Le Loup (Tex Avery)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Loup.

Le Loup est un personnage de dessin animé, créé par Tex Avery dont la première apparition remarquable sera en 1942 dans le court métrage d'animation Der Gross Méchant Loup (ou Blitz Wolf), et qui apparaîtra par la suite dans d'autres films d'animations.

Der Gross Méchant Loup ou Blitz Wolf (1942)[modifier | modifier le code]

A l'instar du Grand Loup des studios Disney, créé en 1933 pour le film d'animation Les Trois Petits Cochons, et qui deviendra par la suite un méchant récurant de l'univers de Dysney, Tex Avery réutilise le conte traditionnel Les Trois Petits Cochons datant du XVIIIe siècle pour parodier l'histoire du conte et l'Histoire avec un grand H[1]. En effet, Tex Avery rejoint Metro-Goldwyn-Mayer en 1941 au moment où les Etats-Unis entrent en guerre[2]. Son adaptation du récit des Trois Petits Cochons, premier film distribué pour la M-G-M[note 1], dénonce les agissement du Troisième Reich à travers un loup incarnant un Adolf Hitler à l'assaut de la forteresse des cochons[3]. Destiné à soutenir l'effort de guerre à la demande du pentagone[4], Tex Avery ne cache pas ses intentions de ridiculiser le Führer, ce texte apparaît en début de film : « le loup qui apparaît dans ce film n'est PAS fictif. Toute ressemblance entre ce loup et cette canaille de Hitler est volontaire »[4].

Autres apparitions remarquables[modifier | modifier le code]

Par la suite, le Loup quitte son costume de Führer pour incarner tout ce qu'il y a de plus mauvais et de plus lâche dans l'univers de Tex Avery[5].

Quel petit cochon ou One Ham's Family (1943), Droopy fin limier ou Dumb Hounded (1943) et Le Petit Chaperon rouge ou Red Hot Riding Hood (1943)[modifier | modifier le code]

A la période de noël, dans ce premier court métrage d'animation, le Loup se déguisera en père noël afin de capturer l'enfant d'une famille de cochon, mais sera la victime de l'histoire, sans cesse moqué par ce dernier. Dans le second c'est Droopy qui en fera sa victime[6]. Dans la relecture du conte du petit chaperon rouge, le Loup, excité par les chants de la très séduisante chanteuse au chaperon rouge doit fuir sa grand mère nymphomane[7].

Casse-noisette s'amuse ou Big Heel Watha (1944), Droopy en Alaska ou The Shooting of Dan McGoo (1945) et Entre Chien et Loup ou Wild and Woolfy (1945)[modifier | modifier le code]

Dans ce premier, un groupe d'indiens excités par la beauté d'une femme promise au meilleur chasseur du camp, prennent l’apparence du Loup le temps d'hurler en cœur[8]. Dans le second, c'est un groupe de cow-boys qui agissent de même devant une chanteuse.

Dans les deux derniers, le Loup sera très excité par une chanteuse de bar[9] (comme dans Le petit Chaperon rouge de 1943) avant d'essayer de l'enlever[10]. Il sera arrêté par Droopy, et même descendu dans Droopy en Alaska.

Les Métamorphoses de Cendrillon ou Swing Shift Cinderella (1945)[modifier | modifier le code]

La recette du Petit Chaperon Rouge (1943) est de nouveau utilisée. Le Loup étant excité par une Cendrillon devenue chanteuse, et essayant de fuir sa marraine[11].

Police montée ou Northwest Hounded Police (1946)[modifier | modifier le code]

Le Loup est de nouveau la victime de Droopy comme dans Droopy fin limier (1943)[6].

Les Deux Chaperons rouges ou Little Rural Riding Hood (1949)[modifier | modifier le code]

De retour dans l'univers de Le Petit Chaperon Rouge (1943), le Loup reçoit son cousin qui est le loup d'un conte du petit chaperon rouge plus traditionnel. Ce dernier est très excité par la version du chaperon rouge chanteuse de cabaret. Par la suite en raccompagnant son cousin, notre Loup sera lui même très excité par le chaperon rouge de son cousin[12].

Droopy toréador ou Señor Droopy (1949)[modifier | modifier le code]

Le Loup et Droopy s'affrontent dans un tournoi de corrida, dans lequel le taureau à le dessus, mais Droopy finira par l'emporter après une mauvaise blague du taureau qui le rendra fou[13],[14].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

