Le Lais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lai.

Le Lais ou Le Petit Testament de François Villon est une œuvre de jeunesse (1457), composée de quarante huitième de octonaires, où l'on voit un Villon joyeux assener une suite de dons tous plus ou moins loufoques, mais toujours cruels et souvent drôles. Il est avant tout destiné à ses amis et compagnons de débauche, et fourmille d'allusions et de sous-entendus pour nous aujourd'hui indéchiffrables mais qui, à coup sûr, devaient beaucoup faire rire ses camarades. C'est après un cambriolage fructueux de la Chapelle du collège de Navarre, vers le Noël 1456, que François Villon décida de quitter, par prudence, Paris. Le Lais a eu sans doute la fonction de maintenir vivante la mémoire de Villon, pendant son absence, auprès de ses compagnons.

Extrait[modifier | modifier le code]

« Pour obvier à ces dangers
Mon mieulx est, ce croy, departir.
Adieu ! Je m'en vois à Angers. »

— François Villon, Le Lais, 1457[1].

Genres littéraires[modifier | modifier le code]

Le Lais reprend plusieurs traditions littéraires des XIVe et XVe siècles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Le Lais, huitain VI, vers 41-43, p. 63.