Le Monument vivant de Biron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Monument vivant de Biron
Artiste
Date
Commanditaire
Type
Technique
Dimensions (H × L × l)
360 × 316 × 316 cm
Format
Mouvement
Propriétaire
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Nouvelle-Aquitaine
voir sur la carte de Nouvelle-Aquitaine
Red pog.svg
Localisation sur la carte de la Dordogne
voir sur la carte de la Dordogne
Red pog.svg

Le Monument vivant de Biron est une œuvre de l'artiste allemand Jochen Gerz inaugurée en 1996. Sur l'ancien monument aux morts situé devant une halle en bois dans la commune française de Biron, dans le département de la Dordogne, l'artiste a disposé, de manière aléatoire et anonyme, des plaques sur lesquelles sont gravées les réponses des habitants à la question : « Qu'est ce qui serait assez important, selon vous, pour risquer votre vie ? ». À l'origine constitué de 127 plaques, cet « anti-monument vivant » est un exemple typique de la technique du work in progress, en s'enrichissant, dans le temps, des confessions des nouveaux habitants.

Le monument est considéré à la fois comme un objet d'art et la résultante d'un processus social et démocratique au niveau local. Reconnu par les critiques, Le Monument vivant de Biron est une référence parmi les monuments aux morts atypiques et les œuvres d'art contemporain. Depuis les années 2000, il est étudié en France au niveau élémentaire et au collège.

Contexte[modifier | modifier le code]

La Dordogne est l'un des départements les plus riches en matière de patrimoine[1]. L'intérêt des touristes qui visitent le Périgord se porte tout particulièrement sur les monuments historiques et les nombreux châteaux, parmi lesquels le château de Biron[1],[2]. Le tourisme étant avant tout un enjeu économique important pour les collectivités locales (plus d'un tiers de leurs revenus annuels), tout projet de développement en milieu rural et agricole est fortement encouragé[1]. De nombreuses politiques volontaristes s'inscrivent alors « dans la vogue patrimoniale propre aux années 1990 » en France[3],[4]. Un vaste projet patrimonial d'investissement est porté dans le sud du département par les élus du canton de Beaumont, conjointement avec l'architecte des bâtiments de France[5], les services de la direction régionale des Affaires culturelles (DRAC) et du ministère de la Culture, afin de valoriser de nouvelles œuvres qui impliqueraient « tous les secteurs de la vie locale »[3].

Photo montrant de gauche à droite, une maison en pierre, une halle en bois et un monument en forme d'obélisque.
Le monument se situe sur la place Jean-Poussou, à Biron, près de la halle en bois.

En 1992, alors que le maire de Biron, Marc Mattera, débute des travaux de rénovation de la voirie, il demande au ministère de la Culture de lancer une commande publique nationale pour faire remplacer le monument aux morts de la commune, alors délabré et tombé dans l'oubli[5],[6],[7]. Situé à l'entrée du village sur la place Jean-Poussou[N 1],[8], l'obélisque en ciment blanc avait été érigé en 1921-1922 en mémoire des morts de la Grande Guerre, puis de la Seconde Guerre mondiale[2],[5],[6]. Le plasticien allemand Jochen Gerz est choisi pour restaurer le monument, même si l'inspecteur des monuments historiques dont dépend la commune s'oppose en premier lieu à la sélection de cet artiste[7],[9]. Il est connu pour être le précurseur de pratiques « anti-monumentales », qui visent à reconcevoir les monuments dont la seule fonction est de se souvenir d'événements tragiques[2],[4],[7],[10]. La réalisation du Monument vivant de Biron fait suite à deux autres œuvres similaires et singulières de l'artiste : Le contre-monument au fascisme de Hambourg (1986) et Le contre-monument au racisme de Sarrebruck (1993), qui sont déjà célèbres pour renverser la conception du monument aux morts et la symbolique de la mémoire[2],[6],[11],[12].

Description et conception[modifier | modifier le code]

Le monument[N 2] est reconstruit à l'identique en pierres jaunes de Dordogne et de Bourgogne[2],[13],[14], puis élevé sur un socle, le tout placé sur un soubassement incliné à trois degrés[14]. Jochen Gerz commence par refixer sur le monument les deux anciennes plaques : « Aux morts de la Grande Guerre, perpétuel souvenir » (neuf noms) et « Déportés 1944 » (deux noms)[7].

