Le Docteur Jivago (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Docteur Jivago.
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir Dr. Z-Vago.
Le Docteur Jivago
Doktor feltrinelli.jpg
Titre original
(ru) Доктор ЖивагоVoir et modifier les données sur Wikidata
Langue
Auteur
Genre
Sujet
Date de création
Date de parution
Pays
Éditeur
Œuvre dérivée
Le Docteur Jivago
Doctor Zhivago (en)
Doctor Zhivago (en)
Q4164290Voir et modifier les données sur Wikidata

Le Docteur Jivago (en russe : Доктор Живаго, /ˈdoktər ʐɨˈvaɡə/) est un roman de l'écrivain soviétique Boris Pasternak.

Présentation[modifier | modifier le code]

La première édition est publiée, dans une traduction italienne, en Italie, en novembre 1957, aux éditions Feltrinelli, en pleine guerre froide.

Édition miniature en russe du Docteur Jivago, 1959, financée par la CIA.

La diffusion du roman en Europe et en russe est activement favorisée par la CIA, qui obtient en janvier 1958 une copie du manuscrit dans sa langue originelle, en fait imprimer 1000 exemplaires à La Haye et les fait distribuer dans les principales capitales européennes, dont 365 à Bruxelles lors de l'Exposition universelle[1]. Cette première édition en russe[2] pirate paraît avant même les premières éditions russes officielles[3]. Rien n'indique cependant que la CIA a cherché à favoriser l'obtention du prix Nobel de littérature par Pasternak[4].

La première traduction française date de 1958[5]. En 1958, son auteur a obtenu le prix Nobel de littérature, qu'il dut refuser sous la contrainte du pouvoir politique[6]. Le roman est autorisé à paraître en URSS vers novembre 1985 : premier signe d'ouverture de Mikhaïl Gorbatchev.

Le livre brosse un tableau du passage de l'Empire russe à l'Union des républiques socialistes soviétiques et décrit la terrible guerre civile russe qui martyrisa sa population, ceux qui y croyaient comme ceux qui n'y croyaient pas. La Sibérie, où se déroule une partie de l'action dans les années 1920, est décrite d'une manière particulièrement attachante.

Intrigue[modifier | modifier le code]

Si ce bandeau n'est plus pertinent, retirez-le. Cliquez ici pour en savoir plus sur les bandeaux.
Cette section contient une ou plusieurs listes. Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques. Les listes peuvent demeurer si elles sont introduites par une partie rédigée et sourcée, de façon à bien resituer les différents items. Par défaut de sourçage d'ensemble, ce sont chacun des items qui devront être sourcés.  (octobre 2019).
  • Première partie : Le rapide de 5 heures
  • Deuxième partie : La petite fille d'un autre milieu
  • Troisième partie : L'arbre de Noël chez les Sventisky
  • Quatrième partie : Les échéances approchent
  • Cinquième partie : L'adieu au passé
  • Sixième partie : La halte de Moscou
  • Septième partie : Le voyage
  • Huitième partie : L'arrivée
  • Neuvième partie : Varykino
  • Dixième partie: Sur la grand-route
  • Onzième partie : La milice des bois
  • Douzième partie : Le sorbier givré
  • Treizième partie : En face de la maison aux statues
  • Quatorzième partie : Retour à Varykino
  • Quinzième partie : La fin
  • Seizième partie : Épilogue*
  • Dix-septième partie : Vers de Iouri Jivago

Personnages[modifier | modifier le code]

Personnages principaux

  • Iouri Andréievitch Jivago : Le docteur Jivago. Fils d'un riche industriel sibérien et de Maria Nikolaïvna, née Védéniapine ; mari d'Antonina Alexandrovna (née Groméko), dont il a deux enfants, Sacha et Macha.
  • Larissa Fiodorovna Antipova (née Guichard) : Lara. Mariée à Pavel Pavlovitch Antipov. Ils ont une fille, Katia.
  • Pavel Pavlovitch Antipov : Pacha, Pachka. Fils du cheminot Pavel Féraponvitch Antipov et de Daria Filimonovna. Professeur, puis général de l'armée révolutionnaire sous le pseudonyme de Strelnikov.
  • Viktor Ippolitovitch Komarovski : Avocat, puis homme politique pendant la Révolution. Protecteur d'Amélie Karlovna Guichard. Amant de Larissa Fiodorovna.

Familles de Larissa et du docteur Jivago

  • Evgraf Andréievitch Jivago : Demi-frère du docteur Jivago.
  • Nikolaï Nikolaïévitch Védéniapine : Écrivain et philosophe. Oncle du docteur Jivago.
  • Antonia Alexandrovna Jivago: Tonia. Fille et d'Anna Ivanovna et d'Alexandre Alexandrovitch Groméko, mariée au docteur Jivago, ils ont deux enfants, Sacha et Macha.
  • Alexandre Alexandrovitch Groméko: Professeur d'agronomie. Mari d'Anna Ivanovna, née Krüger, fille d'un maître de forge de l'Oural, Ivan Enestovitch Krüger. Ils ont une fille, Antonia.


Amis et liaisons du docteur Jivago

  • Mikhaïl Gordon : Micha. Fils de l'avocat Grigori Ossipovitch Gordon. Ami du docteur Jivago.
  • Innokenti Doudorov : Nika. Fils de l'anarchiste Démenti Doudorov et de la princesse géorgienne Nina Galaktionovna. Ami du docteur Jivago.
  • Vasia Brykine: Evadé de l'armée du travail. Compagnon de voyage du docteur Jivago, il devient son protégé.
  • Marina Chtchapov: Fille du portier Markel Chtapov et d'Agafia Tikhonovna. Dernière liaison du docteur Jivago dont elle a deux filles: Kapitolina et Klavdia.

Les enfants

  • Sacha (Sachenka, Sanetchka, Choura, Chourotchk; diminutifs d'Alexandre) : Fils d'Antonia Alexandrovna et du docteur Jivago.
  • Macha (diminutif de Maria): Fille d'Antonia Alexandrovna et du docteur Jivago.
  • Katia (diminutif d'Ekatérina): Fille de Larissa Fiodorovna et de Pavel Pavlovitch Antipov.
  • Tania Bezotcheredeva: Fille de Larissa Fiodorovna et du docteur Jivago.

Citations[modifier | modifier le code]

« Un jour, Larissa Fiodorovna sortit et ne revint plus. Sans doute fut-elle arrêtée dans la rue. Elle dut mourir ou disparaître on ne sait où, oubliée sous le numéro anonyme d'une liste perdue, dans un des innombrables camps de concentration du Nord. »

— Boris Pasternak, Le Docteur Jivago, « La Fin », XVII[7].

« Ma charmante, mon inoubliable ! Tant que le creux de mes bras se souviendront de toi, tant que tu seras encore sur mon épaule et sur mes lèvres, je serai avec toi. Je mettrai toutes mes larmes dans quelque chose qui soit digne de toi, et qui reste. J'inscrirai ton souvenir dans des images tendres, tristes à vous fendre le cœur. Je resterai ici jusqu’à ce que ce soit fait. Et ensuite je partirai moi aussi. »

— Boris Pasternak, Le Docteur Jivago.

Cinéma et télévision[modifier | modifier le code]

Édition française[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) PJ Neal, « The Zhivago Affair: The Kremlin, the CIA, and the Battle Over a Forbidden Book [compte rendu critique de livre] », Studies in Intelligence,‎ (lire en ligne).
  2. (en) « Doctor Zhivago », Documents déclassifiés concernant la publication du Docteur Jivago, sur Central Intelligence Agency (consulté le 4 novembre 2018).
  3. (en) A. Sergeyeva-Klyatis, « International provocation: On Boris Pasternak's Nobel Prize », Social Sciences : A Quarterly Journal of the Russian Academy of Sciences, no 3,‎ , p. 46-57 (lire en ligne[archive du ]).
  4. (en) « Doctor Zhivago », Documents déclassifiés concernant la publication du Docteur Jivago, sur Central Intelligence Agency (consulté le 4 novembre 2018) : « There is no indication in this collection that having Pasternak win the Nobel Prize was part of the Agency’s original plan. ».
  5. Le Docteur Jivago, p. 700, Bibliothèque de la Pléiade.
  6. Solomon Volkov, The Magical Chorus: A History of Russian Culture from Tolstoy to Solzhenitsyn, Alfred A. Knopf, 2008. Pages 195–196 Citation complète dans l'article Boris Pasternak de la Wikipédia anglaise .
  7. Boris Pasternak, Le Docteur Jivago, « La Fin », Chapitre XVII, p. 1263.
  8. (en) « 'Zhivago' Without Hollywood », The New York Times, (consulté le 9 janvier 2018).
  9. (en) Adrian Blomfield, « Dr Zhivago's tale returns with a Russian treatment », The Daily Telegraph, (consulté le 9 janvier 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]