Le Docteur (Doctor Who)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Docteur.
Le Docteur
Personnage de fiction apparaissant dans
Doctor Who.

Origine Gallifrey
Sexe Masculin ou Féminin
Espèce Seigneur du Temps
Activité Voyageur temporel
Entourage Compagnons du Docteur
Susan Foreman
River Song
Ennemi de Le Maître
Daleks
Cybermans

Créé par Sydney Newman
Interprété par William Hartnell
Richard Hurndall (remplacement de William Hartnell, 1983)
David Bradley (remplacement de William Hartnell, 2013, 2017)
Patrick Troughton
Jon Pertwee
Tom Baker
Peter Davison
Colin Baker
Sylvester McCoy
Paul McGann
Christopher Eccleston
David Tennant
Matt Smith
John Hurt
Peter Capaldi
Jodie Whittaker
Séries Doctor Who
Première apparition An Unearthly Child
Saisons Toutes (36)
Épisodes 813

Le Docteur est le personnage principal de la série télévisée de science-fiction britannique Doctor Who, produite par la BBC. Jusqu'ici, seize acteurs ont officiellement interprété le rôle principal du Docteur, le premier étant William Hartnell. L'actuel, le treizième, est joué par Jodie Whittaker.

D'après un sondage du Daily Telegraph, le Docteur est l'extraterrestre de fiction préféré des Britanniques[1].

Le Docteur ne s'appelle pas « Doctor Who ». La fonction du « Who » (« Qui ? », en anglais) est de souligner la nature énigmatique du personnage et de son nom. La confusion a été entretenue par certains génériques de la série qui le créditent sous le nom de « Doctor Who ».

Contexte[modifier | modifier le code]

Le Docteur est un Seigneur du Temps, un extraterrestre de la planète Gallifrey, dans la constellation de Kastergrosse[2], qui voyage dans l'espace-temps grâce à un vaisseau spatial, le TARDIS (Time and Relative Dimension in Space/Temps À Relativité Dimensionnelle Inter-Spatiale dans la version française). L'intérieur de la cabine bleue est nettement plus vaste que ne l'indique son apparence, ce qui ne manque pas de surprendre ceux qui la découvrent. Bien qu'extra-terrestre, le Docteur a une apparence physique semblable à celle des êtres humains (selon lui, ce sont les humains qui ressemblent aux Seigneurs du Temps).

Le Docteur explore généralement l'univers de façon aléatoire, utilisant ses vastes connaissances en science, en technologie et en histoire pour se sortir des mauvais pas. Le caractère imprécis de ses voyages est initialement attribué à l'âge et au manque de fiabilité du système de navigation du TARDIS. Lors des épisodes The War Games et Planète Morte, on apprend que le Docteur a volé le TARDIS à son peuple. Il n'était sans doute pas à l'aise avec ces systèmes de navigation et donc incapable de le faire fonctionner correctement. Il précise d'ailleurs dans le season finale de la saison 4, La Fin du voyage, que pour naviguer correctement, le TARDIS nécessite 6 pilotes, ce qui peut aussi expliquer les erreurs de navigation. Dans L'Âme du TARDIS, on découvre que le TARDIS possède une âme et une conscience propre lors de son incarnation en femme et que c'est elle qui a décidé de partir avec le Docteur en se laissant voler par lui. Elle explique avant de disparaître que parfois elle décide d'emmener le Docteur là où on a besoin de lui plutôt que là où il souhaite aller.

Le Docteur visite les planètes, en quête d'aventure. Il voyage avec des compagnons, souvent de leur plein gré, même s'il est arrivé, surtout au début de la série, qu'il ait des compagnons « accidentels ».

Le Docteur possède également un tournevis sonique doté de diverses fonctions : ouvrir les portes, manipuler des objets, fermer une issue, etc. Il dispose aussi de nombreux gadgets dont le papier méta-psychique.

Enfance[modifier | modifier le code]

On ne sait pas grand-chose de l'enfance du Docteur. La première série fait souvent référence à l'époque où il était à l'Académie. Il y avait parmi ses professeurs Borusa, un Seigneur du Temps qui devint président du haut conseil de Gallifrey, et le professeur Azmaël (The Twin Dilemma). Parmi les autres élèves notables de l'Académie, on peut citer le Maître et la Rani. Il faut attendre le troisième Docteur pour avoir des détails sur sa vie d'avant l'Académie : il a grandi dans une maison sur le flanc d'une montagne.

Dans La Cheminée des temps, Madame de Pompadour voit quelques-uns de ses souvenirs d'enfance lors d'un contact télépathique et s'écrie : « Oh, quelle enfance si solitaire ! Oh Docteur, si solitaire vraiment, si triste et si seul… Un petit garçon abandonné, seul par le passé et seul maintenant… Comment supportez-vous ça ? ». Cependant, quand Martha lui demande s'il a un frère dans l'épisode La Loi des Judoons, il répond : « Non… je n'en ai plus, il ne reste plus que moi ». Dans le même épisode, il indique de façon narquoise qu'à la crèche, lui et ses camarades jouaient avec des briques de rayons X.

