Le Massacre des Innocents (Poussin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Massacre des Innocents
Nicolas Poussin - Le massacre des Innocents - Google Art Project.jpg
Artiste
Nicolas Poussin (1594-1665)
Date
1625 ou 1629
Type
Huile sur toile
Dimensions (H × L)
147 × 171 cm
Mouvement
Localisation
Musée Condé, Grande galerie, Chantilly (Drapeau de la France France)
Propriétaire
Numéro d’inventaire
PE-305Voir et modifier les données sur Wikidata

Le Massacre des Innocents est un tableau peint par Nicolas Poussin actuellement conservé au Musée Condé à Chantilly.

Historique[modifier | modifier le code]

L'historien d'art Jacques Thuillier y voit une œuvre de jeunesse datant de 1625-1626, pour d'autres, comme Anthony Blunt, il s'agirait d'un tableau proche dans le style du Martyr de Saint-Erasme pour Saint-Pierre de Rome et l'Apparition de la vierge à Saint-Jacques le Majeur actuellement au musée du Louvre et donc datant plutôt de 1628-1629.

Réalisée à Rome, elle est présente dans l'inventaire de la collection Giustiniani en 1638. Il s'agit d'une commande pour la décoration au palais de Vincenzo Giustiniani. Arrivé à Paris avec le reste de la collection en 1807, le tableau rentre dans les collections de Lucien Bonaparte, qui le cède à Marie-Louise d'Étrurie. Son héritier, Charles II de Parme, duc de Lucques, revend le tableau en 1840 à Londres. Il est alors vendu sur cette même place trois fois successivement en 1841 (vente Philipps), 1846 (vente Buchanan) et 1854 (vente Gardner). Le duc d'Aumale l'achète à Londres en avril 1854 par l'intermédiaire du marchand Colnaghi pour 367,10 livres sterling. Il est installé dans la grande galerie du château de Chantilly à l'achèvement de celle-ci dans les années 1880.

Inspirations et thème[modifier | modifier le code]

Le Massacre des Innocents de Guido Reni
Dessin préparatoire (Palais des beaux-arts de Lille).

Cette œuvre représente une scène du massacre des Innocents, issue du Nouveau testament et citée dans l'Évangile selon Matthieu, chap. 2, verset 16-18. Pour ce tableau, Poussin s'est sans doute inspirée d'une œuvre sur le même thème de Guido Reni, actuellement conservée à la pinacothèque nationale de Bologne. Poussin décide de concentrer la scène sur le massacre d'un enfant par un soldat et sur le cri de sa mère qui occupe le centre de la composition du tableau.

Peinture renommée, Pablo Picasso étudie la composition de l'œuvre lors de sa période méditerranéenne 1920-1922, et reprend le personnage à l'étoffe bleue à droite dans plusieurs de ses dessins. L'attitude et la posture des femmes du tableau se retrouvent notamment dans plusieurs personnages féminins de Guernica[1],[2].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albert Châtelet, Chantilly, musée Condé. Peintures de l'École française XVe - XVIIe siècle, Réunion des musées nationaux, coll. « Inventaire des collections publiques de France » (no 16), , notice 127
  • Pierre Rosenberg (dir.), Poussin, Le massacre des Innocents - Picasso, Bacon, Paris, Flammarion, , 192 p. (ISBN 9782081412378)
    Catalogue de l'exposition au musée Condé du 11 septembre 2017 au 7 janvier 2018

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Domaine de Chantilly,Le massacre des Innocents, CRDP de l'Académie d'Amiens, 2008.
  2. Santiago Sebastián, El "Guernica" y otras obras de Picasso: contextos iconográficos, Universidad de Murcia, 1984, p.90 : « Por lo que respecta al "Guernica" lo ha estudiado desde este punto de vista de la relación con el arte anterior el mencionado [Anthony] Blunt [...] en el cuadro de [Poussin] en Chantilly veía ecos de la mujer de los brazos levantados y de la madre con el niño muerto ».