La gestuelle du loup rendu fou par l'excitation dans Le Petit Chaperon rouge est imitée par Jim Carrey dans The Mask, de Charles Russell en 1994[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le premier film tourné par Tex Avery pour la M-G-M est The Early Bird Dood It, mais sera distribué après The Blitz Wolf. page 36 de Tex Avery, de Patrick Brion, Edition du Chêne, Paris, 2009, 173 pages, 978-2-81230-107-0.
  1. Jean-Pierre Bertin-Maghit, Une histoire mondiale des cinémas de propagande, Nouveau Monde éditions (ISBN 9782365831185, lire en ligne), "Tous les toons s'engagent, tous se trouvent confrontés à Hitler ou Tojo, du loup de Tex Avery aux petits cochons de Disney"
  2. Patrick Brion, Tex Avery, Paris, Edition du Chêne, , 173 p. (ISBN 978-2-81230-107-0), "Avery est arrivé à la Metro au moment où l'amérique entre en guerre à la suite du désastre de Pearl Harbord (7 décembre 1941)" p. 36
  3. Collectif, Tex Avery, la folie du cartoon, Paris, Artefact / Anagramme, , 111 p. (ISBN 978-2-86697-053-6), "Nous sommes en 1942, et celui-ci [Le loup], dans une parodie des 3 petits cochons, incarne un Adolphe Hitler à l'assaut de la forteresse des cochons, à grand renfort de chars d'assauts, d'avions et de canons." p. 12
  4. a et b Gilles Ragache, Le Retour des loups, FeniXX, 269 p. (ISBN 9782402048118, lire en ligne), "Bien différent de celui de Walt Disney, le loup de Tex Avery date de la seconde guerre mondiale. Sa naissance plus tardive et très typée tient à une commande du Pentagone en 1942 destinée à soutenir l'effort de guerre américain ! Eh oui, le loup au service de l'Etat...Tex Avery, reprenant à son compte l'image du loup-guerrier, dessine une superbe caricature de Hitler. il affuble son personnage d'une petite moustache, d'une paire de bottes et d'une casquette puis il précise avec humour au début du film : "le loup qui apparaît dans ce film n'est PAS fictif. Toute ressemblance entre ce loup et cette canaille de Hitler est volontaire"."
  5. Collectif, Tex Avery, la folie du cartoon, Paris, Artefact / Anagramme, , 111 p. (ISBN 978-2-86697-053-6), "Le loup incarnera essentiellement l'excité lubrique, "le charmeur hollywoodien", se déchaînant dans les fameuses scènes de pseudo masturbation qui assureront la gloire d'Avery" p. 12
  6. a et b collectif, Tex Avery, la folie du cartoon, Paris, Artefact / Anagramme, , 111 p. (ISBN 978-2-86697-053-6), "Parfois, le loup sert également de victime, par exemple au petit cochon de One Ham's Family (1943) qui ne cesse de le traiter de crétin, ou plus fréquemment à Droopy en particulier dans ces inénarrables poursuites aux quatre coins du monde que sont Dumb Hounded (1943) et Northwest Hounded Police (46) où le loup, bagnard évadé, retrouve, où qu'il aille, même sur la plus petite île déserte, Droopy, policier, qui l'accueille d'un "bouh" laconique qui déchaîne la tempête chez le misérable fuyard." p.12
  7. Patrick Brion, Tex Avery, Paris, Edition du Chêne, , 173 p. (ISBN 978-2-81230-107-0), "Le loup devenu un bagnard évadé de Swing Swing, réapparaîtra dans Dumb-Hounded (Droopy fin limier) où il affronte Droopy, le chien placide, et dans Red Hot Riding Hood [...] C'est l'occasion pour Avery de mettre en scène le Petit Chaperon rouge, devenu une voluptueuse chanteuse dont les "hey, daddy, hey, Wolfie" mettent en transe le loup, et sa grand mère métamorphosée en vielle nymphomane dont les assauts et l'appétit sexuels provoquent la fuite éperdue du malheureux loup..."p. 36
  8. collectif, Tex Avery, la folie du cartoon, Paris, Artefact / Anagramme, , 111 p. (ISBN 978-2-86697-053-6), "Dans Big Heel Watha, même les indiens , qui sont des personnages humains, hurlent de concert, comme des loups, en apercevant la beauté promise en mariage" p. 12
  9. (en) Daniel Ira Goldmark, Charles Keil, Funny Pictures: Animation and Comedy in Studio-Era Hollywood, University of California Press, , 344 p. (ISBN 9780520950122, lire en ligne), "In The Shooting of Dan McGoo, for example, the sultry singer from Red Hot Riding Hood puts on a show, and the same repeated action that we saw in that film-the Wolf reasting to her wildly and with much fanfare-takes up a couple of minutes of the cartoon." p. 215
  10. « Le loup », (consulté le 2 juillet 2019)
  11. (en) Jack Zipes, The Enchanted Screen: The Unknown History of Fairy-Tale Films, Routledge, , 442 p. (ISBN 9781135853952, lire en ligne), "In Red Hood he begins by having his characters (Red Riding Hood, the wolf, and grandma) protest against repeating the same old story and compel the director to change it. In Swing Shift Cinderella, the wolf chases Red Riding Hood across the credits until the girl points out that he is chasing the wrong woman and should be pursing Cinderella [...] In red Hot Riding Hood and Swing Shift Cinderella, aside from the brazen erotic depiction of the young women, the major twist in the plot involves sexy elderly women, the grandmother and the fairy godmother, who pursue the wolf, who never lose his lustful and predatory desire for young women." p. 29
  12. (en) « Le petit chaperon rouge (1943) », sur imdb.com, IMDB (consulté le 2 juillet 2019)
  13. (en) Douglas L. McCall, Film Cartoons: A Guide to 20th Century American Animated Features and Shorts, McFarland, , 267 p. (ISBN 9781476609669, lire en ligne), "Senor Droopy (april 9, 1949) [...] Droopy competes in a bullfighting contest." p. 74
  14. (en) Floriane Place-Verghnes, Tex Avery: A Unique Legacy, Indiana University Press, , 222 p. (ISBN 9780861969197, lire en ligne), "Senor Droopy (1949), in which the wolf performs an artistic ballet dance with the bull he is supposed to fight inhumanely." p. 176
  15. Pierre Delion, Corps, psychose et institution, Eres, 344 p. (ISBN 9782749224954, lire en ligne), "ce qui se retient de Tex Avery, c'est un personnage anonyme, c'est le loup fou d'amour. Entendez-le hurler dans le train, dans la rue, dans la cour. Un archétype ! Le geste des yeux sortant de leurs globes passe dans le langage populaire (Vidéo 1 [Swing shift Cinderella (les métamorphoses de Cendrillon), août 1945] et 2 [The Mask, 1994, Charles Russels, avec Jim Carrey et Cameron Diaz])."