Lors de l'épisode La Terre volée, lorsqu'il se trouve avec Donna devant la cascade de Méduse, il lui confie « Je suis venu ici quand j'étais enfant. J'avais alors 90 ans. »

Dans l'épisode Que tapent les tambours, le Docteur décrit la cérémonie d'initiation à laquelle sont soumis tous les enfants de l'Académie : à l'âge de huit ans, ils sont conduits devant un portail et doivent observer le Vortex du Temps, au risque de sombrer dans la folie, même si le spectacle peut aussi en inspirer certains. Le Docteur avoue s'être enfui après la cérémonie.

Dans Jamais seul, on voit pour la première fois les parents du Docteur. Le Seigneur du Temps est présenté comme un enfant craintif et isolé, ayant peur du noir. Son père estime qu'il ne fera jamais un bon Seigneur du Temps, et veut qu'il entre à l'école militaire pour mieux apprendre la discipline. Une autre référence à ses frères est discrètement placée.

Adolescence et âge adulte sur Gallifrey[modifier | modifier le code]

Le Docteur entre à l'académie à l'âge de huit ans, comme tous ses camarades seigneurs du temps. Il a comme collègues d'études le Maître, la Rani, l'ingénieur Drax (The Armageddon Factor) et le journaliste Runcible (The Deadly Assassin). La classe du docteur à l'académie de Gallifrey est la classe no 92 (The Armageddon Factor). Le 7e docteur raconte que son surnom à l'académie était "Thêta Sigma" (The Happiness Patrol) la docteur dit que si la Rani a étudié la Biochimie, lui a fait des études de Thermodynamique (The Mark of the Rani). On apprend dans Montée en enfer que le Docteur alors adolescent s'est enfui (peut être par amour) avec la femme du président de Gallifrey. Puis le 12e docteur dément en disant qu'il a kidnappé la fille et non la femme du président.

On apprend dans Montée en enfer que le Docteur est aimé et est devenu comme un "ami" pour les habitants pauvres de sa planète. Dans le même épisode, on voit qu'il est très respecté par les soldats Gallifreyens, depuis sa victoire dans la Guerre du Temps, qui refusent de l'exécuter. Toujours dans le même épisode, le Docteur raconte que lorsqu'il était adolescent, alors extravagant et insouciant, il est entré dans le cloître de Gallifrey. Il en est ressortit des jours plus tard, sonné et a l'autre bout de la ville. Depuis, dit-il, les gens l'ont pris pour un fou.

Il avouera dans La Famille de sang qu'il a appris à dessiner sur Gallifrey, probablement à l'Académie.

Le Docteur a peut être eu une place importante dans la société des Seigneurs du Temps (en plus d'être un héros de guerre, il est plusieurs fois devenu président de sa planète) comme le prouve Rassilon qui le nomme "Monseigneur Docteur" dans La Prophétie de Noël.

Il est dit dans quelques épisodes comme La Fille du Docteur ou Londres 2012 que le Docteur a déjà été père et donc qu'il a déjà eu une épouse (très probablement Gallifreyenne). Mais le 10e docteur finit par avouer que ces derniers ont disparu à jamais.

Dans La Sorcière et son pantin, Missy dit a Clara Oswald que le Docteur lui a offert une broche pour un événement particulier concernant sa propre fille (ce qui signifie que le Maître a eu une fille, peut être sur Gallifrey)

Pour des raisons peu claires, le Docteur a fini par s'enfuir de sa planète natale. on voit dans Le Nom du Docteur qu'il vole un TARDIS sur les conseils d'une dame du temps, écho de Clara Oswald. Il emmène sa petite fille avec lui (Susan Foreman) et également (mais non précisé) la main d'Oméga, le manipulateur stellaire des seigneurs du temps qu'il a laissé sur Terre en 1963 (Remembrance of the Daleks). On apprend dans Les Anneaux d'Akhaten que le docteur a emmené Susan sur la planète Akhaten.

Famille[modifier | modifier le code]

Les références à la famille du Docteur sont rares dans la série. Pendant les deux premières saisons, il voyageait avec sa petite-fille, Susan Foreman. Il confirme cette ascendance à Clara Oswald en lui révélant qu'il a déjà visité Akhaten avec « sa petite-fille » (Les Anneaux d'Akhaten). Il précise dans La Loi des Judoons qu'il n'a plus de frère, ce qui tendrait à prouver qu'il en a eu auparavant. Une autre mention est aussi faite dans Jamais seul avec les deux Seigneurs du Temps qui pourraient être les propres parents du Docteur (ses frères y sont aussi référencés).

Le Docteur révèle à Rose dans Londres 2012 qu'il a déjà été père. Il fait la même révélation à Donna dans La Fille du Docteur où il confesse avoir eu une femme et des enfants. Lors de ce même épisode, il se retrouve « accidentellement » père d'une jeune fille, Jenny. Le Docteur, la croyant morte, la laisse sur place pour permettre à ses amis de lui faire une cérémonie digne, mais la fin de l'épisode démontre qu'elle est toujours en vie — étant clonée à partir d'un Seigneur du Temps elle a été capable de se régénérer.

Dans le film Le Seigneur du Temps (1996), le huitième Docteur affirme être à moitié humain du côté de sa mère, une origine visible par ses yeux humains et non Seigneur du Temps. Il avoue néanmoins dans des publications ultérieures, que cette information était un mensonge; Le mensonge est une de ses principales règles.