Dans l'idée de transmettre la mémoire du passé de génération en génération[2], l'artiste collabore avec des étudiants de l'école des beaux-arts de Bordeaux[2],[13],[14]. En mars 1996, Jochen Gerz fait passer, pendant deux semaines, des entretiens individuels aux 127 habitants majeurs du village[2],[14],[15]. Dans un premier temps, les habitants retiennent surtout l'image de l'artiste et, de surcroît, sa nationalité allemande qui semble être antinomique par rapport au devoir de rénovation de ce monument[11]. Toutefois, il commence systématiquement par se présenter et expliquer les raisons de sa présence pour instaurer un climat de confiance, ce qui lui permet de créer du lien dans un échange singulier[11]. Dans chaque entrevue, il glisse une question : « Qu'est ce qui serait assez important, selon vous, pour risquer votre vie ? »[2],[15]. Avec le soutien des étudiants, il consigne à la main leurs réponses. Isolées dans le rythme des échanges, ce sont ces confessions, longues d'environ sept lignes chacune[14], qui sont ensuite gravées sur des plaques rouges en fer émaillé[N 3] et disposées de façon aléatoire et anonyme sur le monument et même sur le sol[2],[14]. C'est la pluralité, l'éclectisme et la spontanéité des réponses qui constituent l'œuvre[2],[16].

Ce sont les gens de Biron qui font le monument.

Jochen Gerz, en juillet 1996[17].

Jochen Gerz encourage la poursuite de ce processus interactif et démocratique qui donne la parole aux habitants : les spectateurs sont aussi co-auteurs de l'œuvre[2],[14],[18], qui prend ainsi la forme d'un work in progress[15]. L'artiste a confié à un couple résidant dans le village la responsabilité de poser la question ad libitum[15], aux nouveaux habitants et à ceux qui vont devenir majeurs dans la commune dans les années qui suivent[2],[8],[14]. Si la place sur le monument vient à manquer, des plaques vierges supplémentaires de l'artiste sont conservées par le couple[2]. D'après l'artiste, « l'idéal serait que ce travail ne soit jamais terminé et que personne ne puisse le voir en entier. Et que d'autres après les deux personnes qui sont les premières à me succéder continuent à poser la question. Il s'agira d'un travail de moi que je ne connaîtrai jamais et qui ne cessera de changer »[14],[19].

Le Monument vivant de Biron est inauguré le , jour de la fête du village[5],[8]. Le monument reste la propriété de la commune de Biron[13].

Interprétation[modifier | modifier le code]

L'œuvre diffère des monuments aux morts classiques, qui se constituent uniquement d'une formule rituelle généralement annexée à la liste verticale des noms des personnes disparues[2]. La stèle n'est pas à elle-seule le monument mais ce sont aussi l'ensemble des plaques qui se déversent à même le sol qui le constituent aussi[4]. Contrairement à La suite de Fibonacci de Mario Merz (Strasbourg, 1994)[N 4] et l'Hommage à Arago de Jan Dibbets (Paris, 1994)[N 5], Le Monument vivant de Biron « vise l'horizontalité » par la disposition de ses plaques et « s'offre à l'échelle humaine », d'après Sébastien Thiery[4]. L'œuvre rompt alors avec « l'art commémoratif, monumental et pérenne, foyer du conformisme artistique »[4],[12]. Le travail de l'artiste ne s'adresse pas exclusivement à un public averti mais se nourrit aussi et surtout du lien social et du dialogue avec les citoyens[16].

Pour que son message reste vivant et ouvert aux interprétations, l'œuvre a été conçue à la fois comme un objet d'art et un processus social d'unité territoriale et nationale[2],[15],[20]. D'après l'artiste lui-même, le monument « est en attente d'un temps qui n'est pas encore là », outre sa fonction d'objet du devoir de mémoire[12],[21]. Il cherche à créer une communauté dans le présent, à impliquer le public sur le long terme et s'ouvrir vers l'avenir[2],[20],[21]. L'objectif est de partager ce lieu et lever le tabou de la « solitude », de « l'absence », du « vide » et de la « disparition » qui résulte des horreurs de la guerre et de la Shoah[14],[21],[22]. La déthéatralisation et l'éviction de la violence est une des principales caractéristiques du Monument vivant de Biron[18]. Sébastien Thiery pose aussi la question de la convivialité de l'œuvre présentée comme « une opération de communication séduisante à l'adresse des citoyens électeurs ». Il y voit aussi une manière symbolique de surexposer les conflits et masquer une violence sans nom pour légitimer l'ordre politique et sécuritaire[23].

