Le Petit-Saconnex

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Petit-Saconnex
Localité suisse
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Genève
Commune Ville de Genève
Géographie
Coordonnées 46° 07′ 56″ N 6° 04′ 26″ E / 46.1322, 6.073946° 07′ 56″ Nord 6° 04′ 26″ Est / 46.1322, 6.0739  
Altitude 438 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Genève

Voir sur la carte administrative du Canton de Genève
City locator 14.svg
Petit-Saconnex

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Petit-Saconnex

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Petit-Saconnex
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Le Petit-Saconnex est un quartier de la ville de Genève et une ancienne commune du canton du même nom.

Historique[modifier | modifier le code]

C'est en 1800 et sous la domination française que le Petit-Saconnex est constitué en commune[3]. Deux hypothèses existent concernant l'étymologie du nom Saconnex, soit un dérivé du latin Sacconacum (de fundum], le « fond »), soit une référence au domaine d'un dénommé Sacco[4]. La votation de la loi de fusion administrative en 1930 met fin à l'autonomie de la commune du Petit-Saconnex qui est intégrée à la ville de Genève en 1931.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

C'est la plus grande commune de l'agglomération urbaine genevoise et sa superficie est de 612 hectares. Il s'agit essentiellement d'une commune rurale, formée, outre de son village, des hameaux du Bouchet, de Saint-Jean, de la Forêt, de Morillon, de la Servette, de Varembé, de Châtelaine, de Beaulieu et de Sécheron. Elle garda longtemps son caractère campagnard du fait qu'elle était reliée à la ville uniquement par deux chemins[4].

Les constructions[modifier | modifier le code]

La mairie[modifier | modifier le code]

La première mairie n'est cependant construite qu'en 1832 et fut totalement reconstruite en 1889, puis encore agrandie en 1905. À noter qu'auparavant, les séances du Conseil municipal se déroulaient chez le maire.

Les écoles[modifier | modifier le code]

En 1830, l'école des Crêts, premier établissement scolaire de la commune fut bâtie, puis, en 1878, la première école enfantine et primaire de la Servette se construisit. La deuxième suivit en 1890. Pour financer ces bâtiments et les constructions ultérieures, la commune souscrit d'importants emprunts avant 1900. En 1900, ce fut au tour de l'école des Charmilles, ainsi qu'une annexe à l'école des Crêts. Entre 1909 et 1911, une annexe fut ajoutée à l'école des Charmilles, alors que furent bâties les deux écoles des Asters et l'école de Sécheron. Les travaux débutèrent en 1911 pour l'école de St-Jean. Cependant, ces constructions dépassèrent largement le budget communal et nécessitèrent une importante subvention cantonale. Vers 1930, la commune comptait environ 65 classes enfantines et primaires[4].

Les routes[modifier | modifier le code]

Dans le troisième tiers du XIXe siècle, le Petit-Saconnex voit son réseau de routes et de chemins s'améliorer considérablement. En 1878, la route Grand-Pré - Grand-Saconnex est créée. En 1879-1880, la route de Pregny est élargie à la hauteur de Varembé. Ces travaux d’aménagement ne sont qu'un exemple des nombreux chantiers en cours durant cette période. Entre 1885 et 1900, des travaux considérables permirent d'agrandir la rue de la Servette à la hauteur de rue de la Poterie. Dès 1891, la route des Charmilles subit des élargissements fréquents. Le tramway relia le Petit-Saconnex au reste du canton dès 1894 et, entre 1912 et 1920, la commune accueillit plus de 40 % de l'ensemble des bâtiments élevés de l’agglomération. Le 11 septembre 1942 que fut mis en service le premier tronçon de trolleybus situé sur la ligne 3 entre Grand-Pré et Petit-Saconnex.

Les infrastructures[modifier | modifier le code]

À la suite de la croissance urbaine que connut le territoire communal au moment de la fusion, ce fut en 1926 que fut inauguré le pont Butin, tout comme, en 1930, la place communale de jeux sportifs de Varembé et le stade des Charmilles, qui accueillit le Servette FC jusqu'en décembre 2002[4]. Celui-ci fut totalement détruit dès novembre 2011. À noter que sur le chemin des Crêts se trouve le siège de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

La villa Dutoit[modifier | modifier le code]

Elle devrait plutôt s’appeler Villa Schweppe, du nom du créateur d’une célèbre boisson à bulles qui fit construire cette maison avant de faire faillite et de s’en aller chercher meilleure fortune en Angleterre. Elle est située au chemin Gilbert-Trolliet et trône dans un jardin plutôt que dans un parc. Elle est devenue maintenant un centre culturel de la Ville de Genève et du quartier du Petit-Saconnex[5].

La population[modifier | modifier le code]

La taille de la population subit ainsi une nette évolution : Elle comptait 2 600 habitants en 1843 et, en 1850, il perdit 1 500 habitants lorsque les quartiers de Montbrillant et des Grottes lui furent enlevés pour être rattachés à la Ville. En 1890, on compta 4 000 âmes, près de 6 400 en 1900 et approchant les10 000 en 1910. Elle passa à presque 20 000 à la veille des années 1930[4]. La commune s'étendait alors du Grand-Saconnex au Rhône.

Le temple[modifier | modifier le code]

Le temple du Petit-Saconnex

Il est situé sur la place du Petit-Saconnex et fut construit sur le site d'un sanctuaire du xviie siècle en 1624-1628, puis fut rebâtit en 1730.

Les ajouts[modifier | modifier le code]

L'architecte Jean-Pierre Guillebaud lui rajouta son clocher-porche en 1844. En 1940, le peintre Eric Hermès réalisa les peintures murales et dessina les cartons des vitraux. La chaire et les boiseries furent sculptées par le pasteur Ernest Christen. Les vitraux d'Hermès furent remplacés par ceux de Frère de Saussure en 1990. L'orgue actuel date de 1964 et fait suite à un instrument de 1814.

Les restaurations[modifier | modifier le code]

Il fut restauré à deux reprises:

  • en 1953-1955 par l'architecte Georges Peloux,
  • en 1990 par l'architecte André Foehr[6].

Le cimetière[modifier | modifier le code]

Il fut créé en 1815. Il fut tout d'abord géré par la commune du Petit-Saconnex et, dès 1932 à la suite de la fusion, il fut repris par la Ville de Genève.
Il a une superficie d'environ 50 000 m².
À la suite d'une décision du Conseil administratif de la Ville de Genève dans les années 1980, des personnes de confession musulmane peuvent y être inhumer dans un quartier du cimetière qui leur est réservé[7].

La mosquée[modifier | modifier le code]

La mosquée du Petit-Saconnex

Elle est située au Chemin Colladon et fut construite dès novembre 1975. Elle fut officiellement inaugurée le 1er juin 1978.

Article détaillé : Mosquée de Genève.

Personnalité liée[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidante permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance », sur Office fédéral de la statistique.
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. La loi du 28 Pluviôse an VIII (17 février 1800) dote les communes d'un maire et d'un adjoint (autorité exécutive), et d'un Conseil municipal (autorité législative), tous nommés par le préfet.
  4. a, b, c, d et e Archives de la Ville de Genève
  5. Magasine Ou bien n° 3 d'Unireso
  6. Fondation pour la conservation des temples genevois construit avant 1907
  7. Site officiel de la Ville de Genève