Le Maître a de nombreux sous entendus sur la nature de sa relation avec le Docteur. Il ira jusqu'à dire "tu ne vas tout de même pas tuer ton propre..." ce qui tendrait à créer un lien familial entre eux.

Vie amoureuse[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

« Je suis éternel. Je me régénère, mais les humains dégénèrent. Vous vieillissez et mourez. Imaginez ce qu'on ressent pendant que celle que vous... Vous pouvez passer le reste de votre vie avec moi mais je ne peux pas passer le reste de ma vie avec vous. Je dois continuer. Et tout seul. C'est la malédiction des Seigneurs du Temps. »

— Le Docteur à Rose Tyler, dans L'École des retrouvailles

De sa vie familiale avant son arrivée sur Terre, on sait peu de choses. Le Docteur voyage initialement avec sa petite-fille Susan Foreman, mais ne fait que brièvement allusion à sa famille dans plusieurs épisodes[réf. nécessaire].

Longtemps la vie sexuelle du Docteur est restée un tabou, la série étant destinée à un public familial[réf. nécessaire].

Relation entre le Docteur et Rose Tyler[modifier | modifier le code]

Article connexe : Rose Tyler.

La nouvelle série change un peu la donne en jouant avec l'idée d'une idylle entre le Docteur et Rose Tyler et on trouve de nombreux sous-entendus, notamment de la part de Mickey Smith, le petit-ami de Rose, qui voit dans le Seigneur du Temps un rival pour lequel son amie le délaisse.

Dans la saison 1, lors du double épisode Drôle de Mort / Le Docteur danse l'apparition du Capitaine Jack Harkness est l'occasion de nombreux sous-entendus sexuels, notamment le fait que l'on se demande plusieurs fois si le Docteur « danse » (métaphore de la sexualité du personnage) et le Docteur montre des signes de jalousie envers Jack Harkness. Dans le final de la première saison, À la croisée des chemins, le Docteur embrasse Rose (l'objectif étant cependant de lui sauver la vie).

Dans le premier épisode de la saison 2, Une nouvelle Terre, Rose l'embrasse à son tour mais elle est alors possédée par Cassandra. L'arrivée de Sarah Jane Smith, dans l'épisode L'École des retrouvailles, ravive la jalousie de Rose, surtout que cet ancien compagnon du Docteur a elle aussi éprouvé des sentiments pour lui. Dans ce même épisode, quand Rose s'écrie « J'ai cru que vous et moi on était… j'ai du mal à comprendre. […] Ce que je vois aujourd'hui dans l'avenir c'est que vous nous abandonnez derrière vous. Est-ce que c'est ce qui m'attend ? », le Docteur lui répond : « Non. Non, pas vous. ». Rose est également contrariée par l'arrivée de Mickey dans le TARDIS.

Dans La Cheminée des temps, le dixième Docteur partage un baiser passionné et une histoire romantique avec Madame de Pompadour. Rose ne semble pas en souffrir alors qu'elle se montre intriguée par une certaine « Lucy », à laquelle le Docteur fait référence dans l'épisode suivant, Le Règne des Cybermen. Dans La Planète du Diable, alors qu'ils pensent rester coincés sur une planète, Rose suggère maladroitement qu'ils pourraient toujours chercher un logement ensemble ; un peu plus tard, elle l'embrasse pour lui souhaiter bonne chance. Dans la seconde partie de cet épisode, pensant mourir, il demande à Ida Scott de lui transmettre un message puis se rétracte, affirmant qu'elle le sait déjà. Enfin, dans Adieu Rose, alors que Rose est prisonnière d'un univers parallèle, il parvient à la contacter et elle lui avoue qu'elle l'aime. Il commence à lui répondre, mais il a juste le temps de dire : « Rose Tyler… » avant que le lien ne se brise. La scène suivante le montre se tenant debout, silencieux, une larme coulant sur sa joue.

Dans le final de la saison 4, La Fin du voyage, il retrouve Rose avec un bonheur immense, mais doit la renvoyer dans l'univers parallèle avec un double de lui-même créé au cours de l'épisode.

Relations du Docteur avec ses compagnons (deuxième série)[modifier | modifier le code]

Après le départ forcé de Rose, le Docteur fait la connaissance de Martha Jones qui devient son nouveau compagnon. Il l'embrasse dès leur première rencontre dans La Loi des Judoons, mais sans aucun motif amoureux : il s'agit uniquement d'effectuer un transfert génétique pour distraire leurs poursuivants. Il est alarmé quand Martha flirte avec lui dans le TARDIS, et lui signifie clairement qu'elle ne prendra jamais la place de Rose ; un peu vexée, la jeune femme affirme alors être attirée exclusivement par les humains. Plus tard, dans L'Expérience finale, elle avoue son béguin à Tallulah. Mais le Docteur ne partage pas ses sentiments et elle a l'impression de ne pas compter pour lui. Ce sentiment est exacerbé par leur aventure dans le double épisode La Famille de sang/Smith, la Montre et le Docteur où le Docteur, désormais humain, dépourvu de tout souvenir et portant le nom de John Smith, ne tombe pas amoureux de Martha mais de l'infirmière Joan Redfern. Dans Que tapent les tambours, le Docteur ajoute un filtre de perception aux clefs du TARDIS pour leur permettre de passer inaperçus. Pour faire comprendre son principe de fonctionnement à Martha, il explique : « … c'est comme quand vous aimez quelqu'un, et qu'il ne sait même pas que vous existez ». La jeune femme le fixe alors, incrédule et Jack — qui a embrassé brièvement le Docteur dans À la croisée des chemins — lui dit gentiment « Vous aussi, hein ? ». Dans le final de la saison, Le Dernier Seigneur du Temps, elle décide de ne plus voyager avec lui et de rester sur Terre.

