Le Naturaliste canadien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Naturaliste canadien  
Image illustrative de l’article Le Naturaliste canadien

Titre abrégé Le Naturaliste canadien
Discipline Sciences naturelles, Environnement
Langue Français (avec résumés en anglais)
Directeur de publication Société Provancher
Rédacteur en chef Denise Tousignant
Publication
Maison d’édition Communications Science-Impact et Editions Multimondes (Drapeau du Canada Canada)
Période de publication 1868 à aujourd'hui
Fréquence Biannuelle
Indexation
ISSN 0028-0798
LCCN 05-37702
CODEN NCANAS
OCLC 6312227
Liens

Historique[modifier | modifier le code]

Le Naturaliste canadien est une revue scientifique de langue française avec comité de lecture (révision par les pairs) fondée par l'abbé Léon Provancher en 1868, ce qui en fait « la plus ancienne revue scientifique francophone en Amérique du Nord[1],[2],[3],[4] ». La revue cesse d'être publiée pendant un peu plus de deux ans à la suite du décès de Provancher en 1892. En 1894, elle reprend vie sous la responsabilité de Victor-Alphonse Huard jusqu'au décès de celui-ci en 1929. À partir de cette date jusqu'en 1993, la publication du Naturaliste est assurée par l'Université Laval[3]. Elle est, depuis 1994, la publication officielle de la Société Provancher. Des numéros thématiques sont également publiés occasionnellement. La revue a été produite en format papier jusqu’en 2019. De 2012 à 2019, Le Naturaliste canadien a été produit à la fois en format électronique et en format papier. Depuis 2020, la revue est diffusée uniquement en version numérique.

Contenu[modifier | modifier le code]

Le Naturaliste canadien publie des résultats originaux de recherches dans le domaine des sciences naturelles réalisées au Québec et parfois ailleurs en Amérique du Nord. Les articles sont en français et accompagnés d’un résumé en anglais. Les principales disciplines traitées sont la botanique, la conservation, l’entomologie, la géographie/géomorphologie, l’herpétologie, la mammalogie, les milieux aquatiques, l’ornithologie, les sciences de la mer et les sciences forestières. Grâce à son caractère multidisciplinaire, Le Naturaliste canadien constitue une vitrine en sciences naturelles au Québec et contribue à leur rayonnement dans le monde. La revue publie également des hommages, des chroniques sur l’histoire, des recensions de livres, etc.

Parution[modifier | modifier le code]

La revue paraît à raison de deux numéros par année, chacun de ceux-ci diffusé en 2 à 3 tranches. Elle est distribuée par la plateforme Érudit depuis 2012. On trouve aussi sur ce site de l’information au sujet de la revue : présentation générale, historique, politique éditoriale, directives aux auteurs, comité de rédaction, etc. Les articles sont indexés dans plusieurs répertoires du domaine des sciences naturelles, notamment Web of Science (ISI), Academic Search (EBSCO) et Google Scholar. Le sommaire de chaque numéro et les articles datant de plus d’un an sont disponibles gratuitement en formats HTML et PDF. Le contenu de moins d’un an est réservé aux membres de la Société Provancher et aux abonnés institutionnels.

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Les statistiques de consultation du site Érudit montrent qu'en 2020 par exemple, la page Le Naturaliste canadien a reçu 65 480 visites (25 403 visiteurs uniques), que 101 420 pages ont été vues et que 38 465 fichiers PDF ont été téléchargés.

Archives[modifier | modifier le code]

Certains anciens numéros de la revue sont disponibles sur le site web de la Société Provancher . La numérisation de tous les numéros, avec reconnaissance de caractères, est en cours. Cette opération permettra éventuellement d’effectuer des recherches par mots-clés dans tous les articles publiés depuis le début en 1868.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Naturaliste canadien a 150 ans », sur Société Provancher, (consulté le )
  2. Gisèle Deschênes-Wagner, « Collections de l’Université Laval », sur www.ameriquefrancaise.org, Encyclopédie du patrimoine culturel de l'Amérique Française (consulté le )
  3. a et b Jean-Marie Perron, « La course à relais du Naturaliste canadien », Le Naturaliste Canadien, vol. 125, no 2,‎ , p. 6-10 (lire en ligne)
  4. Pierre-Luc Beauchamp et Yves Gingras, « Le Naturaliste canadien et l’essor des sciences au Canada à l’époque victorienne », Le Naturaliste canadien, vol. 142, no 3,‎ , p. 5-9 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]