Le Monde libre (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Monde libre
Création 23 septembre 2010
Dates clés 2010 : rachat du Groupe Le Monde par le trio Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse
Fondateurs Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse
Personnages clés Xavier Niel, Matthieu Pigasse, Daniel Kretinsky et Madison Cox
Forme juridique Société en commandite simple
Siège social 16, rue de la Ville l'Évêque, Paris
Drapeau de France France
Actionnaires Drapeau de la France Le Nouveau Monde (26,66 %)
Drapeau de la France NJJ Presse (26,66 %)
Drapeau de la France Berlys Media (26,66 %)
Drapeau de l'Espagne Prisa (20 %)
Activité Activités de sièges sociaux et édition de revues et périodiques
Filiales Groupe Le Monde (72,5 %), L'Obs (99 %)
SIREN 527 678 262

Le Monde libre est une holding de presse française qui détient 72,5 % du Groupe Le Monde et 99 % de l'hebdomadaire L'Obs[1]. Elle est contrôlée à parts égales par Le Nouveau Monde (Matthieu Pigasse et Daniel Kretinsky), NJJ Presse (Xavier Niel) et Berlys Media (Madison Cox, veuf de Pierre Bergé), qui possèdent chacun 26,66 % des actions, les 20 % restant appartenant au groupe de presse espagnol Prisa[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Le , le trio dit « BNP » composé de Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse, rachètent le Groupe Le Monde. Ils révoquent également le président du groupe, Éric Fottorino, de la présidence pour divergences de point de vue avec les nouveaux actionnaires le .

En janvier 2014, le trio d'actionnaire rachète 65 % du Nouvel Observateur pour 13,4 millions d'euros[2]. Cette acquisition signifiant le désengagement partiel de Claude Perdriel[3],[4], Laurent Joffrin publie le même mois un éditorial faisant le point de la situation[5].

Le 2014, l'Autorité de la concurrence autorise le rachat du Nouvel Observateur par Le Monde libre, permettant ainsi de conclure l'opération annoncée en janvier[6]. À la suite de ce changement d'actionnaires, une nouvelle formule est mise en place et, le , Le Nouvel Observateur devient L’Obs[7].

En , le Groupe Le Monde annonce la construction de nouveaux locaux dans le 13e arrondissement de Paris près de la gare d'Austerlitz, ils devraient regrouper les rédactions du Monde et ceux de L'Obs.

Après la mort de Pierre Bergé en 2017, ses deux associés Xavier Niel et Matthieu Pigasse s'engagent à reprendre ses parts à égalité dans Le Monde libre[8]. Néanmoins, Madison Cox, veuf de Pierre Bergé, qui détient donc 26,66 % du Monde Libre, s'oppose fermement à cette reprise et attaque en justice les deux associés après qu'ils aient fait de même devant le tribunal de commerce de Paris en décembre 2020. Selon un pacte d'associés signé le 6 décembre 2016 par Pierre Bergé avec Xavier Niel et Matthieu Pigasse, il prévoyait de vendre à chacun la moitié de ces 26,66%[9].

Le , Matthieu Pigasse officialise la vente de 49 % de ses parts dans le Nouveau Monde - propriétaire de sa participation dans le Monde libre - au milliardaire tchèque Daniel Křetínský[10].

En , Daniel Křetínský et Matthieu Pigasse annoncent être entrés en négociations exclusives avec Prisa pour racheter les 20 % de parts détenues par le groupe espagnol dans Le Monde libre[11],[12]. Une décision qui provoque la colère de Xavier Niel et de la société des rédacteurs du Monde[13]. Cependant, en octobre 2019, l'échéance de la période exclusive de négociations étant dépassée, la revente à parité de la part du groupe espagnol Prisa n'a pas eu lieu[14].

Actionnariat[modifier | modifier le code]

Actionnariat de la holding Le Monde Libre au 19 mai 2021[9],[11],[14]
Actionnaire Personnages clés Part
Drapeau de la France Drapeau de la Tchéquie Le Nouveau Monde Daniel Křetínský et Matthieu Pigasse 26,66 %
Drapeau de la France NJJ Presse Xavier Niel 26,66 %
Drapeau de la France Berlys Media Madison Cox, veuf de Pierre Bergé 26,66 %
Drapeau de l'Espagne Prisa Ignacio Polanco 20 %

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « « Le Monde », une indépendance éditoriale totale et absolue », sur lemonde.fr, .
  2. « Nouvel Obs » : les coulisses d’une vente, Fabienne Schmitt, Les Échos, 15 janvier 2014.
  3. Enguérand Renault, « Claude Perdriel prêt à céder le contrôle du Nouvel Obs », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  4. « Niel, Pigasse et Bergé ont les mêmes idées politiques que les miennes », Ozap.com, 24 janvier 2014
  5. À nos lecteurs (éditorial du 30 janvier 2014), Le Nouvel Observateur, 11 février 2014
  6. Le trio Bergé-Niel-Pigasse autorisé à racheter « le Nouvel Obs », Libération du 5 juin 2014.
  7. Alexis Delcambre, « Comment Le Nouvel Observateur entend se relancer », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  8. Nicolas Madeleine, « Le Monde : Xavier Niel et Matthieu Pigasse rachètent les parts de Pierre Bergé », lesechos.fr, 9 septembre 2017.
  9. a et b Jamal Henni, « Les actionnaires du "Monde" s’affrontent devant les tribunaux », sur Capital.fr, (consulté le 19 mai 2021)
  10. Alexandre Piquard, « « Le Monde » : Pigasse a cédé une minorité de sa part à Kretinsky, tout changement de contrôle sera soumis à accord », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2018)
  11. a et b « Matthieu Pigasse et Daniel Kretinsky négocient le rachat des parts de Prisa dans «Le Monde» », sur www.lefigaro.fr, (consulté le 19 juillet 2019)
  12. Laurent Mauduit, « Pigasse et Kretinsky en passe de prendre le contrôle des actions de Prisa dans «Le Monde» », sur Mediapart (consulté le 19 juillet 2019)
  13. « Daniel Kretinsky et Matthieu Pigasse veulent augmenter leur participation au capital du Monde », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2019)
  14. a et b « Prisa n'a pas réussi à vendre sa participation dans « Le Monde » », sur Les Echos, (consulté le 19 mai 2021)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Ressources relatives aux organisationsVoir et modifier les données sur Wikidata :