Le Libertin (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Libertin.
Le Libertin
Réalisation Gabriel Aghion
Scénario Gabriel Aghion
Éric-Emmanuel Schmitt
Acteurs principaux
Sociétés de production TF1 Films Production
Canal+
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 100 minutes
Sortie 2000

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Libertin est un film français de Gabriel Aghion sorti en 2000.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe siècle, alors que l'Église interdit la diffusion de l'Encyclopédie, le philosophe Diderot continue pourtant à l'imprimer clandestinement dans le château du Baron et de la Baronne d'Holbach.

La finition de son travail tarde cependant : quelle définition donner au mot « morale » ? De plus, l'arrivée au château du cardinal et de Mme Therbouche, une prétendue artiste venue pour faire un portrait de Diderot, n'arrange pas les choses.

Le cardinal cependant ne sera pas en reste non plus, dans un château où le vice est préféré aux enseignements religieux : un Diderot libertin, une baronne plus gourmande que jamais, un baron qui invente l'orgue à cochons et d'autres aphrodisiaques, deux marquis homosexuels vautrés dans la luxure, un chevalier qui refoule son homosexualité et dont la femme est une nymphomane qui n'oublie pas malgré tout de se confesser et enfin les filles du baron et du philosophe qui tiennent absolument à perdre leur virginité le plus vite possible.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • La chanson d'introduction, interprétée par Josiane Balasko, est une adaptation assez libre de Le Mot et la Chose, un poème galant dû à l'abbé Gabriel-Charles de Lattaignant.
  • Éric-Emmanuel Schmitt, l'auteur de la pièce éponyme Le Libertin, aurait exigé par contrat que soit apposée la mention « Librement trahi du livre d'Éric-Emmanuel Schmitt » au début du film, déniant ainsi tout caractère d'adaptation de son œuvre[1].

Notes et commentaires[modifier | modifier le code]

  1. André Helbo : Signes du spectacle: des arts vivants aux médias.

Lien externe[modifier | modifier le code]