Le Petit Robot perdu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Petit Robot perdu
Publication
Auteur Isaac Asimov
Titre d'origine Little Lost Robot
Langue Anglais américain
Parution ,
Astounding Science Fiction
Recueil Les Robots
Traduction française
Traduction Pierre Billon
Parution
française
1967, OPTA
Intrigue
Genre Science-fiction
Personnages Susan Calvin
Nouvelle précédente/suivante
Précédent Menteur ! Évasion ! Suivant

Le Petit Robot perdu (titre original : Little Lost Robot) est une nouvelle d'Isaac Asimov parue pour la première fois dans Astounding Science Fiction en , puis en France dans les recueils Nous les robots et Les Robots.

Résumé[modifier | modifier le code]

En 2029, dans un laboratoire ultra sécurisé nommé Hyper-base, la disparition d'un des robots entraîne une certaine panique.

Appelée au secours, la robopsychologue Susan Calvin découvre une situation complètement anormale, qu'on lui avait cachée : des robots NS-2 (surnommés « Nestor ») ont reçu une version modifiée des Trois lois de la robotique : la première loi a été volontairement affaiblie de façon à ce que les robots n'interfèrent pas avec le travail des humains en voulant à tout prix les protéger de certaines radiations qui, à moyen et long terme peuvent blesser mais qui sur quelques minutes ou quelques heures sont sans danger.

Ainsi « débridé », l'un d'eux a interprété les paroles de son maître d'une façon bien trop libre. En l'occurrence, le technicien en colère lui a dit d'aller « se perdre » (go get lost ! pouvant être traduit par : va au diable), ce que le robot a exécuté comme un ordre en se cachant dans une cargaison de 62 robots identiques mais n'ayant reçu pas la modification.

Pour les officiers de la station et les chefs de l'US Robots, le retrouver est une question financière : ces robots spéciaux sont trop importants pour qu'on en perde un et il est exclut de détruire 63 robots quasiment neufs alors qu'un seul doit être retrouvé. Pour Susan Calvin, c'est bien plus grave : ce robot devenu presque autonome va se sentir de plus en plus fort face aux humains, et peut-être se libérer de la Première Loi.

Dès lors s'engage un jeu du chat et de la souris entre les humains, qui multiplient les tests piégés, et le robot qui s'affirme en les déjouant et en rendant complice les 62 autres robots. La catastrophe est évitée de justesse : Nestor est finalement confondu grâce à ses connaissances approfondies en physique (que les 62 autres robots n'avaient pas) mais, se voyant découvert, tente de tuer Susan Calvin.

À l'écran[modifier | modifier le code]

L'histoire fut adaptée à la télévision par l'Associated British Corporation en 1962, dans la série Out of this World.

Le film I, Robot (2004) y fait référence lorsque le robot rebelle se cache parmi mille huit cents de ses pareils.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]