Jochen Gerz réussit à faire de ce monument aux morts une œuvre « vivante »[9], d'où la dénomination de l'œuvre choisie par l'artiste[7],[14],[24]. Audrey Rousseau ajoute que le sens de cette « mémoire vive appropriée aux vivants » réside dans la capacité du public à comprendre et à agencer individuellement le sens caché d'éléments symboliques ; c'est là « une manière originale de relier l'héritage des deux guerres mondiales à partir du témoignage des vivants »[2]. En posant sa question, Jochen Gerz se veut attentif aux besoins commémoratifs des populations qui entreront en relation avec l'œuvre. Il les invite discrètement à exprimer leur douleur, à réfléchir sur ce qui est important dans leur existence et à se positionner face à la valeur de leur propre vie[2],[7]. Le choix de livrer les témoignages à la première personne (« je » et « nous ») convie le public qui lit les plaques à ressentir l'émoi de ces récits[2]. La presse locale, nationale ou spécialisée s'accorde à dire que Le Monument vivant de Biron offre une expérience de proximité, émouvante et humaine[18],[25],[26].

En transgressant les frontières de l'art telles qu'elles sont classiquement conçues, l'œuvre est considérée par Sébastien Thiery comme un « idéal-typique des monuments publics contemporains »[18].

Exploitation pédagogique[modifier | modifier le code]

