Le Macroscope

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Vers une vision globale

Le Macroscope
Vers une vision globale
Auteur Joël de Rosnay
Pays Drapeau de la France France
Genre Essai scientifique
Éditeur Seuil
Collection Civilisation
Lieu de parution Paris
Date de parution 1975
Type de média livre broché 18×11,5
Illustrateur Anne Boissel-Puybareaud
Nombre de pages 314
ISBN 2-02-002818-2

Le Macroscope (sous titré vers une vision globale) est un des principaux ouvrages français d'initiation à l'analyse systémique. Il a fait découvrir à beaucoup les systèmes à causalité circulaire (et non plus seulement linéaire) et l'importance du rôle de la rétro-action (feed-back).

L'auteur, Joël de Rosnay, présente dans cet ouvrage de 1975 l'outil virtuel du même nom qu'il a inventé et qui permet d'observer (skopein) en grand et de manière synthétique (macro) un système complexe. Cette nouvelle démarche intellectuelle peut se comprendre à travers l'extrait suivant :

  • « Les rôles sont inversés : ce n'est plus le biologiste qui regarde au microscope une cellule vivante ; c'est la cellule qui regarde au macroscope l'organisme qui l'abrite. »

Ce néologisme, qui n'est pas (encore ?) présent dans le dictionnaire, permet de s'accorder sans heurt aux différentes approches d'une science nouvelle qui étudie les systèmes (ie: la systémique), mais qui reste divisée en plusieurs chapelles, chacune ayant une origine distincte, un vocabulaire spécifique, voire des approches différentes.

Probablement rattaché à la cybernétique aux États-Unis dans les années 1950, cet ouvrage serait aujourd'hui qualifié d'approche systémique (ou par l'analyse systémique) à la réunion des sciences.

« Macroscope » est un jeu de mots se référant à la théorie des trois infinis :

  • l'infiniment petit : observable par un microscope,
  • l'infiniment grand : observable par un télescope,
  • l'infiniment complexe : observable par un macroscope, dont la meilleure concrétisation est - selon Joël de Rosnay - l'ordinateur.

Application[modifier | modifier le code]

Forts de cette nouvelle notion systémique, divers auteurs s'en sont emparée pour tenter d'expliquer des systèmes complexes particuliers. On peut citer :

  • en Gestion des connaissances :
    • le macroscope "MKSM" de Jean-Louis Ermine du CEA[1],
    • le macroscope "ECRI" de Patrick Serrafero de l' ECL[2],
  • en Systémique :
    • le macroscope "Paradigme Systémique" de Jean-Pierre Algoud de l'Université Lyon 3[3],
    • le macroscope "Système Général" de Jean-Louis Le Moigne de l'Université d'Aix-Marseille[4],
  • en Management :
    • le macroscope "Sémacarte" de Jean-Pierre Crespin de Néocogit[5],
    • la macroscope "Référentiel méthodologique" de Fujitsu[6].

Édition en ligne[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Louis Ermine, Les systèmes de connaissances, 1996, Ed. HERMES, 160 p. (ISBN 2866015266)
  2. Patrick Serrafero, Cycle de vie, maturité et dynamique de la connaissance : des informations aux cognitons de l'Entreprise Apprenante, 2000, Revue ENSAM "Knowledge Management", Ed. Dunod, p.158
  3. Jean-Pierre Algoud, Systémique: vie et mort de la civilisation occidentale, 2002, Éd. L'Interdisciplinaire, 2 volumes, 1 600 p. (ISBN 2907447394)
  4. La théorie du système général. Théorie de la modélisation, sous forme de e-book en version intégrale.
  5. Une nouvelle sémacarte : stratégie d'entreprise : n e o c o g i t
  6. Macroscope : FUJITSU

Sur les autres projets Wikimedia :