Le Pont-de-Planches

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pont (toponyme).

Le Pont-de-Planches
Le Pont-de-Planches
La mairie.
Blason de Le Pont-de-Planches
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Canton Scey-sur-Saône-et-Saint-Albin
Intercommunalité Communauté de communes des Combes
Maire délégué Olivier Girard
2015-2020
Code postal 70130
Code commune 70418
Démographie
Population 202 hab. (2013)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 32′ 11″ nord, 5° 55′ 21″ est
Altitude Min. 212 m
Max. 263 m
Superficie 6,88 km2
Historique
Commune(s) d’intégration La Romaine
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 15.svg
Le Pont-de-Planches

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 15.svg
Le Pont-de-Planches

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Le Pont-de-Planches

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Le Pont-de-Planches

Le Pont-de-Planches est une ancienne commune française, située dans le département de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté, devenue, le , une commune déléguée de la commune nouvelle de La Romaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village appelé Planches était construit le long de la route, le pont lui fut rajouté quand il y eut une extension de la construction d’un pont construit sur la Romaine.

Communes limitrophes de Le Pont-de-Planches
Noidans-le-Ferroux
Vezet Le Pont-de-Planches Neuvelle-lès-la-Charité
Fretigney-et-Velloreille

Histoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

On a découvert entre le Pont-de-Planches et Neuvelle, des fondations qui attestent que ce lieu a été habité. Deux bustes en bronze ont été trouvés sous les décombres ; près de là passait la voie romaine de l’Ognon et de la Saône.

Les habitants furent affranchis le 10 septembre 1436 par Jean et Antoine Oiselay, moyennant la cence annuelle de 60 écus d’or (soit 90 frs ancienne moyenne monnaie de Bourgogne en 1664).

En 1569, incendie complet du village par des soldats du duc des Deux-Ponts.

Au cœur du village, une église construite en 1901 par un don de madame la comtesse de Saint-Faron née Lefort de Letondor, en mémoire de son époux[1].

Deux lavoirs sont encore visibles dans le village, l’un sur la route de Vezet l’autre sur la route de Neuvelle.

Au centre du village une belle fontaine ronde avec sa colonne centrale cannelée entièrement en fonte et sortie des fonderies de la Romaine en 1861.

La Romaine : en 1310, les moines de l'abbaye de la Charité établirent un fourneau sur la Romaine, qui lui a donné son nom. En 1327, Guillaume d’Arguel leur donna l’autorisation d’extraire le minerai de fer dans le bois de Bellevaivre ; la forge aurait été fondée en 1333. Elle disparaît en 1760.

Le fourneau produisait 400 tonnes de fonte en 1788 et s’éteint définitivement qu’en 1872.

Deux cubilots de seconde fusion qui lui avait été adjoint dès 1830 lui survécurent et furent abandonnés seulement en 1936. Il subsiste quelques bâtiments.

La Romaine serait le premier établissement métallurgique de la Haute-Saône.

Les communes de Greucourt, Le Pont-de-Planches et Vezet se sont regroupées pour former le la commune nouvelle de La Romaine (Haute-Saône)[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

Elle faisait partie depuis 1793 du Canton de Fresne-Saint-Mamès[3]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune était rattachée depuis 2015 au canton de Scey-sur-Saône-et-Saint-Albin.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre depuis 2008 de la Communauté de communes des Combes, créée le . La Romaine en est désormais membre.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1936 1938 Joseph de Boutement   mort en fonctions dans un accident de voiture.
1938 1945 Paul Moine    
1945 1977 Henry Mourlon    
1977 mars 1995 Roland Tribillon    
mars 1995 décembre 2015[4] Roger Relange[5]   Maire de La Romaine (2015 → )
Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
16 décembre 2015[4] En cours
(au 26/4/2016)
Olivier Girard   Premier maire adjoint (2014 → 2015)

Jumelages[modifier | modifier le code]

Le Pont-de-Planches est jumelée avec Cassiglio, Italie, depuis 1992.

Démographie[modifier | modifier le code]


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 202 habitants, en diminution de -10,22 % par rapport à 2008 (Haute-Saône : -0,36 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
280379406332490457443488471
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
415450446410409453536498482
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
404426430350343341297182175
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2013
185153135145132169219209202
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église et le monument aux morts.
  • L'église.
  • Le monument aux morts.
  • Une belle fontaine en bronze au centre du village.
  • Un lavoir en bon état sur la route menant à Neuvelle.
  • Un abreuvoir en fonte à la sortie du village sur la route de Neuvelle.
  • Un autre lavoir moins bien conservé sur la route de Vezet.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Le Pont-de-Planches Blason D'azur à la bande d'or remplie de gueules, chargée d'une agrafe d'or et accompagnée de deux fermaux du même.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Un nouveau coq pour l’église », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  2. « Arrêté préfectoral n°2015-1688 du 27 novembre 2015 modifiant l'arrêté préfectoral n°2015-0654 du 24 juillet 2015 portant création de la commune nouvelle de la Romaine », Recueil des actes administratifs de la Haute-Saône,‎ (lire en ligne [PDF]), p. 61.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. a et b « Les élus de La Romaine », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  5. « 4e mandat pour Roger Relange », L'Est républicain, édition de Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .