Le Pensionnat des jeunes filles perverses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le Pensionnat des jeunes filles perverses
Titre original 恐怖女子高校 暴行リンチ教室
Kyōfu joshikōkō: bōkō rinchi kyōshitsu
Réalisation Noribumi Suzuki
Scénario Tatsuhiko Kamoi
Acteurs principaux
Sociétés de production Tōei
Pays d’origine Drapeau du Japon Japon
Genre Érotique
Durée 88 minutes
Sortie 1973

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Pensionnat des jeunes filles perverses (恐怖女子高校 暴行リンチ教室, Kyōfu joshikōkō: bōkō rinchi kyōshitsu?) est un film japonais réalisé par Noribumi Suzuki, sorti en 1973. Il s'agit du premier film comportant une scène omorashi à bénéficier d'une large audience.

En France il a été distribué dans une version aux dialogues détournés pour lui donner un message politique (dans la lignée de La Dialectique peut-elle casser des briques), avec des inserts de plans de sexes masculins et féminins complétant les ellipses du film original[1], baptisée "Les Filles de Kamaré : une petite culotte pour l'été"[2].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film commence par une scène de torture. Des collégiennes cachées derrière un masque chirurgical, les bouches fardées, éclatantes d'un rouge vif, torturent à mort une jeune femme.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre français : Le Pensionnat des jeunes filles perverses
  • Titres français alternatifs : Les Filles de Kamare / Une petite culotte pour l'été
  • Titre anglais : Terrifying Girls' High School: Lynch Law Classroom
  • Titre original : 恐怖女子高校 暴行リンチ教室 (Kyōfu joshikōkō: bōkō rinchi kyōshitsu?)
  • Réalisation : Noribumi Suzuki
  • Scénario : Tatsuhiko Kamoi
  • Musique : Masao Yagi
  • Pays d'origine : Drapeau du Japon Japon
  • Langue original : japonais
  • Format : couleurs - 2,35:1 - Mono
  • Genre : film érotique
  • Durée : 88 minutes[3]
  • Dates de sortie :
  • Interdit aux moins de 16 ans[Où ?]

Distribution[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. la censure japonaise interdit la représentation direxte des organes génitaux
  2. pastiche du titre du film Une petite sœur pour l'été
  3. a et b (ja) Le Pensionnat des jeunes filles perverses sur la Japanese Movie Database
  4. Les films japonais sortis en France en salle sur denkikan.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]