Le Peuple (journal français)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Le Peuple (CGT))
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Peuple.

Le Peuple
Image illustrative de l’article Le Peuple (journal français)
Le Peuple,

Pays Drapeau : France France
Langue français
Périodicité quotidienne (1921-1939)
hebdomadaire (1945-1952)
bimensuelle (après 1952)
Genre Presse syndicale et politique
Diffusion 16 660 ex. (mars 1939)
Date de fondation
Éditeur CGT
Ville d’édition Paris
Montreuil

Le Peuple est une publication de la Confédération générale du travail.

Historique[modifier | modifier le code]

Le quotidien (1921-1939)[modifier | modifier le code]

Le Peuple commence à paraître comme un quotidien en 1921, en remplacement de La Bataille, où s'exprimait déjà la majorité de la CGT de l'époque. La Bataille, nommée à sa création La Bataille syndicaliste avait elle-même succédé à La Voix du Peuple (1900-1914)[1], Dès le premier numéro[2], Léon Jouhaux, secrétaire général de la confédération explique la nécessité et le but de ce « journal quotidien du syndicalisme ». Mais il s'agissait aussi de contrer La Vie ouvrière, journal des minoritaires, et L'Humanité dirigé par Marcel Cachin. Lors de la réunification de 1936[3] entre la CGT et la CGTU, Le Peuple devient l'organe confédéral officiel[4]. Cependant il ne rencontre pas le succès commercial que l'audience grandissante de la CGT pouvait faire espérer. L'historien Georges Lefranc[5] remarque la forte concurrence des divers journaux et revues syndicalistes. Outre la presse quotidienne généraliste et politique, le journal de la CGT est concurrencé par La Vie ouvrière, qui s'adresse aux anciens « unitaires », Syndicats qui regroupe autour de René Belin les éléments hostiles aux communistes, La Révolution prolétarienne qui s'adresse aux syndicalistes révolutionnaires, les organes catégoriels et des fédérations, comme La Tribune des fonctionnaires. Et les amis de Léon Jouhaux lancent aussi, en 1937, l'hebdomadaire Messidor. La diffusion de 16 660 exemplaires en 1939[6] fait écrire par Danielle Tartakowsky :

« La réussite formelle de ce journal que fut Le Peuple et sa valeur documentaire et informative sont incontestables. Sa réussite en terme commercial l'est moins. »[7].

Son exploitation est déficitaire et ne doit sa survie qu'aux subventions de la Confédération. Après la déclaration de guerre, Le Peuple devient hebdomadaire en octobre 1939, et suspend sa parution après le 6 juin 1940[8]. Il ne paraît pas pendant l'Occupation.

Hebdomadaire (1944-1952) puis bimensuel[modifier | modifier le code]

Au lendemain de la Guerre, il reparaît à partir de septembre 1944[9], sous une périodicité hebdomadaire[10], et bien que dirigé et rédigé par des syndicalistes de la tendance Force ouvrière (FO), à l'image de son directeur Albert Bouzanquet, il laisse une large place à l'expression des anciens « unitaires ». Sa diffusion serait en 1946 de 120 000 exemplaires[11]. Néanmoins il reste aux mains des majoritaires de la CGT au moment de la scission syndicale de décembre 1947. Il est diffusé en kiosque jusqu'en 1952[12].

Avec la décision de faire de La Nouvelle Vie ouvrière (NVO) la publication de masse de la CGT, Le Peuple devient à partir de 1952 un organe d'informations à destination des organisations de la CGT les informant de la vie interne de la Confédération. Bimensuel[13], il est alors dirigé par un membre du bureau confédéral réputé pour ne pas être membre du parti communiste, au contraire de La Vie ouvrière[14]. Depuis les restructurations ayant affecté la presse CGT au cours des années 2000, Le Peuple continue de publier les documents et comptes-rendus des congrès de la confédération[15].

La direction du Peuple[modifier | modifier le code]

La direction du journal Le Peuple, porteur officiel de la « parole CGT » est assurée par un membre de la direction de la CGT. De sa création jusqu'à 1948, ce sont des proches de Léon Jouhaux qui assument cette tâche[16]. De 1948 à 1995[17] ce sont des non communistes qui tiennent ce poste, non dénué d'importance et d'enjeu, car le bimensuel assure la publication des débats internes, en particulier les compte-rendus des réunions du Comité confédéral national (CCN), instance statutaire suprême entre les congrès. De 1978 à 1995, notamment, période de fortes tensions internes, clivées politiquement[18], Le Peuple est le seul organe de la centrale syndicale où sont transcrits les débats.

