Le Primatice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Primaticcio (homonymie).
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (février 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section d'une biographie doit être recyclé. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)

Une réorganisation et une clarification du contenu est nécessaire. Discutez des points à améliorer en page de discussion.

Le Primatice
154 le vite, francesco primaticcio.jpg
Naissance
Décès
Nom de naissance
Francesco Primaticcio
Activité
peintre, architecte et sculpteur italien
Formation
Peintre du roi
Maître
Élève
Mécènes
Les rois de France de François Ier à Charles IX


Francesco Primaticcio, dit Le Primatice (né en 1504 Bologne, alors dans les États pontificaux et mort à Paris en 1570) est un peintre, architecte et sculpteur italien de la Renaissance tardive.

Biographie[modifier | modifier le code]

d'après Primatice, L'Enlèvement d'Hélène
Ulysse et Pénélope

Francesco Primaticcio est l'élève de Giulio Romano, avant de venir travailler, en 1532, au service de François Ier en France, où il est l'un des maîtres de la première École de Fontainebleau. Créateur génial aux multiples talents, il consacre l'essentiel de sa vie à servir par son œuvre la France et ses rois, de François Ier à Charles IX (dynastie des Valois).

Primatice part à 22 ans pour Mantoue, la cité de Frédéric II de Gonzague. Il y devient l’assistant de Giulio Romano, l’un des plus talentueux héritiers de Raphaël, au Palais Te.

En 1532, Primatice arrive comme substitut de Guilio Romano auprès de François Ier, à qui il présente les modèles de son maître pour la Tenture de Scipion l’Africain. Le roi de France envoie alors Primatice à Bruxelles superviser la transcription de ces petits patrons à l’échelle définitive. La destinée du peintre bolonais est dès lors liée à celle des derniers Valois.

Il retrouve à la cour de France un autre italien, Rosso Fiorentino, arrivé en 1530 sur la recommandation de l’Arétin. Fontainebleau est alors un centre artistique en pleine effervescence. Sous la direction du Florentin, une vaste équipe d’artistes œuvre à la décoration de la galerie François Ier, tandis que Primatice est chargé de celle des appartements royaux. La mort soudaine de Rosso en 1540 laisse le champ libre pour trente ans à Primatice. Rival autoritaire et affiché du Rosso, il supprime à sa mort, sous prétexte d'agrandissement ou de sa prédilection pour la sculpture en piédestal, nombre de ses œuvres décoratives.

Primatice est un des maîtres incontestés de l’École de Fontainebleau, le premier à mettre en scène la Cour. Il imagine fêtes et mascarades, multiplie les décors intérieurs (la Galerie Basse, l’Appartement des Bains, la chambre de la duchesse d'Étampes, le cabinet du roi, etc.) mais aussi dans le jardin du château de Fontainebleau (pavillon de Pomone, fontaine d'Hercule, grotte des Pins).

Le chantier de la galerie d’Ulysse s’ouvre dans les années 1540 et se poursuit au-delà de la mort de son concepteur, en 1570. Au cours de séjours réguliers en Italie, il fait venir des œuvres antiques ou leurs moulages et importe les dernières inventions du maniérisme italien.

Sous le règne d’Henri II, les réalisations se multiplient dans le domaine de la sculpture funéraire (tombeau des Guise, urne du cœur de François Ier…) ; à Fontainebleau, il dirige Nicolò dell’Abate, dans la décoration de la Salle de Bal.

Deux jours après la mort d'Henri II en 1559, Catherine de Médicis remercie Philibert Delorme, protégé de Diane de Poitiers, et confie les travaux au Primatice qui devient surintendant des maisons royales le 12 juillet 1559. Il consacre principalement ses dernières années au monument funéraire d’Henri II et à la rotonde des Valois à Saint-Denis.

Peintre du roi, à la fois dessinateur, sculpteur[1], architecte, Primatice fait évoluer l’art en introduisant en France le raffinement et le maniérisme italien, l'héroïsme épique (en référence permanente à la mythologie, dieux et héros) créant ainsi un style personnel, un style primaticien, dont l'influence va gagner toute l'Europe.

Beaucoup de ses décors et costumes ont disparu mais il reste une très grande collection de ses dessins préparatoires.

À sa mort, le 14 septembre 1570, Le Primatice est remplacé par Tristan de Rostaing sur le poste de surintendant des maisons royales.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Peintures[modifier | modifier le code]

La Décoration de l'Abbaye de Chaalis

En 1541, Hippolyte d'Este lui commande la réalisation de peintures pour les murs de sa chapelle. Ces fresques, achevées en 1544, ont longtemps été attribuées par erreur à Nicolò dell'Abbate.

Les dessins préparatoires sont conservés au Musée du Louvre. Cependant, un doute subsiste encore sur la part attribuée à la main du maître et à celles de ses assistants[7],[8].

Dessins préparatoires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Dessins du Primatice.
Décoration du château de Fontainebleau 
  • La Porte Dorée ornée en 1534 de deux scènes de l’Histoire d'Hercule, et de six scènes, dont plusieurs tirées de l’Iliade. Beaucoup des dessins préparatoires sont conservés au Musée du Louvre mais aussi dans d'autres musées[2].
  • Les Bains aménagés, en 1534, au rez-de-chaussée de l'aile qui porte aujourd'hui son nom, furent décorés de stucs, de grotesques et de fresques, dont certaines étaient dues au Primatice. Des dessins conservés au Musée du Louvre et aux Offices de Florence.
  • Le Cabinet du Roi (1543-1545), décoré à partir de dessins de Primatice, consistaient en représentation de Héros et de Vertus, associés par couple sur les portes des armoires. Deux tableaux de mêmes dimensions étaient accrochés l’un au-dessus de l’autre sur la cheminée : Le Maître de la Maison de Joseph faisant fouiller les bagages de ses frères et Les Cyclopes fabriquant les armes des amours dans la forge de Vulcain[2],[9]. Devenu grand cabinet en 1737, la pièce est aujourd'hui décorée dans le style Louis XV. Il nous reste les études préparatoire du Primatice[2] conservées au Louvre.
  • Le Plafond du Cabinet du Roi qui a été modifié au fil du temps en fonction de l’agrandissement de la pièce, a toujours été un plafond à caisson. Les remaniements n’ont pas empêché que, de réfection en réfection, l’iconographie du décor de la pièce ait été maintenue. L’actuel plafond peint par François Boucher en 1751 reprend la découpe et le sujet d’une composition de Primatice, datant de 1561 connue par deux dessins (La Course des chars du Soleil et de la Lune)[2].
  • La Galerie d'Ulysse (1545-1546) comportait près de 58 tableaux connus aujourd'hui par les dessins préparatoires du Primatice conservés principalement au Musée du Louvre[2], mais aussi dans d'autres musées. Elle se trouvait dans l'aile sud du château, surélevée d'un étage vers 1545-1546. Elle est devenue aujourd'hui, l'aile Louis XV.
La Ronde des heures
Pour la Galerie d'Ulysse
Städel, Francfort-sur-le-Main
La Salle de bal à Fontainebleau
  • La Salle de bal à Fontainebleau (1552-1556) dont la construction débuta sous François Ier, et fut achevée sous Henri II. Encore conservée de nos jours, elle consiste en une double loggia au premier étage entre la porte Dorée et la chapelle Saint-Saturnin. Elle a été peinte par Nicolò dell'Abate, sur des dessins du Primatice. Son programme iconographique, encore incomplètement expliqué, exalte l’Amour, l’Harmonie et la Concorde[2].
Mascarade Persepolis
Musée du Louvre
  • La Chambre de la duchesse d'Étampes (peu avant 1570) est décorée par La Mascarade de Persépolis dont le dessin est conservé au musée du Louvre.
  • La Chambre du Roi (1570[2] nouvellement décorée sous Charles IX, par Primatice qui en avait conçu le décor sous François Ier. Il fit de nouveaux dessins pour les grandes peintures représentant des sujets tirés non plus de l’histoire de Proserpine mais de l’Iliade et, en 1570, Nicolò dell’Abate fut payé pour leur réalisation. L’ancien décor fut pour le reste conservé. Les dessins préparatoires sont conservés au Musée du Louvre et au British Museum de Londres.

On retrouve également des dessins de statues, de Muses, de costumes pour les mascarades.

Dessins pour le Château d’Anet (1547-1553)

Aucun document n’atteste que Primatice a travaillé pour le château d’Anet, construit par Philibert Delorme pour la favorite d’Henri II, Diane de Poitiers. Mais un de ses dessins, annoté a annet (Phèdre et Hippolyte), est sans doute un projet pour les vitraux commandés au maître verrier Nicolas Beaurain en 1548. Une description de ceux-ci, écrite au XVIIIe siècle par un visiteur anonyme, mentionne la représentation de sujets rares, tels que la mort de Chioné, dont il existe – ce n’est sans doute pas un hasard – des dessins par Primatice. À Anet, le style de Primatice était également visible dans les anges porteurs de instruments de la Passion sculptés en bas-reliefs à la voûte de la chapelle (in situ) et dans le groupe de la Diane chasseresse qui surmontait l’une des fontaines (aujourd’hui au Louvre)[2].

Les émaux des douze apôtres pour François Ier et Henri II, 1546-1547[2].