En France, Le Monument vivant de Biron fait l'objet d'études et d'analyses en cours d'arts plastiques et d'histoire de l'art au niveau élémentaire et au collège. Il est présenté comme un exemple représentatif de l'art public contemporain[27], des monuments aux morts[28],[29], de l'interaction de l'art avec le public[30], du work in progress[31], de la sculpture commémorative, du « corps symbolique » et de la « mémoire dynamique et incarnée »[32],[33].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le monument est précisément situé entre la halle en bois, la ligne des anciens remparts et le chemin permettant d'accéder au château de Biron.
  2. Les dimensions du monument sont les suivantes : 360 × 316 × 316 cm[8].
  3. Les dimensions de chaque plaque sont les suivantes : 10 × 17,5 × 1 cm[8].
  4. La suite de Fibonacci de Mario Merz est composée de caissons lumineux disposés à même le sol, le long d'une ligne de tramway[4].
  5. L'Hommage à Arago de Jan Dibbets est composé de 135 médaillons disposés sur une ligne traversant Paris du nord au sud sur 17 kilomètres[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Bergues 2016, p. 103.
  2. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s et t Rousseau 2017.
  3. a et b Bergues 2016, p. 104.
  4. a b c d e f et g Thiery 2003, p. 118.
  5. a b c et d Thiery 2003, p. 115.
  6. a b et c Breerette 1996.
  7. a b c d e et f Becker 2006, p. 27-37.
  8. a b c d et e Gerz 2020.
  9. a et b Lorcin et Brewer 2009.
  10. Lagnier 1999, p. 5.
  11. a b et c Mesnard 1997, p. 72-75.
  12. a b et c Guigues 2015, p. 16-18.
  13. a b et c Centre national des arts plastiques 2020.
  14. a b c d e f g h i j et k Lagnier 1999, p. 6.
  15. a b c d et e Thiery 2003, p. 116.
  16. a et b Thiery 2003, p. 120-121.
  17. Thiery 2003, p. 119.
  18. a b c et d Thiery 2003, p. 117.
  19. Gerz 1996, p. 167.
  20. a et b Tratnjek 2009.
  21. a b et c Mesnard 2015, p. 40.
  22. Gerz 1996, p. 10.
  23. Thiery 2003, p. 122-123.
  24. Gerz 1996, p. 160.
  25. Galy 1996, p. 6.
  26. Robert 1996, p. 22.
  27. Ruby 2007, p. 11.
  28. Cuin et Lavigne 2018, p. 37.
  29. Guinchard 2018.
  30. Benoît et Philippot 2017, p. 56.
  31. Collège Jean-Rostand 2012.
  32. Sabourdin et Bouvier 2005.
  33. Académie de Nantes 2006.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jochen Gerz, Le Monument vivant de Biron : la question secrète, Arles, Actes sud, , 174 p. (ISBN 2-7427-0975-4, notice BnF no FRBNF35861506). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Académie de Nantes, Arts plastiques – Document de travail, Nantes, Académie de Nantes, , 4 p. (lire en ligne [PDF]). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Sandrine Ansel, « Jochen Gerz : la mémoire prend de l'élan », Courrier Français de Dordogne,‎
  • Didier Arnaudet, « Jochen Gerz Le monument vivant de Biron », Gironde Magazine, no 46,‎ , p. 24-25
  • Roland Baumann, « Jochen Gerz – Un artiste de la mémoire », Regards : tribune juive de Belgique,‎ , p. 38 (OCLC 638823689)
  • Annette Becker, « Politique culturelle, commémorations, et leurs usages politiques : l'exemple de la Grande Guerre dans les années 1990 », dans Claire Andrieu, Marie-Claire Lavabre et Danielle Tartakowsky, Politiques du passé, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, , 266 p. (ISBN 9782853996303, lire en ligne), p. 27-37. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Zoé Benoît et Bruno Philippot, Dossier pédagogique – 14e Biennale de Lyon, Lyon, Académie de Lyon et Académie de Grenoble, , 247 p. (lire en ligne [PDF]), p. 56. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Martine Bergues, « Vous n'avez pas Biron », dans Christiane Amiel, Domestiquer l'histoire: Ethnologie des monuments historiques, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, (ISBN 9782735118762, lire en ligne), p. 103-117. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Geneviève Breerette, « Un artiste allemand redonne vie au monument aux morts d'un village de Dordogne », Le Monde,‎ (ISSN 0395-2037, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (de) Wolf von Brincken, « Antworten aus Biron », Kunstzeitung, no 9,‎ , p. 18 (ISSN 1431-2840)
  • Michèle Champenois, « De mémoire de monument », Le Monde,‎ (ISSN 0395-2037)
  • Collège Jean-Rostand, Gerz Jochen, le monument vivant de Biron, Caen, Académie de Caen, , 4 p. (lire en ligne [PDF]). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Maïa Cuin et Pascale Lavigne, Dossier d'accompagnement pédagogique – Mémoire de pierre de la Grande Guerre, Bordeaux, Académie de Bordeaux, , 50 p. (lire en ligne [PDF]), p. 37. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (de) Gabi Czöppan, « Beredsame Kunst », Focus,‎ (ISSN 0943-7576)
  • (de) Gabi Dolf-Bonekämper, « Die Verantwortung der Lebenden », Neue Zürcher Zeitung,‎ (ISSN 0376-6829)
  • Dominique Dussol, « Biron : les dialogues de pierres de Jochen Gerz », Le Festin, no 20,‎ , p. 72-75 (ISSN 1143-676X)
