Le Guerno

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Guerno
Le Guerno
Mairie du Guerno.
Blason de Le Guerno
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Canton Muzillac
Intercommunalité Communauté de communes Arc Sud Bretagne
Maire
Mandat
Gérard Guillotin
2014-2020
Code postal 56190
Code commune 56077
Démographie
Gentilé Guernotais, Guernotaise
Population
municipale
943 hab. (2015 en augmentation de 10,04 % par rapport à 2010)
Densité 97 hab./km2
Population
aire urbaine
14 875 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 35′ 02″ nord, 2° 24′ 25″ ouest
Altitude 70 m
Min. 45 m
Max. 86 m
Superficie 9,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Le Guerno

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Le Guerno

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Guerno

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Guerno
Liens
Site web Site officiel de la commune

Le Guerno (prononciation : [lə gɥɛʁno]) est une commune française située dans le département du Morbihan, en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située au sud-est du département du Morbihan. Les communes les plus proches sont Noyal-Muzillac et Péaule. Sur la commune se trouvent le parc zoologique de Branféré et l'École Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attesté sous la forme Guernou en l'an 1160[1].

Le nom breton de la commune est Ar Gwernoù « signifiant lieux humides ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Hospitaliers y fondent au XIIe siècle une « Hostellerie » de Saint Jean destinée à offrir le gîte et le couvert aux pèlerins de Saint-Jacques et une chapelle destinée à abriter un fragment de la Vraie Croix.

À l'origine, trêve de la paroisse de Noyal-Muzillac, Le Guerno devient commune en 1790 et paroisse autonome en 1802.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason de Le Guerno Blason Taillé d'argent à la croix alésée pattée de gueules, et de gueules à la croix de Malte d'argent, au canton senestre du chef de gueules à trois macles d'argent[2].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1966 mars 1989 Pierre Bocéno    
mars 2001 mars 2008 Paul Jéhanno    
mars 2008 mars 2014 Aline Serazin    
mars 2014 --- Gérard Guillotin[3]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2015, la commune comptait 943 habitants[Note 1], en augmentation de 10,04 % par rapport à 2010 (Morbihan : +3,21 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
402380508520525545508527512
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
509513540553576602606604629
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
553588575546602579529539481
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
517470469512580582717896943
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Anne.
Le château de Branféré.
  • L'église Sainte-Anne a été classée au titre des Monuments Historiques en 1971[8]. De la chapelle construite au XIIe siècle ne demeurent probablement que les fondations et quelques pierres réemployées dans la construction de l'église actuelle qui est datée des XVe et XVIe siècles. En effet, des travaux importants sont réalisés entre 1580 et 1590 dans le style Renaissance et en particulier une église extérieure, au sud, avec chaire, stalles, bénitier et autres éléments pour les célébrations lors de pèlerinages importants.
  • Croix de cimetière du Guerno a été classée au titre des Monuments Historiques en 1925.

Ce calvaire-autel porte une colonne monolithe cannelée de 5 mètres de haut surmontée d'une croix en granit de Kersanton réaliséeen 1889.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec Yvecrique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]