En juillet 1547, peu après la mort de François Ier, le peintre Léonard Limosin livra à Saint-Germain-en-Laye douze apôtres peints en émail d’après des cartons en couleur de Michel Rochetel eux-mêmes faits d’après des dessins de Primatice (Étude de drapé pour saint Paul et Étude de drapé pour saint Thomas). Selon les souhaits de François Ier, dont les plaques émaillées portent le « F », ces douze apôtres auraient dû orner les douze pilastres de la chapelle Saint-Saturnin du château de Fontainebleau[10]. Le nouveau roi, Henri II, en décida autrement et les fit placer dès 1552 dans des boiseries la chapelle du château d'Anet. Ils sont aujourd’hui au musée des beaux-arts de Chartres. Leurs cartons servirent pour la réalisation d’une seconde série non plus au chiffre de François Ier mais à celui de Henri II

  • Étude de drapé pour saint Paul, sanguine, rehauts de blanc (oxydés), musée du Louvre
  • Étude de drapé pour saint Thomas, sanguine, rehauts de blanc (oxydés), musée du Louvre
Le Tombeau de Claude de Lorraine, duc de Guise, et d’Antoinette de Bourbon-Vendôme

Veuve de Claude de Lorraine, Antoinette de Bourbon-Vendôme fit élever dans l’église collégiale Saint-Laurent de Joinville un monument funéraire pour sous époux (décédé en 1550) et elle-même. Les dessins de l’ensemble et du détail des bas-reliefs furent fournis par Primatice. Les paiements aux sculpteurs Dominique Florentin et Jean Picart, dit Le Roux, deux collaborateurs réguliers de Primatice, datent de 1552. L’ensemble a été démembré en 1792 mais l’aspect ancien du monument est connu par un dessin fait à la demande de l’érudit François-Roger Gaignères[2].

L'Hôtel de Guise à Paris

Ce bâtiment est aujourd’hui pris dans l’ensemble des bâtiments des Archives nationales. Primatice a eu la responsabilité des peintures des étuves et de celles de la chapelle dont il a remanié le gros-œuvre. Il confie la réalisation de ces dernières à partir de ses dessins à Nicolò dell'Abate qui ne commença d’y travailler qu’en janvier 1556. Ce décor a été détruit après 1803[2].

Thèmes particuliers traités[modifier | modifier le code]

L’Histoire de Cadmus, vers 1541-1544[modifier | modifier le code]

Dix dessins et estampes témoignent du fait que Primatice a imaginé un cycle de l’histoire du fils du roi Agénor de Tyr, Cadmus, qui partit à la recherche de sa sœur, Europe, enlevé par Jupiter, et qui, lors de ses pérégrinations, fonda la ville de Thèbes en Béotie et épousa Harmonie, la fille de Mars et de Vénus. Le style de ce cycle, dont on a imaginé qu’il pouvait orner une chambre au-dessus de la porte Dorée au château de Fontainebleau, est très proche de celui des compositions de la Chambre de la duchesse d’Étampes[2].

Les Métamorphoses d’Ovide (gravées en 1545)[modifier | modifier le code]

Des dessins illustrent différents passages des Métamorphoses d’Ovide. La destination de ces compositions, qui formaient un cycle, demeure inconnue. L’importance de l’architecture dans chacune des scènes a amené les spécialistes à envisager l’intervention ou l’influence d’un architecte, Serlio ou Vignole, mais on ne doit pas exclure une réalisation personnelle de Primatice[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carmelo Occhipinti, Primaticcio e l'arte di gettare le statue di bronzo. Il mito della 'seconda Roma' nella Francia del XVI secolo, Roma 2010
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n Dossier de presse de l'exposition L’Italie à la cour de France - Primatice, maître de Fontainebleau, 1504 -1570, Paris, musée du Louvre, 25 septembre 2004 - 3 janvier 2005 (les descriptions et compléments en sont repris quasi intégralement)
  3. Enlèvement d'Hélène, Bowes Museum
  4. La Ste Famille, peinture, Ermitage
  5. Autrefois attribué à Parmigianino, à Pontormo, à Bertoja ou à Tibaldi, mais mentionné dès 1606 dans une collection parisienne sous le nom de Primatice, cette peinture est un des très rares tableaux conservés de l’artiste.
  6. La Charité, Peinture, Masstricht
  7. Babelon 2006, p. ?
  8. « Description des fresques », sur Site du service pédagogique du domaine de Chaalis (consulté le 29 août 2010)
  9. Grâce à une nouvelle interprétation des Comptes des Bâtiments du roi, publiés en 1877-1880 par Léon de Laborde, la date des travaux de décoration du cabinet du Roi a pu être restreinte à une fourchette 1543-1545, contre 1541-1546 auparavant. Thomas Clouet, « Fontainebleau de 1541 à 1547. Pour une relecture des Comptes des Bâtiments du roi », dans Bulletin monumental, 2012, p. 206-207 (résumé)
  10. Thomas Clouet, « Fontainebleau de 1541 à 1547. Pour une relecture des Comptes des Bâtiments du roi », dans Bulletin monumental, 2012, p. 218-219 (résumé).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

154 le vite, francesco primaticcio.jpg
Giorgio Vasari cite le Primatice et décrit sa biographie dans Le Vite : page ?? - édition 1568

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :