Le Lendemain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le Lendemain
Titre original Efterskalv
Réalisation Magnus von Horn
Scénario Magnus von Horn
Acteurs principaux
Sociétés de production Zentropa International Sweden
Pays d’origine Drapeau de la Suède Suède
Drapeau de la Pologne Pologne
Drapeau de la France France
Genre drame
Durée 102 minutes
Sortie 2015

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Lendemain (Efterskalv) est un film dramatique franco-polono-suédois écrit et réalisé par Magnus von Horn, sorti en 2015[1],[2].

Étant une coproduction entre la Suède, la Pologne et la France, il a été projeté à la Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes 2015.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Après avoir purgé sa peine de prison pour avoir étranglé sa petite-amie, John peut maintenant reprendre sa vie là ou elle s'était arrêté.

Malheureusement pour lui, toute la rancœur, voire la haine, qu'il suscite refais surface violemment de la part de la communauté locale, le ramenant inévitablement à la case départ. Même en dehors des barreaux de sa prison, la punition continue.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Sorties internationales[modifier | modifier le code]

Le Lendemain a été sélectionné et, en avant-première mondiale, projeté à la Quinzaine des réalisateurs le au Festival de Cannes, ainsi que le au Festival international du film Nouveaux Horizons, le au Festival du film d'Ostende et le au Festival international du film de Stockholm.

La Pologne assiste le film à partir du dans les salles du cinéma , le pour la Suède et pour la France.

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Emmanuelle Spadacenta du Cinemateaser note que Le Lendemain « interroge la société et l’accable pour avoir créé ses propres démons frankensteiniens. C’est un film noir et mal aimable certes, mais qui remplit, sans complaisance, son rôle d’objecteur de conscience »[3]. Quant à Élisabeth Yturbe du Clap ! souligne que « Avec pudeur et acuité, il sonde les intérieurs graphiques d’une Suède glaciale et la peur sourde qui s’y loge lentement mais sûrement. (…) toutefois l’application tenace et presque intraitable que Magnus von Horn met à son service suffit à combler les lacunes narratives. Si son film ne tutoie pas les sommets paranoïaques de La Chasse, il parvient tout de même à distiller une inquiétude convaincante. (…) Si ce premier long métrage ne tient pas tout à fait ses promesses, il n’en demeure pas moins une réflexion subtile sur le devenir-monstre. Dommage alors que l’idée qui veut que la métamorphose naisse de la peur et s’opère à grands coups de violence subite ne soit pas plus mise en exergue »[4].

Distinctions et sélections[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Festival du film d'Ostende 2015 : Prix du Regard du meilleur film pour Magnus von Horn
  • Festival international du film de Pologne 2015 :
    • Meilleure réalisation pour Magnus von Horn
    • Meilleur montage pour Agnieszka Glińska
    • Meilleur scénario pour Magnus von Horn

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Lendemain - la critique du film », sur Avoir Alire - Critiques et news films, Livres, BD, musique, séries TV, Spectacles (consulté le 7 juin 2019)
  2. « Le Lendemain », sur Les Inrocks (consulté le 7 juin 2019)
  3. Emmanuelle Spadacenta, « Cannes 2015 : « Le Lendemain », critique », sur Cinemateaser, (consulté le 14 avril 2016).
  4. Élisabeth Yturbe, « « Le Lendemain » : critique », sur Clap !, (consulté le 14 avril 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]