Le Lou-du-Lac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Lou-du-Lac
Château du Lou-du-Lac.
Château du Lou-du-Lac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Canton Montauban-de-Bretagne
Intercommunalité Communauté de communes de Saint-Méen Montauban
Code postal 35360
Code commune 35158
Démographie
Population 99 hab. (2013)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 12′ 00″ nord, 1° 59′ 00″ ouest
Altitude Min. 70 m – Max. 97 m
Superficie 3,18 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration La Chapelle-du-Lou-du-Lac
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 15.svg
Le Lou-du-Lac

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 15.svg
Le Lou-du-Lac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Le Lou-du-Lac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Le Lou-du-Lac

Le Lou-du-Lac est une ancienne commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en Région Bretagne. C’était l’une des plus petites communes d’Ille-et-Vilaine, tant en termes de superficie que de population. Le , elle a fusionné avec La Chapelle-du-Lou pour former la commune de La Chapelle-du-Lou-du-Lac[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune située à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Rennes, à une vingtaine de kilomètres au sud de Dinan et à quelques kilomètres à l’est de Montauban-de-Bretagne.

La commune est traversée par la D 28 et la D 62.

Communes limitrophes de Le Lou-du-Lac
La Chapelle-du-Lou
Montauban-de-Bretagne Le Lou-du-Lac
Bédée

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Lou-du-Lac se trouve à la limite du bassin versant de la Vilaine.
Carte de la commune.

La commune du Lou-du-Lac se trouve sur la ligne de partage des eaux entre le bassin versant de la Vilaine (au sud) et celui de la Rance (au nord). L’étang au nord de la commune alimente le ruisseau du Moulin du Lou qui mène à la Rance et donc à la Manche. Au sud, on trouve la source d’un ruisseau affluent du Garun, lui-même principal affluent du Meu qui se jette dans la Vilaine puis dans le golfe de Gascogne (Océan Atlantique).

Cette source possède un caractère sacré[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes sont : Lupo (XIIIe siècle), Le Lou Lieuc (1314), Lohoc (XVe siècle), Le Lou (1516)[3].

Lou est issu du vieux breton louch (« lac »), d'où une traduction de « lac du lac ».[réf. nécessaire]

En breton, la commune se nomme Al Loc’h[3].

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

Du nord au sud, plusieurs lieux-dits sont répartis sur le territoire de la commune :

  • le Champ de l’Orme
  • les Vieux Villes
  • la Basse Cour
  • le Presbytère
  • la Ville Joubier
  • Fosse Guéret
  • la ville Piron
  • les Quatre Routes
  • l’Aubriais
  • la Normandais
  • la Pommeraie
  • les Méheudais
  • la Gourdonnelais
  • Raminée
  • la Motte au Sage

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse du Lou-du-Lac, enclavée dans l'évêché de Saint-Malo faisait partie du doyenné de Bobital relevant de l'évêché de Dol et était sous le vocable de saint Loup.

La famille de Méel puis par alliance la famille la Lande possèdent la seigneurie du Lou-du-Lac[4]. Olivier de Méel est sans doute le membre le plus connu de cette famille.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  fl. 1835 Texier[Note 1]    
  fl. 1900 Genetay[5]    
décembre 1919[6]  ?? Texier    
mars 2001 mars 2008 Daniel Georgault    
mars 2008 2015 Édith Renaudin   Mère au foyer
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8],[Note 2].

En 2013, la commune comptait 99 habitants, en diminution de -1,98 % par rapport à 2008 (Ille-et-Vilaine : 5,31 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
244 280 295 245 270 221 206 206 197
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
192 206 201 214 213 202 207 206 179
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
206 176 176 150 157 158 144 157 137
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2013
125 100 87 114 107 100 106 98 99
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Au recensement de 2011, Le Lou-du-Lac est devenu la commune la moins peuplée du département avec une population municipale de 93 habitants, soit 7 de moins que Bléruais[11].

Le maximum de population a été atteint en 1806 avec 295 habitants.

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Loup.

La commune abrite un seul monument historique protégé : l’église Saint-Loup, édifiée pour partie au XIe siècle et remaniée au XVIe siècle et au XVIIe siècle. Il s’agit à l’origine de la chapelle du château du Lou. Elle est entourée de son cimetière. Elle a été inscrite par arrêté du 11 mai 2009[12],[13],[14]. L’église contient deux objets classés au titre des monuments historiques : un lot de dix tableaux[15] et deux draps mortuaires[16].

Ni la base Mérimée ni le service régional de l’Inventaire général du patrimoine culturel ne mentionne d’autres édifices.

On ne trouve aucune zone naturelle protégée sur le territoire de la commune.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Son nom est présent sur le tableau d’assemblage du Plan cadastral parcellaire de la Commune de Le Lou-du-Lac, Canton de Montauban (terminé le 22 juin 1835)
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dominique Turgis, Philippe Guigon et Raymond Lecrocq, Les châteaux retrouvés du Lou-du-Lac, Rennes, Société archéologique et historique du département d'Ille-et-Vilaine, , 46 p.
    Extrait du Bulletin et mémoires de la Société archélogique et historique du département d'Ille-et-Vilaine, t. CVII, 2003, p. 99-144.
  • André Meynier, « Les ensembles cadastraux circulaires en Bretagne in Chronique Géographique des Pays Celtes », Annales de Bretagne,‎ , p. 91-92
  • Marcel Gautier, « Les enseignements du bassin hydrographique du ruisseau du Lou du Lac (Ille-et-Vilaine) et des gorges de la Rance moyenne », Norois, vol. 59,‎ , p. 333-345

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]