Le Docteur se retrouve encore une fois seul, mais est bientôt rejoint par Donna Noble. Comme les précédentes, elle embrasse le Docteur dans Agatha Christie mène l'enquête, mais dans un but salvateur : le Seigneur du Temps doit subir un choc pour l'aider à expulser du poison. Tous deux sont de très bons amis mais, bien qu'on les prenne souvent pour un couple marié, ils n'éprouvent aucun sentiment amoureux l'un pour l'autre.

Dans le double épisode Bibliothèque des ombres, le Docteur rencontre pour la première fois sa future femme River Song. On ne connaît pas exactement leurs rapports à ce moment précis.

Dans Le Labyrinthe des Anges, Amy Pond tente de l'embrasser la veille de son propre mariage, mais le Docteur la repousse, gêné par cette soudaine attirance. Cependant, elle se démarque aussi des précédentes compagnonnes en ce que l'aspect sexuel de sa relation au Docteur est bien moins « sublimé ». Elle ne semble pas amoureuse de lui, comme Rose ou Martha. Car, lorsque Rory Williams (son conjoint et futur mari) est effacé de sa mémoire, Amy ne tente pas de séduire à nouveau le Docteur, ce qui suggère qu'elle se satisfait parfaitement d'une relation simplement amicale. Le Docteur a d'ailleurs une très bonne relation avec Rory. Le départ de ces deux compagnons le bouleverse à tel point qu'il décide de rester seul pour voyager et fuit l'aventure à l'ère victorienne.

Durant l'épisode La Dame de glace, le Docteur prétend être l'ami de Clara Oswald en 1892 et affirme au père de la famille chez qui elle travaille qu'ils étaient en train de s'embrasser. Elle semble par la suite montrer beaucoup d'intérêt pour le Docteur, et tente même une fois de l'embrasser. En revanche il n'y a pas de romance visible entre la Clara de 2013 et le Docteur, bien qu'il semble énormément tenir à elle.

Le Docteur et River Song[modifier | modifier le code]

Article connexe : River Song.

River Song, née Melody Pond, est la fille d'Amy Pond et Rory Williams et possède un ADN semblable à celui des Seigneurs du Temps car elle a été conçue à l'intérieur du TARDIS, et a donc été soumise à l'exposition du vortex temporel. Ses rencontres avec le Docteur ne se produisent pas dans le même ordre chronologique pour les deux, ce qui rend leur histoire très complexe. Ils se sauvent mutuellement la vie plusieurs fois, bien que River ait été conditionnée pour assassiner le Docteur.

Dans l'épisode Le Mariage de River Song, River épouse le Docteur, mais au sein d'une réalité dégénérée ; néanmoins, River l'appelle mon cher mari dans Les Anges prennent Manhattan. Ils partagent par la suite plusieurs aventures rapidement évoquées dans les mini-épisodes Night and the Doctor. Dans Le Nom du Docteur, le Docteur prouve à nouveau qu'il a des sentiments très forts pour River.

Le Docteur à travers les événements historiques de la Terre[modifier | modifier le code]

Étant un voyageur du temps, le Docteur a été directement ou indirectement impliqué dans d'innombrables événements historiques majeurs sur la planète Terre.

Dans le premier épisode de la seconde série, Rose, on apprend que le neuvième Docteur a contribué à empêcher une famille de monter à bord du Titanic avant son voyage fatidique. Dans La Fin du monde, le Docteur dit avoir été à bord du Titanic et avoir survécu en restant « accroché à un iceberg ». Le quatrième Docteur a également mentionné cet événement dans Robot et The Invasion of Time, où il affirme que le naufrage n'était pas de sa faute. Une photographie vue dans Rose montre que le neuvième Docteur a été témoin de la mort du président des États-Unis John F. Kennedy et dans l'épisode La Chute de Pompéi, le Docteur est en partie responsable de la catastrophe liée à l'éruption du Vésuve. De même il sauve, bien involontairement, Hitler en 1938 lorsque le TARDIS s'écrase dans la Chancellerie de Berlin (Allons tuer Hitler). Le Docteur est également lié au Grand incendie de Londres (The Visitation) et au Grand incendie de Rome sous le règne de Néron (The Romans). Il a lui-même donné l'idée du Cheval de Troie à Ulysse (The Myth Makers), il est Merlin (Battlefield) et est même impliqué dans l'extinction des dinosaures, provoquée par le crash d'un gigantesque vaisseau cargo sur Terre (Earthshock).

