mais surtout éternel étudiant à la Sorbonne, et depuis longtemps militant dans l’extrême gauche, notamment pour la défense des Palestiniens. Un Georges des années 1980, connaissant seulement la révolte et non la guerre. Un Georges qui s’envole pour la première fois en direction du Liban et surtout de la guerre qui y fait rage, dans l’unique but de tenir une promesse faite à son ami Sam, Samuel Akounis, un pacifiste Grec de Salonique, juif dont la famille a péri à Birkenau, et réfugié à Paris lors de la dictature des colonels. Sam est un véritable metteur en scène au théâtre qui s'est retrouvé hospitalisé à cause d'un cancer en phase terminale. Georges constitue alors son unique « famille » restante. Sam lui demande d'accomplir à sa place son dernier projet, l'utopique tâche de monter Antigone, la pièce de Jean Anouilh, dans Beyrouth en guerre. L'idée est de rassembler des acteurs issus des différentes factions politiques et religieuses impliquées dans le conflit pour jouer la pièce sur une scène de fortune lors d'un « répit » de deux heures, en guise de témoignage de bonne volonté. Une manière de « donner à des adversaires une chance de se parler [...] en travaillant ensemble autour d’un projet commun »[6]. Ainsi, Antigone[7] sera palestinienne et sunnite, Hémon, un Druze du Chouf, Créon, roi de Thèbes et père d'Hémon, un Maronite de Gemmayzé, le reste de la distribution étant composée de Chiites, d'une Chaldéenne, et d'une catholique arménienne[8]. Georges sera « le chœur », il portera la kippa pour figurer le juif.[9]

Portée de l'œuvre et réception critique[modifier | modifier le code]

Le Quatrième mur est considéré comme un roman qui propose une réflexion sur la guerre en général, et sur le mécanisme universel qui pousse l'individu à entrer en guerre[10]. L'œuvre montre également au lecteur l'enfermement d'un personnage dans une guerre qui le fascine et ainsi ce roman traite également des conséquences psychologiques de la guerre sur l'individu (George ne parviendra pas à reprendre une vie normale après être rentré du Liban, les préoccupations des hommes en paix étant banales et ridicules par rapport aux préoccupations des hommes en guerre, face à l'imminence de la mort)[2].

Le livre est considéré comme une œuvre sur l'utopie et la fraternité « magnifique et désespéré(e)[11] ». Selon Mohammed Aïssaoui, ce roman nous aide à comprendre le Moyen-Orient, mieux que ne le feraient les meilleurs essais[8]. David Fontaine apprécie particulièrement le parallèle qui est fait entre le conflit tragique d'Antigone et la guerre civile qui oppose des factions irréconciliables[12]. Pour Charlotte Pons, ce roman « est d'une puissance telle qu'il nous fait sentir la tension, l'horreur, l'absurdité, en des scènes d'une force visuelle rare »[13]. Anna Żurawska rapproche ce livre de deux autres romans portant sur « le conflit au Liban en accentuant la dévastation psychologique de leurs personnages »: Visage retrouvé[14] de Wajdi Mouawad, et De Niro’s Game[15] de Rawi Hage[10]. On peut aussi citer également Les Désorientés d'Amin Maalouf.

Explication du titre[modifier | modifier le code]

Le «  quatrième mur » est un terme qui désigne, au théâtre, le « mur » invisible que construit inconsciemment l'acteur qui joue entre la scène et le public, et qui le protège. Il maintient l'illusion théâtrale, et l'acteur brise ainsi le quatrième mur et l'illusion théâtrale lorsqu'il s'adresse au public.

Dans le roman de Sorj Chalandon, le personnage, Georges, s'enferme peu à peu dans la guerre (il n'arrivera pas à sortir de la guerre et à reprendre sa vie en paix), il est fasciné par elle (d'où une description parfois poétique des horreurs de la guerre). Le personnage se construit lui-même son quatrième mur, qui le protège de la peur et de la mort tout en l'enfermant dans sa folie. Ce n'est qu'à la fin du roman que George parviendra à briser le quatrième mur et ainsi se soustraire à l'enfermement de la guerre, par le seul moyen possible : la mort.

Selon l'auteur, le titre du livre est également une façon d'annoncer l'impossibilité de ce projet de pièce de théâtre en pleine guerre. Ainsi, il déclare : « En écrivant, j'avais envie que ça marche, que la représentation ait lieu, mais je me suis aperçu que ce n'était pas possible »[2].

Références culturelles[modifier | modifier le code]

En plus de l'Antigone de Jean Anouilh, qui occupe un rôle central dans l'intrigue, le roman fait également référence à la pièce de Sophocle, ainsi qu'à celle de Brecht.

De très nombreuses autres références culturelles émaillent le récit, notamment:

Adaptations[modifier | modifier le code]

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

Le roman a été adapté en bande dessinée par Éric Corbeyran (scénario) et Horne Perreard (dessins). Cet ouvrage est paru le 19 octobre 2016 aux Éditions Marabout[20],[21]. Nicolas Ancion n'est pas convaincu par cette adaptation qui, selon lui, manque de vie et de clarté dans le propos[22]. À l'inverse, Florence Morel apprécie l'atmosphère créée par le dessin à l'encre en noir et blanc, ainsi que la fidélité du scénario, qui incite à la réflexion[23]. Cet avis est partagé par Éric Libiot, qui trouve cet album « tout en retenue [...] simple, fort et modeste»[24].

Adaptations théâtrales[modifier | modifier le code]

De nombreuses adaptations scéniques ont été inspirées par la construction dramaturgique « en abyme » de ce roman, où Georges devient lui-même le héros d'une tragédie:

  • La Compagnie des Asphodèles a créé 2016 une adaptation du roman, présentée entre autres au festival Off d'Avignon[25]. Cette mise en scène constitue le deuxième volet d'une trilogie intitulée Les Irrévérencieux[26]. La pièce mêle commedia dell’arte, chorégraphie hip hop, et beat box. Invité à l’avant-première, Sorj Chalandon a estimé que ses personnages étaient fidèlement transposés dans leur représentation scénique.
  • Lors du deuxième festival Méphistofolies à Garrevaques, le 13 août 2016, la Compagnie Mise en Œuvre a créé une adaptation de Gilles Guérin et Florian Albin[27].
  • Le Collectif Les Sans Lendemain [28]a adapté au théâtre le roman. Dans cette mise en scène de Valentine Roy, la viole de gambe incarne Beyrouth et les méandres de la guerre. L’adaptation, signée par Lionel Cohen et Valentine Roy, suit le roman au plus près. Cette création collective a été présentée pour la première fois à Paris en Décembre 2016. L'adaptation du roman "Le Quatrième Mur" par le Collectif Les Sans Lendemain a été représentée une quinzaine de fois à Paris entre 2016 et 2018[29],[30]L'auteur Sorj Chalandon a partagé un bord de plateau[31] avec le Collectif Les Sans Lendemain à l'issue d'une représentation pour lycéens au Théâtre 95 de Cergy-Pontoise en Janvier 2017.
  • Arnaud Stephan a également adapté le roman pour un projet monté en 2016[32], qui comprenait plusieurs étapes, dont une résidence de recherche à Beyrouth, des lectures publiques de l'adaptation, puis la création du spectacle à Rennes le 9 novembre 2016[33],[34],[35],[36],[37].
  • Le 11 janvier 2017, une mise en scène de Julien Bouffier a été créée à La Filature de Mulhouse[38]. Ce spectacle mêle la présence d'acteurs et d'un musicien sur le plateau à la projection de séquences vidéo tournées à Beyrouth. Georges est remplacé par un personnage féminin, dans le but de rendre encore plus sensible le dilemme entre les devoirs d'une mère et un engagement à tenir dans un pays en pleine guerre civile[39].
  • Au festival Off d'Avignon 2017, Julien Bleitrach s'est produit seul en scène dans une nouvelle adaptation, co-écrite avec Marc Baudin. L'intrigue est ramassée dans le récit de Georges visitant Sam à son retour du Liban. Il rejoue les scènes qu'il y a vécues, en prenant tour à tour le rôle des différents protagonistes[40],[41].
  • Antigone 82 est une adaptation d'Arlette Namiand, mise en scène par Jean-Paul Wenzel, et créée en octobre 2017 à Grenoble. Le « quatrième mur » est délibérément cassé par le dispositif scénique: les acteurs jouant le rôle du chœur sont mêlés au public sur des gradins dominant le plateau sur trois côtés, tandis qu'un écran vidéo occupe le fond de la salle[42].
  • La compagnie de théâtre La Dissidente organise également des lectures du roman, avec la participation de deux comédiens[43].

Éditions[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas Norrito (interviewer) et Sorj Chalandon, « Je vis avec la mort et la trahison en essayant de me garder de l’une et de l’autre. », sur cqfd-journal.org, (consulté le 7 décembre 2017)
  2. a b et c Georgia Makhlouf (intervieweuse) et Sorj Chalandon, « Sorj Chalandon dans le vertige de la guerre », L'Orient Littéraire, no 87,‎ (lire en ligne)
  3. Sorj Chalandon (réponses à une interview), « “Le quatrième mur”, tombeau de la guerre », sur mag2lyon.com, (consulté le 7 décembre 2017)
  4. « Prix Goncourt 2013 : la première sélection dévoilée », Télérama, (consulté le 14 novembre 2013)
  5. « Prix Goncourt des lycéens: "Le quatrième mur" de Sorj Chalandon », sur ladepeche.fr, (consulté le 7 décembre 2017)
  6. Le Quatrième mur, Chap. 11 Imane
  7. [« Antigone c’est la petite maigre qui est assise là-bas et qui ne dit rien », extrait du Prologue de la pièce, cité en épigraphe du roman] Ariane Carrère, Sophocle, Anouilh, Cocteau: Antigone et le mythe d'Œdipe, Hatier, coll. « Œuvres & thèmes », , 96 p. (ISBN 9782218972225, lire en ligne), p. 9
  8. a et b Mohammed Aïssaoui, « Le Quatrième Mur, Goncourt des lycéens », sur lefigaro.fr, (consulté le 6 décembre 2017)
  9. Agnès Fleury, Le Quatrième Mur de Sorj Chalandon, lePetitLittéraire.fr, , 38 p. (ISBN 9782806255228, lire en ligne), p. 5-19
  10. a et b Anna Żurawska, « L’ art – moyen de communication en temps de guerre ? Sorj Chalandon, Le quatrième mur », Synergies Pologne, no 12,‎ , p. 161-167 (lire en ligne [PDF]) :

    « Il importe peu que ce soit l’Europe occidentale dite civilisée, le Liban, le Rwanda prétendu sauvage, l’Arménie ou Srebrenica, tous les génocides se ressemblent par leur tragique, leur cruauté, mais surtout leur absurdité. »

  11. Gilles Heuré, « Le Quatrième Mur — Sorj Chalandon », Télérama no 3321, (consulté le 14 novembre 2013)
  12. [blog reproduisant critique de David Fontaine dans le Canard Enchaîné: « De l'usage de la tragédie en temps de guerre »] « Le Quatrième mur de Sorj Chalendon », sur cerclelecturejm.canalblog.com, (consulté le 7 décembre 2017)
  13. Charlotte Pons, « Sorj Chalandon, Prix Goncourt des lycéens pour "Le quatrième mur" », sur lepoint.fr, (consulté le 6 décembre 2017)
  14. « Visage retrouvé », sur actes-sud.fr (consulté le 7 décembre 2017)
  15. Mustapha Harzoune, « Rawi Hage, De Niro’s Game », hommes & migrations, no 1278 « Histoire des immigrations. Panorama régional, Volume 2 »,‎ , p. 268-269 (lire en ligne)
  16. Disponible sur YouTube Pie Jesu de Maurice Duruflé (extrait du Requiem) par Sofia Obregon (mezzo), Katarzyna Alemany (violoncelle) et Jorris Sauquet (orgue)
  17. [«Je ne sais plus pourquoi je meurs »] « Jean Anouilh, Antigone (extrait): Quinzième partie - Antigone, seule avec son garde » [PDF], sur mf-lettres.e-monsite.com (consulté le 8 décembre 2017)
  18. « Les Contemplations/« Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne » », sur fr.wikisource.org (consulté le 8 décembre 2017)
  19. « Prix Goncourt des lycéens: "Le quatrième mur" de Sorj Chalandon », sur tempsreel.nouvelobs.com, (consulté le 8 décembre 2017)
  20. Éric Corbeyran (scénariste), Horne Perreard (dessinateur) et Sorj Chalandon (romancier), Le Quatrième Mur, Marabout, coll. « Marabulles - Biopic et Roman Graphique », , 136 p. (ISBN 9782501114684, lire en ligne)
  21. « « Le Quatrième mur » de Sorj Chalandon : l’adaptation en bande-dessinée [extrait] », sur hachette.fr,
  22. Nicolas Ancion, « Le Quatrième mur : celui qui sépare l'idée de l'émotion », sur actualitte.com,
  23. Florence Morel, « Le Quatrième mur adapté en roman graphique », sur Culturebox, (consulté le 8 décembre 2017)
  24. Éric Libiot, « Le Quatrième Mur: planches brûlées à Beyrouth », sur lexpress.fr,
  25. Yvan Amar (interviewer), Samuel Camus (acteur) et Thierry Auzer (directeur du Théâtre des Asphodèles), « Danse des Mots - Festival d'Avignon : «Radeau de la Méduse» et «Le quatrième Mur» » [audio], sur rfi.fr, (consulté le 10 décembre 2017)
  26. [«... un triptyque composé d’une pièce de tréteau, d’un grand texte contemporainLe Quatrième Mur et d’une confrontation entre spectacle vivant et réseaux sociaux. »] Les Irrévérencieux - Volet 2: Le Quatrième Mur (dossier de présentation du spectacle), , 18 p. (lire en ligne [PDF])
  27. « Le quatrième mur », sur ciemiseenoeuvre.com (consulté le 10 décembre 2017)
  28. « Collectif Les Sans Lendemain », sur www.facebook.com (consulté le 9 octobre 2018)
  29. « « Le Quatrième Mur » : l’adaptation au théâtre du roman de Sorj Chalandon », Master MEGEN,‎ (lire en ligne)
  30. « Que-Faire-A-Paris », sur https://quefaire.paris.fr/36130/le-quatrieme-mur,
  31. Quatrième Mur, « Rencontre Collectif Les Sans Lendemain et Sorj CHALANDON », (consulté le 9 octobre 2018)
  32. « Le Quatrième Mur d'après Sorj Chalandon », sur indiscipline.info (consulté le 10 décembre 2017)
  33. « Mettre en Scène 2016: Le Quatrième Mur », sur wik-rennes.fr (consulté le 10 décembre 2017)
  34. Indiscipline, « Le Quatrième Mur - Épisode 1 (Paris/Beyrouth) » [vidéo], sur vimeo.com, (consulté le 10 décembre 2017)
  35. Indiscipline, « Le Quatrième Mur - Épisode 2 (le Ring/la Maison jaune) » [vidéo], sur vimeo.com, (consulté le 10 décembre 2017)
  36. Indiscipline, « Le Quatrième Mur - Épisode 3 (Palestine vivra/première répétition) » [vidéo], sur vimeo.com, (consulté le 10 décembre 2017)
  37. Indiscipline, « Le Quatrième Mur - Extraits 4 (Paris/Antigone) » [vidéo], sur vimeo.com, (consulté en 10décembre 2017)
  38. Évelyne Trân, « Le Quatrième Mur – Création Franco-Libanaise », sur theatreauvent.blog.lemonde.fr, (consulté le 9 décembre 2017)
  39. Sébastien Bozon, « Mulhouse: "Le Quatrième mur", le théâtre face à la barbarie », sur leparisien.fr, (consulté le 9 décembre 2017)
  40. Florian besson, « Avignon 2017 - « Le quatrième mur », voler deux heures à la guerre », sur nonfiction.fr, (consulté le 10 décembre 2017)
  41. « ● Avignon Off 2017 ● "Le Quatrième Mur", Julien Bleitrach questionne la place du théâtre en temps de guerre », sur larevueduspectacle.fr, (consulté le 10 décembre 2017)
  42. MC2: Grenoble, Antigone 82 (dossier pédagogique), 16 p. (lire en ligne [PDF])
  43. la Dissidente, Compagnie de Théâtre: Le Quatrième Mur, Sorj Chalandon, 8 p. (lire en ligne [PDF])
  44. Liste Goncourt et lauréats, site officiel de l'Académie Goncourt.
  45. « Le Prix « Liste Goncourt / Le Choix de l’Orient » 2013 attribué à Sorj Chalandon pour « Le quatrième mur » », sur auf.org, (consulté le 7 décembre 2017)
  46. Le Prix 2014, sur le site officiel
  47. Isabelle Beaulieu, « Les lauréats du Prix des libraires du Québec 2014 », sur revue.leslibraires.ca, (consulté le 7 décembre 2017)
  48. « Lauréat du prix des lecteurs - Escale du Livre 2014 », sur mediatheques.bordeaux-metropole.fr, (consulté le 7 décembre 2017)
  49. Lauréats 2015 du Prix des lecteurs du Livre de poche.