Le Manoir de Mortevielle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Manoir de Mortevielle

Développeur
Éditeur
Réalisateur
Bernard Grelaud, Bruno Gourier

Date de sortie
Genre
Mode de jeu
Plate-forme

Le Manoir de Mortevielle (ou Le Manoir de Mortvielle selon les versions[3],[4]) est un jeu vidéo d'aventure développé et édité par Lankhor en 1987. La version pour Atari ST est le premier jeu vidéo offrant des dialogues en synthèse vocale. Ce jeu innove également avec une navigation par menus déroulants à la souris, qui est alors une nouveauté pour le grand public. Ce jeu sera adapté plusieurs mois plus tard sur d'autres micro-ordinateurs, comme l'Amiga, le PC sous DOS, l'Amstrad CPC[1] ou l'Apple IIGS. La première version, pour Sinclair QL, fut le premier essai de ses créateurs (avant même la création de Lankhor), en 1986[2] (développé par Kyilkhor et édité par Pyramide) et n'a pas tous les raffinements de la version ST ; notamment, la synthèse vocale en est absente.

Les aventures de Jérôme Lange se poursuivent à travers un second jeu, Maupiti Island (1990), également édité par Lankhor.

Trame[modifier | modifier le code]

Introduction[modifier | modifier le code]

Le jeu débutait par une introduction parlée (via synthèse vocale) qui est restée gravée dans la mémoire de nombreux joueurs :
« … Profession : détective privé. Le froid figeait Paris et mes affaires lorsque…
Une lettre, un appel, des souvenirs d’une enfance encore proche. Que de jeux dans les pièces délabrées du manoir de Mortevielle. Julia, une vieille femme à présent… »

De même, l'accueil de Jérôme Lange par le domestique du manoir de Mortevielle est mémorable : « Jérôme, il y a longtemps... Quelle tristesse, Julia est morte. Sa famille est ici, Guy son fils et Eva sa bru, Léo son mari, bien sûr son beau-fils Pat. Des cousins, Bob, Ida, Luc. La tempête redouble, il vous faut rester... Les repas sont à 12 et 19 heures. Il y a un recueillement à la chapelle à 10 heures tous les jours ».

Histoire[modifier | modifier le code]

L'action se situe dans les années 1950. L'intrigue commence dans le bureau du célèbre détective privé Jérôme Lange, incarné par le joueur. Une lettre se glisse sous sa porte, envoyée par Julia, une amie d'enfance, qui vous invite à vous rendre au manoir de Mortevielle (mais vous ignorez la raison de sa demande). Arrivé au manoir, au son du hurlement des loups, Max, le domestique, vous accueille, il vous explique que Julia est morte d'une embolie pulmonaire. Ensuite, il vous dit qui vit dans le manoir, quelles sont les règles de fonctionnement du manoir (heures des repas, heure de la messe, etc.) et vous explique qu'à cause de la tempête, il vous faut rester au manoir.

Vous vous retrouvez dans votre chambre. Le jeu permet de vous rendre n'importe où dans le manoir ainsi qu'à l'extérieur (mais pas trop loin, sinon c'est la mort assurée). Vous pouvez fouiller les lieux (mais de façon discrète si possible, sinon vous serez soit renvoyé, soit tué) et vous pouvez également interroger les personnages et ainsi profiter de leur voix.

Les ambiances sont particulièrement soignées et le jeu baigne dans une atmosphère à la Raymond Chandler. L'exploration des chambres, certains objets (photos, poèmes, lettres…) et les discussions avec les personnages en présence, suffisent à créer l'intérêt du jeu et sa poésie. Beaucoup de jeux de mots parsèment l'enquête : "Dans la chambre du "saigneur" ; "Trou noir, troublanc" ; "Si ce n'est pas dans vos cordes, ne soyez pas sot", etc;

Développement[modifier | modifier le code]

Équipe[modifier | modifier le code]

  • Auteur : Bernard Grelaud, Bruno Gourier
  • Programmation : Bruno Gourier
  • Graphisme : Maria Dolores, Dominique Sablons, Bernard Grelaud
  • Sons / Synthèse vocale : Béatrice & Jean-Luc Langlois

Solution[modifier | modifier le code]

Le jeu peut être terminé en très peu de temps si on dispose de la solution. Il est alors possible d'en voir la fin sans même en avoir compris l'intrigue, ni les indices qui auraient amené le joueur à réaliser certaines actions. C'est pourquoi, après la publication de la solution par un magazine français, Lankhor a sorti une nouvelle version du jeu pour remplacer l'ancienne. Elle est identique, si ce n'est qu'à un moment précis du jeu, le joueur est obligé de répondre correctement à une série de dix questions[1] concernant l'intrigue pour être autorisé à continuer l'aventure.

Accueil[modifier | modifier le code]

Le Manoir de Mortevielle
Presse numérique
Média Amstrad CPC
Amstar 17/20[1]
  • Tilt d'or 1987 : catégories Aventure et Bruitage.

Héritage[modifier | modifier le code]

La compagnie théâtrale amateur du Théâtre de l'Embellie à Montauban rend hommage au jeu à travers le spectacle Les Secrets du manoir de Mortevielle en 2015[5], et la pièce Le Manoir de Mortevielle en 2021[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Le logiciel du mois : Le Manoir de Mortevielle », Amstar, no 30,‎ , p. 9-10
  2. a et b Jacques Harbonn, « SOS Aventure : Le manoir de Mortevielle », Tilt, Éditions Mondiales, no 35,‎ , p. 149-150
  3. Julien Pirou, « Jérôme Lange », Retro & Magic, Nolife, no 130,‎
  4. Dany Boolauck et Mathieu Brisou, « Les Tilt d'or font école ! », Tilt, no 77,‎ , p. 38
  5. « Côté sorties/loisirs », Le Petit Montalbanais, informations commerciales et culturelles du Pays Montalbanais, Éditions Quercy-Pyrénées, no 32,‎ hiver 2014-2015, p. 15
  6. Kenza Gros Desormeau, « Soirée frisson, festival, randonnées… Que faire à Montauban pour les vacances de la Toussaint ? », L'Opinion indépendante, Toulouse, Opinion indépendante du Sud-ouest,‎ (lire en ligne)