Le Marteau des sorcières (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Marteau des sorcières
Titre original Kladivo na čarodějnice
Réalisation Otakar Vávra
Scénario Otakar Vávra
Ester Krumbachová
Acteurs principaux
Sociétés de production Barrandov
Pays de production Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie
Genre dramatique
Durée 103 minutes
Sortie 1970


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Marteau des sorcières (Kladivo na čarodějnice) est un film dramatique tchécoslovaque écrit et réalisé par Otakar Vávra et sorti en 1970. Le film est tiré du roman Kladivo na čarodějnice (en) (1963) de Václav Kaplický.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans les années 1670 en Moravie, un enfant de chœur remarque qu'une femme âgée dissimule le pain donné pendant la communion et en informe le prêtre, qui questionne la vieille femme. Elle admet qu'elle a pris le pain pour le donner à une vache afin de réactiver sa production de lait. Le prêtre rapporte l'incident au seigneur local qui, à son tour, en appelle à un inquisiteur spécialisé dans les procès de sorcellerie, Boblig von Edelstadt.

Boblig s'inspirant du livre Malleus Maleficarum (Marteau des sorcières), instruit une série de procès sans cesse plus nombreux, utilisant la torture dans ses interrogatoires. Cependant, un prêtre, Krystof Lautner, critique ces méthodes inhumaines, et un autre membre du clergé découvre qu'un grand nombre des femmes accusées de sorcellerie et brûlées vives sur le bûcher sont en fait innocentes, et prie ouvertement pour que cessent ces procès.

Boblig se met à craindre Lautner, et l'une des accusées témoigne alors contre Lautner et sa cuisinière, Zuzana. Lautner est accusé d'avoir une cuisinière et de jouer du violon, deux pratiques non conventionnelles pour un ecclésiastique. Lautner répond que sa défunte mère avait engagé Zuzana, et qu'il l'a gardée parce que la jeune fille n'avait nulle part où aller.

Les amis de Lautner, les Sattler, qui possèdent des biens qui pourraient être confisqués par le tribunal, sont contraints d'avouer qu'ils accompagnaient Lautner et Zuzana, pratiquaient la fornication et adoraient Lucifer. Sous la torture, Zuzana avoue. Lautner réfute que ses amis disent la vérité, tout en admettant qu'il a pris la virginité de Zuzana. En fin de compte, le tribunal estime que les 36 confessions obtenues l'emportent sur ses professions d'innocence et Lautner est forcé d'avouer. Boblig conclut qu'il est supérieur à tous les hommes ordinaires.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Le réalisateur Otakar Vávra.

Distribution[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :