Le Magicien d'Oz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Magicien d'Oz (homonymie).
Le Magicien d’Oz
Image illustrative de l'article Le Magicien d'Oz
Édition originale américaine de 1900.

Auteur Lyman Frank Baum
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Roman fantastique pour la jeunesse
Version originale
Langue Anglais
Titre The Wonderful Wizard of Oz
Éditeur George M. Hill Company
Lieu de parution Drapeau des États-Unis États-Unis
Date de parution 1900
Version française
Traducteur Marcelle Gauwin
Éditeur Éditions Denoël et Steele
Collection La Bibliothèque merveilleuse
Lieu de parution Paris
Date de parution 1931
Illustrateur William Wallace Denslow
Couverture William Wallace Denslow
Nombre de pages 249
Chronologie
Le Merveilleux Pays d'Oz Suivant

Le Magicien d'Oz (titre original : The Wonderful Wizard of Oz) est un roman pour enfants écrit par Lyman Frank Baum et publié aux États-Unis en 1900 aux éditions George M. Hill Company. En France, il a été édité pour la première fois en 1931[1].

Présentation[modifier | modifier le code]

Grand classique de la littérature enfantine dans le monde anglophone - en première place[réf. nécessaire] avec Le Vent dans les saules écrit par Kenneth Grahame en 1908 - il en a été tiré plusieurs adaptations cinématographiques.

L'auteur a écrit une suite à ce roman : Le Merveilleux Pays d'Oz (The Marvelous Land of Oz, 1904), traduit en français tardivement en 1981[2] et Ozma, la princesse d'Oz (Ozma of Oz, 1907) traduit en français en 1982.

Résumé[modifier | modifier le code]

Dorothée rencontre le lion couard.

Une petite fille prénommée Dorothée (ou Dorothy selon les versions) et son petit chien Toto, qui habitent au Kansas, sont enlevés avec leur maison par une tornade et transportés dans un pays merveilleux du nom d'Oz. La maison tombe sur la méchante sorcière de l'Est et la tue sur le coup ; Dorothée récupère les souliers d'argent (de rubis dans le film de 1939) de la sorcière. Pour trouver un moyen de rentrer au Kansas, la gentille sorcière du Nord lui conseille de s'adresser au grand et puissant magicien d'Oz, qui réside dans la cité d'Émeraude.

Pour s'y rendre il faut suivre une route de brique jaune. En chemin, Dorothée rencontre un épouvantail qui se plaint de ne pas avoir de cerveau, un bûcheron en fer blanc qui regrette de ne pas avoir de cœur, et un lion qui déplore son manque de courage. Suivant Dorothée, tous les trois se rendent auprès du magicien pour qu'il leur accorde ce qui leur manque. Le magicien accepte, à condition qu'ils éliminent la méchante sorcière de l'Ouest. Dorothée y parvient, en jetant un seau d'eau sur la sorcière, ce qui la fait fondre.

Mais le magicien se trouve être un imposteur. Il réussit tout de même à donner à l'épouvantail, au bûcheron et au lion ce qu'ils désirent, mais il lui est plus difficile de ramener Dorothée au Kansas. Il fabrique pour cela un ballon, mais celui-ci s'envole avec le magicien et sans Dorothée. En fin de compte, Dorothée peut rentrer chez elle grâce à l'aide de la gentille fée du Sud, qui lui apprend que les souliers d'argent pouvaient l'aider : il lui suffit de claquer trois fois des talons et d'exprimer un souhait.

Une allégorie économique[modifier | modifier le code]

Entre 1883 et 1897, à la fin du Gilded Age, une dépression eut lieu aux États-Unis. Les agriculteurs de l'Ouest s'endettèrent lourdement. L'étalon-or avait alors cours et certains économistes préconisaient d'utiliser également l'argent[3]. Cela aurait permis d'augmenter la quantité de monnaie, aurait entraîné l'inflation et réduit le poids réel de l'endettement des agriculteurs. Cette question fut cruciale lors de l'élection présidentielle de 1896. William Jennings Bryan attaqua alors l'étalon-or. Mais ce fut William McKinley, républicain et défenseur de l'étalon-or qui devint président. Les personnages du livre symbolisent diverses figures et des événements de l'époque [4]:

  • Dorothée : l'Américain moyen
  • Toto : le parti prohibitionniste (son surnom était Teetotaler)
  • Le bûcheron en fer blanc : les ouvriers
  • L'épouvantail : les agriculteurs
  • Le lion peureux : William Jennings Bryan
  • Les Croquignons : les habitants de la côte Est
  • Le magicien : Marcus Hanna, leader du Parti républicain
  • La sorcière de l'Ouest : William McKinley
  • La sorcière de l'Est : Grover Cleveland, président démocrate jusqu'en 1896, qui fut battu par William Jennings Bryan aux élections primaires
  • La tornade : la dépression
  • Les souliers d'argent : l'argent qui permettra, en touchant le chemin doré, de revenir au double étalon or-argent.

Luca Gallesi publie en 2012 l'essai C'era una volta l'economia (Il était une fois l'économie en 2015 en France) dans lequel il analyse cette approche historico-économique du Magicien d'Oz comme étant liée à la querelle du bimétallisme, reprenant ainsi la thèse d'Henry Littlefield[5]. Gregory Mankiw cite également le conte comme illustration de cet épisode économique dans son ouvrage Macroéconomie (1992).

Éditions françaises[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

Adaptations[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des films sur le pays d'Oz.

Plusieurs adaptations cinématographiques ont été tirées de ce livre. La plus célèbre est le film musical de Victor Fleming (1939), avec Judy Garland dans le rôle de Dorothy Gale et Frank Morgan dans le rôle du magicien. Les chansons du film (Over the Rainbow, Follow the Yellow Brick Road et We're off to see the wizard) sont particulièrement célèbres.

Une série télévisée : "Emerald City" a été réalisée en 2016 et diffusée en 2017.

Suites[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des romans sur le pays d'Oz.

L. Frank Baum écrivit de nombreuses suites au roman. Il y approfondit sa description du pays d'Oz et invente plusieurs pays voisins. Après la mort de F. L. Baum, d'autres romans furent écrits par d'autres auteurs, les premiers étant Ruth Plumly Thompson, John R. Neill et Jack Snow.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. Notice n°: FRBNF31776681 de la Bibliothèque nationale de France.
  2. Cf. Notice n°: FRBNF34721681 de la Bibliothèque nationale de France.
  3. http://rue89.nouvelobs.com/rue89-culture/2014/03/01/pourquoi-navez-sans-doute-rien-compris-magicien-doz-250326 Pourquoi vous n’avez (sans doute) rien compris au Magicien d’Oz, Rue89
  4. (en)Article sur le site Independent.org
  5. Comptes de fées ou court traité d'économie du merveilleux sur le site de France Culture, 11 juin 2015

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]