Le Docteur et les personnages historiques de la Terre[modifier | modifier le code]

Le Docteur a également rencontré de nombreux personnages historiques sur Terre. Dans City of Death, on apprend que le Docteur a rencontré Léonard de Vinci et William Shakespeare (le Docteur dit d'ailleurs avoir écrit l'original de Hamlet sous sa dictée car il s'était tordu le poignet ; il le croise de nouveau dans Peines d'amour gagnées). Il a également rencontré H. G. Wells (Timelash), Albert Einstein (Time and the Rani), Mao Zedong (The Mind of Evil), Richard Ier d'Angleterre (The Crusade), Wyatt Earp (The Gunfighters), Vincent van Gogh (Vincent et le Docteur), Kubilai Khan et Marco Polo (Marco Polo) ainsi que Pablo Picasso comme il l'affirme dans l'épisode Vincent et le Docteur.

Dans la seconde série, le Docteur partage ses aventures avec de nombreuses personnalités de l'histoire, entre autres Charles Dickens (Des morts inassouvis), Agatha Christie (Agatha Christie mène l'enquête), la reine Victoria (Un Loup-garou royal), Élisabeth Ire (Peines d'amour gagnées et Le Jour du Docteur), Madame de Pompadour (La Cheminée des temps), Winston Churchill (La Victoire des Daleks) et de nombreux autres personnages historiques.

De même, le Docteur semble avoir la manie de collectionner les objets historiques. Ainsi, dans L'Embouteillage sans fin, après avoir remis son manteau à Brannigan et son épouse, il leur demande de prendre soin de lui car selon ses propres mots « Janis Joplin me l'a offert ».

Physiologie[modifier | modifier le code]

Bien que les Seigneurs du Temps ressemblent à des humains, leur physiologie diffère nettement sur quelques points principaux. Ainsi, ils ont deux cœurs, un « système de dérivation des voies respiratoires » qui leur permet de se passer d'oxygène (pendant un certain temps) et une température corporelle interne de 15-16 degrés Celsius. Ils ont aussi la capacité d'absorber, de résister, et d'expulser de grandes quantités de certains types de rayonnements. Le Docteur résiste bien à l'électricité et s'en sort généralement avec un minimum de dégâts (voir par exemple L'Humanité en péril). Il supporte aussi des températures basses. Dans Agatha Christie mène l'enquête, on tente de l'empoisonner au cyanure mais il réussit à expulser le poison. Pour parer à un traumatisme, il peut se mettre volontairement en état de coma jusqu'à ce qu'il récupère.

Il est doué de capacités télépathiques et peut entrer dans la mémoire d'autres individus, comme il le fait avec Madame de Pompadour dans La Cheminée des temps. Dans Le Chant des Oods, il entend clairement le faible chant télépathique de ces derniers, et peut même le faire entendre à Donna. Il peut également percevoir le tissu temporel et en discerner les points fixes ; il voit ce qui a été, ce qui est, ce qui pourrait être, etc. Il peut aussi transmettre ses pensées ou ses souvenirs à un individu par un simple coup de tête, néanmoins très douloureux pour l'un et l'autre, comme dans Cyber Noël et Le Colocataire.

Lorsqu'il sent sa mort approcher, un Seigneur du Temps peut se régénérer : il change ainsi d'apparence et de personnalité tout en gardant tous ses souvenirs intacts. Le pouvoir de se régénérer a été introduit dans la série pour pouvoir donner une explication logique au changement d'acteur. Il est dit dans la première série qu'un Seigneur du Temps ne peut se régénérer que douze fois au total et peut donc avoir jusqu'à treize corps différents. Ceci dit, plus tard, le Docteur précise pouvoir se régénérer indéfiniment, mais cette information s'avère être un mensonge[3]. Dans l'épisode Death of The Doctor de la série The Sarah Jane Adventures, le Docteur révèle en effet au jeune Clyde Langer qu'il peut se régénérer 507 fois. Cependant, Russell T. Davies, créateur de la série The Sarah Jane Adventures et scénariste de l'épisode en question, a indiqué dans une interview que l'information n'était pas à prendre au sérieux[4]. À l'issue de l'épisode La Prophétie de Noël, le Docteur a déjà utilisé ses douze régénérations[5]; cependant, dans l'épisode L'Heure du Docteur, le problème est réglé par l'intervention des Seigneurs du Temps qui lui fournissent un tout nouveau cycle de régénérations.

La régénération n'est apparemment pas automatique : dans Le Dernier Seigneur du Temps, le Maître refuse de se régénérer malgré l'insistance du Docteur. De plus, on peut tuer un Seigneur du Temps si son corps n'a pas le temps de déclencher le processus de régénération. C'est ce que River Song suggère qu'il arrivera à la fin de La Bibliothèque des ombres et ce qui semble effectivement arriver au début de L'Impossible Astronaute, première partie.

Dans La Famille de sang, le Docteur devient volontairement et temporairement humain pour échapper à une famille d'extra-terrestres qui poursuit le TARDIS. Tous ses souvenirs de Seigneur du Temps sont alors conservés dans une montre à gousset. Ce système permettant à un Seigneur du Temps de devenir temporairement humain est également utilisé par le Maître dans Utopia.

