Le Fou d'Elsa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2011).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Le Fou d'Elsa est un recueil de poèmes de Louis Aragon publié en 1963.

Analyse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Elle prend place dans sa biographie d'intellectuel engagé pour couvrir sa lecture de la période de décolonisation, marquée à la fin des années 1950 par la guerre d'Algérie, qui a suivi la Libération.

Le Fou d'Elsa reflète un immense engagement intellectuel de Louis Aragon pour s'approprier la culture et l'histoire du monde arabe et musulman et pour comprendre sa relation au monde chrétien et au monde moderne. Les poèmes de Louis Aragon dans Le Fou d'Elsa sont sertis dans une narration biographique et une analyse sociologique et historique relatant l'Andalousie dominée par les musulmans.

Le Fou d'Elsa comprend aussi une dimension théâtrale. Il met en scène, dans le contexte dramatique de la chute de Grenade, en 1490-1492, coïncidant avec la découverte de l'Amérique, la société andalouse, mêlant musulmans et juifs pétris de rationalisme. La chute de Grenade est un moment charnière de l'histoire moderne, celui de la montée politique de la chrétienté, portée par l'Inquisition, et le début de la dépression séculaire dans laquelle s'engageait le monde arabe et musulman, achevée par sa colonisation.

Aragon réinvente l'histoire de Majnoun et Leila (Djami), transposée à Grenade, mais aussi entre les siècles, puisque Keïs Ibn-Amir An-Nadjidî, le nouveau Medjnoûn, rêve d'une Elsa du futur, et dans ses visions invoque également Federico García Lorca, Don Quichotte, Moïse Maïmonide, Averroès ...

Aujourd'hui, Le Fou d'Elsa reste un poème d'une extraordinaire actualité. Il développe un système de valeurs propice à la coexistence respectueuse et mutuellement enrichissante des civilisations.

C'est dans Le Fou d'Elsa que Louis Aragon mentionne, à deux reprises[1], que « L'avenir de l'homme est la femme », qui deviendra une célèbre maxime et (après une inversion de l'ordre des mots) le titre de la chanson de Jean Ferrat La femme est l'avenir de l'homme.

Citations[modifier | modifier le code]

Aimer à perdre la raison

Aimer à n'en savoir que dire

À n'avoir que toi d'horizon

Et ne connaître de saison

Que par la douleur du partir

Aimer à perdre la raison



Que ce soit dimanche ou lundi

Soir ou matin minuit midi

Dans l'enfer ou le paradis

Les amours aux amours ressemblent

C'était hier que je t'ai dit

Nous dormirons ensemble



Tout ce que l'homme fut de grand et de sublime

Sa protestation ses chants et ses héros

Au-dessus de ce corps et contre ces bourreaux

À Grenade aujourd'hui surgit devant le crime


Et cette bouche absente et Lorca qui s'est tu

Emplissant tout à coup l'univers de silence

Contre les violents tournent la violence

Dieu le fracas que fait un poète qu'on tue

Note[modifier | modifier le code]

  1. « L'avenir de l'homme est la femme / Elle est la couleur de son âme / Elle est sa rumeur et son bruit / » (édition Gallimard, 2002, page 196) et « ...comment était cet air qui me tourmente et dont me sont restés quelques mots seulement : L'avenir de l'homme est la femme... ah, pitié, ah, pitié de celui qui n'a pas d'avenir! Ah, l'horreur de celui, tchororo tchororo, qui n'a pas d'avenir... » (même édition, page 392)