Les directeurs du journal[modifier | modifier le code]

Quelques « plumes » et rédacteurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Peuple à la une, article de Jean-Louis Robert, pp.17-24
  2. Le Peuple, 4 janvier 1921
  3. Louis Bodin, Jean Touchard, Front populaire 1936, coll. « Kiosque », Armand Colin, 1961; voir en pp. 281-289 le tableau de la presse politique française en 1936. Le directeur du Peuple cité est Francis Million; son rédacteur en chef, Raymond Manevy. Il semble toutefois que ce duo correspondait à la période antérieure au front populaire
  4. Morgan Poggioli, La communication de la CGT durant le front populaire, Université de Bourgogne, 2016
  5. Georges Lefranc, Le mouvement syndical sous la Troisième République, Payot, 1967, p. 375
  6. Soit le 19e rang des grands quotidiens
  7. Danielle Tartakowsky, « De l'échec des grèves (1921) au front populaire (1939) », pp. 33-42, in Le Peuple à la une
  8. Le Peuple, 6 juin 1940
  9. Le Peuple, 16 septembre1944
  10. Claude Estier, La gauche hebdomadaire (1914-1962), coll. « Kiosque », Armand Colin, 1962, p. 265
  11. Le Peuple à la une, p. 70
  12. Le Peuple à la une, p. 47
  13. Dominique Andolfatto, Dominique Labbé, La CGT. Organisation et audience depuis 1945, éditions La Découverte, 1997 en particulier pp. 128-130, La propagande et la communication
  14. Les Échos, 19 février 2014 : Leila de Comarmond, « du temps de la courroie de transmission avec le Parti communiste (...) Le Peuple, organe officiel de la CGT » était dirigé par un non communiste
  15. Catalogue général de la BNF, publications 2012 et 2016
  16. Les biographies de tous les directeurs du Peuple, publiées dans Le Maitron mettent en évidence leur position stratégique au sein du syndicat
  17. Le Peuple à la une, édition du Peuple, 1995, cf bibliographie, ouvrage publié à la double occasion du centenaire de la CGT et des 75 ans du journal
  18. Guy Groux, René Mouriaux, La CGT. Crise et alternatives, éditions Economica, Paris, 1992
  19. Notice Raymond Bouyer (1902-1952), par Jean-Luc Pinol, article 17711, in Le Maitron en ligne.
  20. Jacques Marion (1903-1976), membre de la SFIO, et de la tendance de Léon Jouhaux au sein de la CGT, secrétaire général de la Fédération du Spectacle, il reste à la CGT lors de la scission de Force ouvrière et il est ensuite membre vers 1950 d'un (petit) Parti socialiste unitaire. Notice 120 276, par Éric Nadaud, in Le Maitron en ligne.
  21. Jean Schaefer (1912-2005), ancien membre de la SFIO, était membre du PSU dans les années 1960. Cf. notice « Jean Schaefer écrit parfois par erreur Schaeffer », rédigée par Éric Nadaud dans Le Maitron en ligne, consultée le 29 août 2018.
  22. Michel Noblecourt, « René Buhl, un précurseur de l'ouverture de la CGT », notice nécrologique in Le Monde (archives), 8 mai 2004 (consultée le 23 août 2018). Voir aussi sa notice biographique, par Michel Dreyfus et Jeanne Siwek, in Le Maitron en ligne.
  23. Jean-Claude Laroze, membre du Parti socialiste dès 1971, le quitte en 1979 selon son témoignage, in Le Peuple à la une, p. 132. Voir aussi Archives de la CGT, présentation du fonds Jean-Claude Laroze [PDF].
  24. André Deluchat, membre du Parti socialiste, rallie ensuite le parti de Jean-Pierre Chevènement.
  25. Communisme, no 57-58 / 1999, « Le 46e congrès de la CGT », article de Dominique Labbé, Chronique de la CGT 1993-1999, pp. 45-87. L'organigramme de la CGT est en pp. 53 et suivantes.
  26. Thierry Maricourt, Henry Poulaille, Manya, 1992, p. 75-76 : « Il alimente le journal d'articles sur la littérature prolétarienne. »
  27. Marcel Lapierre, Poulaille au Peuple, in revue Entretiens, éd. Subervie, Rodez, n° 33 / 1974, pp. 61-64
  28. Le Peuple, 2 mars 1932 Annonce de la parution en feuilleton du Pain quotidien d'Henry Poulaille
  29. Le Peuple, 13 novembre 1936, Marcel Lapierre annonce la parution de Pain de soldat en feuilleton
  30. René Mouriaux, La CGT, « Points politique », Le Seuil, 1982, p. 175
  31. Le Peuple, 12 février 1938, début de parution en feuilleton d'Un homme du peuple sous la Révolution, signé « Manevy-Vailland »
  32. Le Peuple à la une, p. 114

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]