Le nom du Docteur[modifier | modifier le code]

Dans le deuxième épisode de la première série, Ian Chesterton appelle le Docteur « Docteur Foreman », ce à quoi il répond : « Eh ? Doctor who ? What's he talking about ? » (« Hein ? Docteur qui ? De quoi parle-t-il ? »). Plus tard, Ian réalise que « Foreman » n'est pas le véritable nom du Docteur et demande à Susan : « Who is he ? Doctor who ? » (« Qui est-ce ? Docteur qui ? »). De la même façon, dans Rose (premier épisode de la deuxième série), il se présente comme « Juste le Docteur ». Rose et Mickey trouvent un site internet consacré au Docteur et à ses apparitions à travers l'Histoire, portant le nom « DOCTOR WHO? »[6]. Il utilise parfois le nom de John Smith.

Bien que souvent crédité sous le nom de « Doctor Who », le Docteur ne s'appelle pas par le nom de la série, sauf d'une manière ironique (par exemple, dans « The Gunfighters »). Les seules vraies exceptions à ce principe sont l'ordinateur WOTAN dans « The War Machines », pour qui « Doctor Who is required » (« Doctor Who est demandé »), un épisode de la seconde saison, « The Death of Doctor Who » (« La Mort de Doctor Who ») et un épisode de la 7e saison, « Doctor Who and the Silurians ». Le troisième Docteur conduit dans quelques épisodes une sorte d'aéroglisseur appelé « Whomobile »[7] dans du matériel publicitaire (qui n'a pas de nom dans la série).

Dans l'épisode Bibliothèque des ombres, première partie, on apprend que le docteur River Song connaît le véritable nom du Docteur. Cette révélation montre que le Docteur établira au futur une relation de confiance très forte avec ce personnage.

La question de son vrai nom est l'un des axes scénaristiques majeurs liés à l'histoire du 11e Docteur. Dans le dernier épisode de la 7e saison, Le Nom du Docteur, son nom permet d'ouvrir la porte où demeure ce qu'il reste du Docteur après sa mort.

Âge[modifier | modifier le code]

Il est difficile de connaître l'âge précis du Docteur, les différentes informations données par la série se contredisant parfois. Dans l'épisode The Power of the Daleks, le 2e docteur tient un journal intitulé 500 years diaries, « journal de bord sur 500 ans ». Dans l'épisode The robots of death, le 4e Docteur dit avoir 750 ans. Dans Revelation of the Daleks, le 6e Docteur dit qu'il est « un Seigneur du Temps de 900 ans », et dans Time and the Rani, l'âge du 7e Docteur est de 953 ans, le même que celui de la Rani. Dans Le Seigneur du Temps (1996), on voit qu'il a un journal intime couvrant 900 années de sa vie dans son TARDIS.

La nouvelle série de 2005 reprend environ le même âge ; dans L'Humanité en péril, le 9e Docteur déclare, parlant de la gifle de Jackie Tyler « Neuf cent ans de voyage dans le temps et l'espace et je n'avais jamais été giflé par la mère de quiconque ». Rose lui demande alors s'il a bien 900 ans et il lui répond par l'affirmative. De plus, le Maître indique dans Le Dernier Seigneur du Temps que le Docteur a 900 ans. Lorsque commence la saison 6, dans l'épisode L'Impossible Astronaute, première partie, le 11e Docteur a 908 ans, mais à la fin de la saison il en a 1 103.

À partir de la « disparition » des Pond comme compagnons, les références à l'âge du Docteur se font moins précises que dans les saisons 5 et 6. Dans l'épisode Enfermés dans la toile de la saison 7, le 11e Docteur s'exclame qu'il a 1 000 ans. Dans l'épisode La Ville de la miséricorde, le Docteur dit avoir 1 200 ans.

Dans l'épisode anniversaire Le Jour du Docteur, on retrouve le 10e Docteur âgé de 904 ans, tandis que le 11e Docteur explique qu'il s'est déroulé 400 ans depuis la fin de la Guerre du Temps et qu'il a 1 200 ans « et des poussières » « mais je ne sais même plus si je mens sur mon âge ».

L'épisode de Noël 2013 L'Heure du Docteur montre un 11e Docteur vieilli physiquement et âgé de trois siècles supplémentaires. Lorsqu'on le retrouve de nouveau, il s'est alors écoulé 600 ans de plus.

Dans l'épisode En apnée, le 12e Docteur déclare avoir plus de 2 000 ans.

Dans l'épisode 11 de la saison 9, Descente au paradis, il passe 4,5 milliards d'années dans une prison créée tout spécialement pour lui : sa destinée est de mourir à chaque fois en se réinitialisant physiquement (ainsi que sa mémoire) régulièrement. Donc, bien qu'il y ait passé plus de 4,5 milliards d'années, il n'a absolument pas vieilli.

Les Docteurs[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des interprètes du Docteur.

Le personnage a d'abord été interprété par William Hartnell en 1963. Trois ans plus tard, comme Hartnell quitte la série pour cause de maladie, le rôle est transmis à Patrick Troughton. À ce jour, il existe 14 incarnations distinctes du Docteur. À cause du décès de Hartnell en 1975, l'acteur Richard Hurndall l'a remplacé pour jouer le premier Docteur dans The Five Doctors, en 1983, ce qui donne un total de 15 acteurs.

