Le Puley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Puley
Le prieuré.
Le prieuré.
Blason de Le Puley
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Chalon-sur-Saône
Canton Blanzy
Intercommunalité Communauté de communes du Sud de la Côte chalonnaise
Maire
Mandat
Marie-France Virot
2014-2020
Code postal 71460
Code commune 71363
Démographie
Population
municipale
91 hab. (2014 en stagnation par rapport à 2009)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 40′ 45″ nord, 4° 33′ 52″ est
Altitude Min. 249 m
Max. 421 m
Superficie 5,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Puley

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Puley

Le Puley est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Privé Savianges Rose des vents
Saint-Micaud N Germagny
O    Le Puley    E
S
Genouilly Saint-Martin-du-Tartre

Histoire[modifier | modifier le code]

Le prieuré du Puley date du 12e siècle et son histoire est connue notamment grâce à la publication d'une notice historique sur les prieurés de Lancharre et du Puley téléchargeable sur le site de Gallica[1] - Société d'histoire et d'archéologie (Chalon-sur-Saône).

Se mélangeant à l'histoire du prieuré et du village, la présence des Ecorcheurs au Puley semble être attestée puisque ceux-ci s’emparèrent le 10 mars 1438 de Genouilly. Ces compagnies mettaient à sac les régions qu'elles traversaient.

Le Puley est aussi le lieu de la légende de Dame Huguette que Louis Chaumont, prêtre à Rimont, mit sur papier et fit éditer au début du 20e siècle sous le pseudonyme de Uloïs Tumachon. Cette légende raconte l'histoire d'un mariage voué à l'échec entre Huguette, fille de Hugues de Mondornon, régisseur des biens du prieuré du Puley, et et de Pétrarque du Blé, fils du baron d'Uxelles.

Le village est le lieu de naissance du sculpteur Maxime Descombin (1909 - 2003) connu pour le concept de sculpture sérielle. La présence d'une carrière n'y est certainement pas pour rien.

A ce titre il faut remarquer les maisons qui bordent la rue principale et qui sont toutes l'oeuvre des carriers et sculpteurs de pierre de ladite carrière.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 mars 2008 Roger Brenot   Maire
mars 2008 en cours Marie-France Virot sans Maire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2014, la commune comptait 91 habitants[Note 1], en stagnation par rapport à 2009 (Saône-et-Loire : +0,19 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
129 141 132 159 165 122 149 158 165
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
181 171 165 167 159 160 180 180 209
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
207 215 217 177 183 150 161 140 134
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
128 126 121 123 103 110 104 86 91
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Église Saint-Christophe du Puley.
  • Le prieuré Saint-Christophe, monument historique classé en 1973[6], du XIIe siècle, de type roman. Le monument, qui a subi la chute de son clocher en 1877, a été restauré de 1972 à 1984 à l'initiative de l'association de sauvegarde et valorisation du même nom, sous l'égide des chantiers Rempart[7]. Celle-ci réalise chaque été deux semaines de chantiers sur l'édifice.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Bouillot, Villages à sauvegarder : Le Puley, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 94 (été 1993), pp. 3-6.

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Gallica - », sur visualiseur.bnf.fr (consulté le 17 septembre 2017)
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  6. Notice no PA00113395, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « Le sauvetage de l'église du Puley », article de François Sermage paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 69 (printemps 1987), pages 2 à 4.
  8. (en) Margaret L. M.Young, Guillaume Des Autelz: a study of his life and works, Genève, E. Droz, 1961
  9. Ma Bibliothèque poétique, Jean Paul Barbier, Librairie Droz, 1973 sur Google Livres


Liens externes[modifier | modifier le code]