Le Jour Sombre de la Nouvelle-Angleterre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Jour Sombre de la Nouvelle-Angleterre fait référence à un événement qui a eu lieu le 19 mai 1780, lorsqu'un obscurcissement du ciel en plein jour fut observé en Nouvelle-Angleterre et quelques régions du Canada. La cause principale de l'événement semble avoir été une combinaison de la fumée d'un feu de forêt, d'un brouillard épais et de la couverture nuageuse [1]. L'obscurité fut si complète qu'on a dû garder les bougies allumés à partir de midi. Le phénomène ne s'est dispersé jusqu'au milieu de la nuit suivante[2],[3].

Zone affectée[modifier | modifier le code]

Selon le Professeur Samuel Williams, de l'université de Harvard, l'obscurité fut notée au moins aussi loin au nord que Portland, dans le Maine et s'étendait aussi au sud que le New Jersey. L'obscurité n'a pas été vue en Pennsylvanie.

Déroulement [modifier | modifier le code]

Les premiers rapports du phénomène sont venus de Rupert, New York, où le soleil s'est obscurci dès l'aube. Le professeur Williams observa à partir de Cambridge, en Massachusetts : « Cette extraordinaire obscurité a commencé entre 10 et 11 heures, et a continué jusqu'au milieu de la nuit suivante ». Le révérend Ebenezer Parkham, de Westborough dans le Massachusetts, nota que le pic de l'obscurité s'est produit à midi, mais n'enregistra pas le temps de début.

Cause[modifier | modifier le code]

La cause la plus probable de l'obscurité est la fumée de vastes incendies de forêt. Quand un incendie ne tue pas un arbre, il laisse des cicatrices dans les anneaux de croissance[4]. Cela permet de trouver la date d'un incendie historique. Les chercheurs qui examinèrent les cicatrices dans ces anneaux en Ontario au Canada purent attribuer ce phénomène à un important incendie dans ce qui est aujourd'hui le Parc provincial Algonquin[5].

Interprétations religieuses[modifier | modifier le code]

Parce que les communications étaient primitives, la plupart des gens ont trouvé l'obscurité incompréhensible et inexplicable. Certains ont donné une interprétation religieuse à l'événement[6]. Dans le Connecticut, un membre du conseil des gouverneurs, Abraham Davenport, est devenu célèbre pour sa réponse aux craintes de ses collègues, disant : « Je suis contre l'ajournement. C'est soit le Jour du jugement ce ne l'est pas. Si ce ne l'est pas, il n'y a pas de raison pour un ajournement; si ça l'est, je choisis d'être trouvé faisant mon devoir. Je souhaite donc que nous utilisions des bougies[7] ». Le courage de Davenport fut immortalisé dans le poème "Abraham Davenport" par John Greenleaf Whittier.

Aujourd'hui, certains Chrétiens, surtout ceux parmi les Adventistes du septième jour, citent des extraits de la Bible, notamment Matthew 24:29 « le Soleil sera obscurci, la Lune ne donnera pas sa lumière, les étoiles tomberont du ciel... », pour dire que l'événement est un signe du retour de Jésus. Les interprétations de l'événement citée par l'Ellen G. White, parlent du Jour Sombre comme exemple de la réalisation de la bible et des prophéties de la fin des temps[8],[9] (voir Aussi Revelation 6:12–13 nrsv « et il y eut un grand tremblement de terre. Le Soleil est devenu comme un sac fait de cheveux, et la Lune est devenu comme du sang. Les étoiles du ciel sont tombées sur la terre, comme un figuier tombe ses figues vertes quand il est secoué par un grand vent. »).

Un des principaux Adventistes du septième jour, Arthur S. Maxwell, fait mention de cet événement dans son Histoire de La Bible de la série (vol. 10). Certains Adventistes plus progressifs n'interprètent pas cet événement comme un signe du retour de Jésus[10] mais les traditionnels considèrent que, comme dit Ellen White, cette date est l'une des réalisations de la prophétie biblique[11].

Références[modifier | modifier le code]

  1. John Ross, « Dark Day of 1780 », American Heritage,‎ fall 2008 (lire en ligne)
  2. The Weather Doctor Almanac, , « New England's Dark Day »
  3. The Analytical Review, Or History of Literature, Domestic and Foreign, on an Enlarged Plan, « An Account of a Very Uncommon Darkness, in the State of New England, May 19, 1780 », p. 519
  4. « A Brief Introduction to Fire History Reconstruction », National Oceanographic and Atmospheric Administration, .
  5. Erin R. McMurry, Michael C. Stambaugh, Richard P. Guyette et Daniel C. Dey, « Fire scars reveal source of New England’s 1780 Dark Day », International Journal of Wildland Fire, vol. 16, no 3,‎ , p. 266–270 (DOI 10.1071/WF05095, lire en ligne).
  6. Thomas J. Campanella, « 'Mark Well the Gloom': Shedding Light on the Great Dark Day of 1780 », Environmental History, vol. 12, no 1,‎ , p. 35–38 (ISSN 1084-5453, DOI 10.1093/envhis/12.1.35, lire en ligne)
  7. David E. Philips, Legendary Connecticut, Willimantic, CT, Curbstone Press (ISBN 1-880684-05-5, lire en ligne)
  8. « Sun Turned Into Darkness », Bible Universe, sur Bible Universe
  9. « The Dark Day », Bible Prophecy Truth, sur Bible Prophecy Truth.
  10. Graeme Bradford, More Than a Prophet, Berrien Springs, MI, Biblical Perspectives, (lire en ligne), « Ellen White and the End Times », p. 139.
  11. Ellen G. White, Maranatha, Napa, ID, Pacific Press Publishing Association, « The Violent Earth », p. 150