La plus longue incarnation du Docteur est la quatrième, jouée par Tom Baker. Baker jouissait d'une très grande popularité ; sa version dessin animé apparaît même dans un épisode des Simpson, Bombinette Bob.

En changeant de forme corporelle, le Docteur change aussi de personnalité et de goûts vestimentaires, ce qui l'amène à changer de style à chaque fois.

Premier Docteur[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Premier Docteur.

Joué par William Hartnell (puis par Richard Hurndall 1983, et par David Bradley en 2013 et 2017, Hartnell étant décédé), il est la première incarnation du Docteur, mais paradoxalement aussi celle qui est physiquement la plus âgée. Lorsque la série débute, le Docteur est alors un vieil homme méfiant qui voyage avec sa petite-fille Susan Foreman, et qui accepte mal la venue de nouveaux compagnons et c'est par accident qu'il emmène Ian Chesterton et Barbara Wright à travers l'espace et le temps dans « An Unearthly Child ». Il lui faut d'ailleurs du temps pour les accepter et le troisième épisode « The Edge of Destruction » le montre assez suspicieux, voire ignoble envers eux.

Curieux d'explorer de nouveaux lieux et parfois facétieux, il n'hésite pas à saboter volontairement son vaisseau pour satisfaire à sa curiosité (« The Daleks »). Loin du personnage altruiste qu'il sera plus tard, il peut se montrer assez égoïste (notamment par crainte) et renoncer à soigner un de ses assaillants mortellement blessé (« An Unearthly Child »).

Malgré son côté irascible et son impression de regarder les êtres humains de haut, c'est un personnage toujours avide de savoir qui veut toujours en connaître plus et qui possède un grand esprit de déduction. Le Docteur n'a pas mauvais fond mais toutes ces années passées à fuir depuis qu'il a quitté Gallifrey en volant un TARDIS l'ont rendu paranoïaque et plus la série avance plus le Docteur devient une figure bonne et paternelle. Dans certains épisodes, le Docteur refuse tout massacre et refuse de prendre une arme. De plus, celui-ci assez insensible aux autres, s'ouvre de plus en plus à de nouveaux compagnons comme Steven ou Vicki et Dodo qu'il traite comme ses filles. Au point qu'au milieu de la troisième saison, lorsqu'à la fin de l'épisode « The Massacre of St Bartholomew's Eve », le Docteur se retrouve abandonné de tous, il regrette la présence de ses compagnons.

William Hartnell le décrivait comme un « magicien à mi-chemin entre le Magicien d'Oz et le Père Noel»[8]. Il disait de lui qu'il était comme une sorte de lama tibétain qui aurait plus de 800 ans mais qui paraîtrait n'en avoir que 75[9]. Il était assez surpris par l'enthousiasme des enfants qui suivaient la série et se refusait à utiliser un vocabulaire trop « technologisant » afin de ne pas les perdre.

Lors de sa première apparition, le personnage porte un costume de l'époque édouardienne avec un grand manteau. Ce Docteur possède une canne (vraisemblablement offerte par Kubilai Khan dans l'épisode « Marco Polo ») et l'on peut le voir occasionnellement fumer la pipe.

Deuxième Docteur[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Deuxième Docteur.

Il est joué par Patrick Troughton entre 1966 et 1969. Surnommé « The Cosmic Hobo » (le clochard cosmique) tant son personnage est désordonné, il s'agit d'un Docteur bien plus chaleureux et avisé que son prédécesseur. Il est aussi surpris et effrayé par les menaces extra-terrestres que les Terriens qu'il aide, mais possède un penchant pour la manipulation et la supercherie. Il dit consigner ses aventures dans son journal de plus de 500 ans. C'est le Docteur dont le plus d'épisodes sont manquants.

Il prend l'apparence d'un homme allant visiblement sur ses cinquante ans : ses cheveux sont noirs et coiffés en une sorte de coupe au bol à l'ancienne. Ses yeux, cernés, sont bleu clair. Sa tenue est assez similaire à celle que portait le premier Docteur, bien que plutôt débraillée : son pantalon, assez large et à carreaux, fait penser à celui d'un clown. Il a également abandonné la cravate pour lui préférer un nœud papillon, souvent noué de travers. Il porte enfin une paire de bretelles assez visibles sous sa veste.

Son compagnon le plus fréquent est Jamie, un Écossais du XIXe siècle extrêmement fidèle et qui voyage avec lui dans toutes ses aventures sauf la première. Jamie est le compagnon de l'ancienne série qui est resté le plus longtemps avec le Docteur.

Dans « The War Games », se retrouvant face à un nombre impressionnant de réfugiés qu'il doit ramener à leurs époques d'origine, il se déclare impuissant et, résigné, contacte les Seigneurs du Temps pour effectuer le sauvetage, même s'il sait que grâce à cela ils vont le localiser, et le ramener de force sur Gallifrey. Le Docteur est mis en procès par les Seigneurs du Temps qui l'accusent de violer la règle de non-intervention dans les sociétés extérieures, et il est finalement exilé sur Terre après une régénération forcée.

Troisième Docteur[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Troisième Docteur.