  • (de) Robert Fleck, « In einer Welt voll Bilder ist die Kunst unsichtbar », Art - Das Kunstmagazin,‎ , p. 73-80 (ISSN 0173-2781)
  • (de) Harald Fricke, « Die Zeit der Schlachtordnungen ist vorbei », Die Tageszeitung Bremen,‎ , p. 15 (ISSN 0931-9085)
  • (de) Alfred Frisch, « Steinernes Gedächtnis », Südkurier,‎
  • A. Galy, « Pour que vive le monument aux morts de Biron », Le Journal du Périgord,‎ , p. 6 (ISSN 0999-6427). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Chantal Gibert, « Le monument de la mémoire », Sud Ouest,‎ (ISSN 1760-6454)
  • Chantal Gibert, « Le monument vivant de Biron », Sud Ouest,‎ (ISSN 1760-6454)
  • Dominique Godfrey, « Donner sa vie, pour quoi ? », Sud Ouest,‎ , p. 33 (ISSN 1760-6454)
  • Gilles Guigues, « Témoigner pour faire mémoire du réel : Réflexions sur l'œuvre de Jochen Gerz », Plastir, no 38,‎ , p. 16-18 (lire en ligne [PDF]). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (de) Amine Haase, « Das immer wache Gedächtnis », Kölner Stadt-Anzeiger,‎ (ISSN 1618-3061)
  • (de) Joseph Hanimann, « Frag die Lebenden beizeiten nach dem Tod », Frankfurter Allgemeine Zeitung,‎ (ISSN 0174-4909)
  • Guillaume Hillaire, Jan Kopp et Véronique Look, « Jochen Gerz. Le Monument Vivant de Biron », Art Presence, no 19,‎ , p. 32-37 (ISSN 1156-7627)
  • (de) Jürgen Hohmeyer, « Fragen vom Erbfeind: Wofür sterben? », Der Spiegel,‎ (ISSN 0038-7452)
  • Sylvie Lagnier, « Sculpture et espace urbain en France : Histoire de l'instauration d'un dialogue, 1967-1992 », Espace Sculpture, no 49,‎ , p. 5-14 (lire en ligne [PDF]). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (de) Marion Leske, « Lebendes Denkmal von Gerz für ein französisches Dorf », Die Welt,‎ (ISSN 0173-8437)
  • (en) Patricia M.E. Lorcin et Daniel Brewer, France and Its Spaces of War : Experience, Memory, Image, New York City, Palgrave Macmillan, , 1re éd., 304 p. (ISBN 978-0-230-61561-8, lire en ligne), p. 234-235. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Philippe Mesnard, « Les questions de Jochen Gerz », Vacarme,‎ , p. 72-75 (lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Philippe Mesnard, « L'entretien : Jochen Gerz », Témoigner entre histoire et mémoire, no 121,‎ , p. 38-45 (lire en ligne [PDF]). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (de) Günter Metken, « Das Gedächtnis von Biron », Die Zeit,‎ , p. 39 (ISSN 0044-2070)
  • (en) Giuliana Minghelli, Landscape and Memory in PostFascist Italian Cinema : Cinema Year Zero, Oxford, Routledge, , 251 p. (ISBN 978-0-415-66108-9), p. 132
  • (de) Anna Mohal, « Lebendes Monument », Neue Bildende Kunst,‎ , p. 98
  • (de) Petra Raguz, « Das lebende Monument im französischen Biron : Ein kühnes Projekt des Künstlers Jochen Gerz », Rhein Main Presse,‎ , p. 5
  • Jean-Pierre Robert, « Mortel monument », L'Architecture d'aujourd'hui, no 307,‎ , p. 22 (ISSN 0003-8695). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Audrey Rousseau, « La volonté politique de commémoration des morts appartient aux vivants », Conserveries mémorielles, no 21,‎ (lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Christian Ruby, La réécriture du monde politique par l'art public contemporain, Lille, Académie de Lille, , 13 p. (lire en ligne [PDF]). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • P. Sabourdin et M. Bouvier, Jalons pour une exploitation pédagogique consacrée à la sculpture commémorative, Limoges, Académie de Limoges, , 3 p. (lire en ligne [PDF]). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Valérie de Saint Do, « L'artiste et la mémoire », Sud Ouest,‎ (ISSN 1760-6454)
  • Jean-Pierre Salgas, « Quoi de neuf sur la guerre ? », Art Press,‎ , p. 27-30 (ISSN 0245-5676)
  • (de) Georges Schlocker, « Es gilt das Leben », Frankfurter Rundschau,‎ (ISSN 0940-6980)
  • (de) Karlheinz Schmid, « Der Frager », Informationsdienst Kunst,‎ , p. 14-15
  • (de) Rainer B. Schossig, « Das Lebende Monument von Biron », Süddeutsche Zeitung,‎ (ISSN 0174-4917)
  • (de) Dagmar Sinz, « Jochen Gerz zum lebenden Monument », Artis,‎ (ISSN 2182-8571)
  • Sébastien Thiery, « Quand l'ordre monumental devient convivial : la dénégation de la violence comme promesse d'une violence sans nom ? », Quaderni, no 53,‎ , p. 115-125 (lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Bénédicte Tratnjek, « Questionnements géographiques sur les monuments aux morts : Symboliques et territoires de la commémoration », Vox geographi, no 1741,‎ (lire en ligne [PDF]). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Franck Vergeade, « A Biron, le monument aux morts a de la mémoire », Pèlerin Magazine,‎ , p. 28 (ISSN 0764-4663)
  • Gérard Wajcman, L'objet du siècle, Lagrasse, Éditions Verdier, , 304 p. (ISBN 978-2-86432-681-6), p. 192

Sitographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 1 novembre 2020 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 1 novembre 2020 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.