Le Monstre de Noireville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Monstre de Noireville
15e épisode de la série Ric Hochet
Scénario André-Paul Duchâteau
Dessin Tibet
Genre(s) Policier

Langue originale Français
Éditeur Le Lombard
Nb. de pages 44 planches
Albums de la série Ric Hochet
planche finale datée de 1971

Le Monstre de Noireville est le quinzième tome de la série de bande dessinée Ric Hochet.

Publication[modifier | modifier le code]

Les planches du Monstre de Noireville furent publiées dans le Journal de Tintin entre le 3 août et le 9 novembre 1971 (n° 31/71 à 45/71).

Résumé[modifier | modifier le code]

Bourdon mène l'enquête sur la mort mystérieuse d'un touriste belge à Noireville depuis des semaines et finit par faire appel à Ric, qui, dès son arrivée, se fait agresser la nuit par une sorte de monstre, alors qu'il avait un rendez-vous secret avec le commissaire. Il fait la connaissance du hobereau local, le comte de Fondane, et de sa nièce Diane qui évoque l'idée d'un monstre qui frapperait dans les vieilles ruines les soirs de pleine lune. La surveillance s'accroît sur le village mais à la nuit de pleine lune suivante, un touriste est retrouvé mort dans la carrière. C'est ensuite au tour du curé d'être agressé dans la bibliothèque de son église par le monstre, puis à Ric, survenu entretemps, qui est frappé et retrouvé sans connaissance au pied de la chaire. Ric pense alors à un malade mental souffrant de lycanthropie. Il est à nouveau agressé par le loup-garou après un appel lancé à la population pour que le monstre se fasse soigner.

Une troisième victime est retrouvée à la lune suivante à Noireville, encore un touriste étranger. Les trois victimes ont en commun de venir de l'étranger et de s'y être installées cinq ans auparavant. Ric pense que leur mort est liée à un événement survenu à cette époque : le vol de 250 kg d'or. Ric retourne voir Nico, qui tenait un club pour jeunes à cette époque. Ce dernier confirme les hypothèses de Ric, mais sans lui révéler le nom du "cerveau". Celui-ci apparaît alors hors-champ : Ric est ceinturé par Nico, mais c'est lui qui est abattu par l'homme armé. Au 14-Juillet, Ric gagne un tableau de Bruno et Bourdon... un lingot d'or, provenant du casse ! Le "cerveau", qui a été écarté au moment du hold-up, a fait venir les trois victimes pour connaître l'emplacement des caches de chacun.

Ric a compris que le « cerveau » est Bruno, âgé de 15 ans à l'époque et trop jeune pour participer au vol d'or. Il sait aussi, après avoir fait analyser par un psychiatre le tableau gagné à la tombola, qu'il est atteint de paranoïa. Le peintre se rue alors dans la Porsche de Ric, la dérobe et va se fracasser au fond de la carrière.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Ric Hochet : reporter
  • Commissaire Bourdon
  • Docteur Cadieu
  • Nico Bassan[1], garagiste, « ancien d'Algérie »[2]
  • Pierre Klaven, première victime du monstre
  • Le Comte de Fondane, propriétaire du château
  • Diane, nièce du comte de Fondane
  • M. Morel, boucher de la commune
  • L'abbé Remy[3], curé de la paroisse
  • Bruno, ami d'enfance de Diane, artiste peintre un peu original
  • Luc Dorner, deuxième victime du loup-garou
  • Richard Alem, troisième victime du loup-garou

Lieux[modifier | modifier le code]

« Noireville, petit village des Ardennes, sinistre en hiver et pluvieux en été... Une église classée, un château en ruines. »[4]

Action, rebondissements[modifier | modifier le code]

Ric se fait frapper dans la nuit à la planche 4 et manque d'être écrasé par un bloc de pierre à la 6. Il est frappé à coup de barre de fer à la planche 33 et reçoit au bras un couteau lancé par Bruno à la planche 44.

Une fois de plus, la Porsche jaune de Ric est détruite[5].

Véhicules remarqués[modifier | modifier le code]

Porsche 911 T
Une Porsche 911 T Targa identique à celle de Ric Hochet

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tibet a donné à ce personnage le visage de Serge Reggiani[réf. nécessaire]
  2. planche 3
  3. Tibet a donné à ce personnage les traits d'Hergé, en plus d'un patronyme presque identique[réf. nécessaire].
  4. Cartouche de la vignette 1 de la première planche.
  5. à la dernière planche. Voir également Les Compagnons du diable