Le Parfum d'Yvonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un film <adj> image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un film français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques.

Le Parfum d'Yvonne
Réalisation Patrice Leconte
Scénario Patrice Leconte d'après Patrick Modiano
Acteurs principaux
Sociétés de production Thierry de Ganay
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 86 min
Sortie 1994

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Parfum d'Yvonne est un film français réalisé par Patrice Leconte et adapté du roman Villa triste de Patrick Modiano, sorti le .

Synopsis[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Un jeune comte qui se prétend d'origine russe et rentier, en villégiature sur les bords d'un lac (le lieu n'est pas précisé, mais le tournage eut lieu à Évian), tombe amoureux d'une sublime jeune femme, Yvonne, qui est accompagnée de son dogue allemand Oswald et d'un vieil homme excentrique, le docteur Meinthe. Peu à peu, le comte va découvrir la singularité de ces êtres, et recevoir en particulier bien des mises en garde au sujet de la jeune femme qu'il souhaite épouser et emmener en Amérique pour y faire éclater son talent d'actrice. L'homosexualité du vieux médecin, autosurnommé la reine des Belges, est également plusieurs fois évoquée, toujours sous forme insultante.

Un des principes du scénario est de laisser planer le doute et de ne rien expliquer : l'identité du comte Chmara est-elle réelle ? Comment expliquer ces insultes (« ici on ne sert pas les tantes », « j'ai connu ce blanc-bec quand il était enfant, il jouait à la poupée ») à l'adresse du docteur Meinthe ? Pourquoi la jeune fille tient-elle tant à gagner un concours de mode dérisoire ? D'où provient l'argent qu'elle cache dans son armoire ? Pourquoi le docteur Meinthe reçoit-il un homme couvert de sang... ?

Finalement, le comte Chmara (qui raconte l'histoire) se retrouve seul ; il continue néanmoins de sourire de façon énigmatique. Le spectateur reste également seul avec ce mystère, et cela explique sans doute la désaffection du public, malgré la grande poésie du film et la beauté de certains plans : des bizarreries de ces personnages et de leurs choix, aucune ne sera expliquée.

Distribution[modifier | modifier le code]

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Selon Patrice Leconte, le film est « boudé par le public et vilipendé par la critique ». (Positif no. 422, avril 1996, p. 36)

Liens externes[modifier | modifier le code]