Le Faune de marbre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Faune de marbre (1860) est le dernier des quatre grands romans de Nathaniel Hawthorne. Après Valjoie (The Blithedale Romance) en 1852, à l'approche de la cinquantaine, Hawthorne se détourne de la littérature et se fait nommer consul à Liverpool grâce à l'appui de son ami Franklin Pierce, alors président des États-Unis. Il restera en poste de 1853 à 1857. Accompagné de son épouse Sophia Peabody, Hawthorne quitte l'Angleterre pour l'Italie en 1858 et visite le pays pendant près de deux ans. Il écrit le Faune de marbre après avoir découvert le faune (ou satyre) de Praxitèle lors d'une exposition de sculptures romaines.

Le Faune de marbre est sans doute le roman le plus étrange de Hawthorne, peut-être même l'un des plus curieux de la littérature américaine. Composé alors que la guerre de Sécession est imminente, l'intrigue est cependant placée dans une Italie imaginaire. Comme souvent chez Hawthorne, le véritable héros est le sentiment de culpabilité, qui ronge les personnalités et détruit les âmes.

Les personnages[modifier | modifier le code]

Les principaux protagonistes du roman sont au nombre de quatre, Miriam, Donatello, Kenyon et Hilda. Ces quatre prénoms constituent d'ailleurs le titre du premier chapitre du roman. Dès la première phrase du texte, les quatre personnages se trouvent en effet réunis dans la galerie des sculptures du Capitole à Rome : Four individuals, in whose fortunes we should be glad to interest the reader, happened to be standing in one of the saloons of the sculpture gallery in the Capitol at Rome.

Miriam[modifier | modifier le code]

D'une grande beauté - Hawthorne la compare notamment à Ève ou à Cléopâtre, peintre, étudiante en arts, Miriam est aimée de Donatello et sera la cause du meurtre commis par celui-ci.

Donatello[modifier | modifier le code]

Comte de Monte Beni, mi-homme, mi-faune, image de la statue de Praxitèle, il tue pour l'amour de Miriam et portera cette culpabilité tout le reste de sa vie, accédant par cette souffrance au statut d'homme à part entière et perdant l'innocence de l'animalité. Hawthorne le compare aussi à Adam.

Kenyon[modifier | modifier le code]

Sculpteur, homme simple et bon, image de l'humanisme rationnel, Kenyon est le narrateur du récit et amoureux d'Hilda.

Hilda[modifier | modifier le code]

Peintre comme Miriam, Hilda est l'image de la Vierge Marie, toute de douceur et de pureté mais témoin involontaire du meurtre, qui bouleversera sa vie.

Éditions[modifier | modifier le code]

Édition originale
  • The Marble Faun, Boston, The Ticknor and Fields, 1860
Traductions françaises
  • Le Faune de marbre, trad. de François Villaret, préface de René Lalou, Paris, Gallimard, 1949
  • Le Faune de marbre, trad. de Roger Kann, Paris, J. Corti, 1994