Le Progrès civique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le journal français « Le Progrès civique ». Pour les autres significations associées au mot Progrès civique, voir Progrès civique.

Le Progrès civique
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité hebdomadaire
Genre Presse nationale
Diffusion non précisée ex.
Fondateur Henri Dumay
Date de fondation 1919
Ville d’édition Paris

Propriétaire Société (anonyme) du Progrès civique, au capital de 4.600.000 francs
Directeur de publication Henri Dumay
Rédacteur en chef Henri Bellamy

Le Progrès civique est un journal hebdomadaire français de l'entre-deux guerres fondé par Henri Dumay en 1919. Le Progrès civique, « journal de perfectionnement social », se veut un « journal honnête pour les honnêtes gens ». Sa ligne éditoriale est éclectique et représentative de toutes les gauches, de la plus extrême à la plus modérée. Le Progrès civique a paru tous les samedis, de 1919 à 1939.

Histoire[modifier | modifier le code]

Action de la Société du Progrès Civique en date du 29 decembre 1925

Constitué en société anonyme, le Progrès civique a publié son premier numéro le 1er mai 1919. Le dernier a paru en 1939. Ses bureaux étaient installés à Paris, 5 rue du Dôme, (XVIe). C'est un journal indépendant, vraiment indépendant qui, selon sa direction : ne figure sur aucune liste ministérielle « de distribution de fonds secrets à la presse » ; qui ne reçoit de subvention d’aucun groupe politique, d’aucun syndicat patronal ou ouvrier ; qui ne sert les intérêts d’aucun particulier. Le Progrès civique a cependant recours à quelques annonceurs, « des maisons sérieuses », mais il ne publie de publicité financière à aucun prix. Ses collaborateurs ne bénéficient d’aucun permis de circulation gratuite en chemin de fer, et ne sauraient accepter d’exonération de droit d’entrée aux salles de spectacle. Le Progrès civique se veut aussi et surtout un « journal de perfectionnement social ». Pour l'un de ses rédacteurs, Régis Messac, « La première condition de ce perfectionnement social, c’est la critique de la société existante, de toutes les sociétés existantes, une critique sans merci. »[1]

Hubert Néant, présente le Progrès civique, comme un hebdomadaire de « tendance radicale et socialiste » (sic). Dans la première moitié des années 1920, dit-il, «  ses rédacteurs attaquent le Bloc national, pourfendent les mercantis et autre profiteurs de la guerre, défendent autant les anciens combattants que les consommateurs, blâment les opérations militaires en Syrie et au Maroc, prônent la recherche de la paix internationale, et soutiennent la SDN. Sans approuver le communisme, ils recommandent le dialogue avec la Russie soviétique […]. D’une façon générale, ils consacrent aux relations internationales et à l’économie mondiale des développements importants. » [[2]

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

  • Format : 29 x 20,5 cm
  • Pages : 32
  • Périodicité : hebdomadaire

Responsables éditoriaux[modifier | modifier le code]

Rédacteurs[modifier | modifier le code]

Le journal offre de bons dessins, et des articles réguliers de :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. le Progrès civique, journal de perfectionnement social, n° 405, 21 mai 1927, p. 760
  2. voir le site [1]