Il est joué par Jon Pertwee entre 1970 et 1974. C'est un personnage bien plus orienté « action » que les deux autres, une sorte de James Bond galactique très débrouillard et quelqu'un de plus autoritaire, au caractère particulièrement sobre. À cette époque le personnage utilise abondamment les gadgets et possède même sa propre voiture, Bessie. Utilisateur d'un Aïkido vénusien, il se pose en tant que scientifique et homme d'action.

Pendant les trois premières saisons de l'ère Pertwee, à la suite de son exil, le Docteur reste bloqué sur Terre avec un TARDIS inutilisable. Durant cette période, il travaille en tant que conseiller scientifique au service de la section britannique de UNIT, dirigé par le Brigadier Lethbridge-Stewart qu'il avait déjà rencontré. UNIT est une organisation armée de l'ONU chargée de défendre la Terre contre les menaces spatiales et extraterrestres. Ont lieu avec l'ère Pertwee les premières apparitions du Maître.

The Three Doctors marque un tournant : le Docteur, avec l'aide de ses deux précédentes incarnations, sauve Gallifrey de la destruction et, en récompense, voit son exil sur Terre levé. Les voyages spatio-temporels reprennent. Malgré cela, UNIT reste un point d'ancrage pour le Docteur : chacune de ses incarnations suivantes de l'ancienne série (sauf la sixième) rencontrera l'organisation et le Brigadier.

Le personnage du 3e Docteur aborde une abondante chevelure blonde très « 70's » et porte des vestes amples. Il est surnommé par les fans le « Dandy ».

Quatrième Docteur[modifier | modifier le code]

Il est joué par Tom Baker entre 1974 et 1981. Il s'agit de l'incarnation la plus longue pour ce qui est du nombre d'épisodes du Docteur, l'une des préférées des Britanniques et la plus reconnue à travers le monde, notamment aux États-Unis. Il est à l'image de ce que le Docteur est dans la deuxième série : un personnage énigmatique, drôle mais capable de passer du sérieux le plus total à la folie. Rencontrant de nombreux dilemmes, c'est le premier Docteur à devoir faire des choix moraux et à refuser la violence. Le caractère du quatrième Docteur évolue au fur et à mesure des saisons, se faisant moins comique et plus grincheux. Il offre des confiseries "jelly baby" à ses adversaires comme à ses amis.

Le personnage se reconnaît surtout par sa longue écharpe bariolée (à l'origine une erreur de la costumière) et un look inspiré d'Aristide Bruant.

Tom Baker fait une apparition à la fin de l'épisode spécial cinquantième anniversaire Le Jour du Docteur en tant que conservateur du musée. Celui-ci s'adresse d'ailleurs au 11e Docteur (joué par Matt Smith) en disant : "Si j'étais vous...", ce qui est assez comique puisque (comme dit plus haut) il fut réellement l'un des interprètes du Docteur.

Cinquième Docteur[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cinquième Docteur.

Joué par Peter Davison entre 1981 et 1984, il campe un personnage très jeune physiquement et mentalement, qui contraste avec Tom Baker. C'est un Docteur qui se trouve entièrement dans la réaction et non dans l'action, ce qui le rend globalement plus vulnérable. Il se caractérise d'ailleurs par une indécision chronique : il change souvent d'avis (« Par ici ! Euh… non… Par là ! ») et tire certaines de ses décisions à pile ou face.

D'un autre côté, c'est le plus sensible de tous les Docteurs jusqu'alors. Bien moins autoritaire, il considère ses compagnons comme des partenaires et non comme des subordonnés et il n'a plus ce mépris des humains et ce côté supérieur et grandiloquent qu'avaient ses précédentes incarnations.

Ce Docteur porte un costume de cricket blanc immaculé sur lequel a été posée une branche de céleri (servant à détecter des gaz auxquels le Docteur est allergique) et occasionnellement un chapeau. Son personnage rencontrera celui du dixième Docteur dans l'épisode Time Crash.

Sixième Docteur[modifier | modifier le code]

Il est joué par Colin Baker entre 1984 et 1986. Doté d'un ego surdimensionné, c'est un Docteur violent, égocentrique, d'une confiance extrême en ses capacités et ne supportant pas qu'on les remette en question. Parallèlement, c'est le Docteur le plus déterminé à éradiquer le mal de l'Univers, et il est très efficace dans ses interventions.

Sa compagnonne la plus emblématique est Peri, une jeune femme qui tente tant bien que mal de supporter ses caprices, mais qui malgré cela est très attachée à lui, ce qui est réciproque. Il a vécu presque toutes ses aventures avec elle.

Ce Docteur présente un costume totalement bariolé avec une veste aux couleurs de l'arc-en-ciel, en contraste volontaire avec sa personnalité.

Septième Docteur[modifier | modifier le code]

Il est joué par Sylvester McCoy entre 1987 et 1989. Contrairement à sa précédente incarnation, le personnage est plus comique, charmant et bon esprit. Ce qui ne l'empêche pas d'être très sombre et manipulateur : il se sert de son personnage à l'apparence ridicule pour mener ses adversaires par le bout du nez, et se montre très mystérieux sur son passé et sur ses véritables capacités. Pacifique, il s'oppose totalement à l'usage des armes.

À travers ses épisodes, des indices amènent à penser que le Docteur est plus qu'un Seigneur du temps ordinaire. Cette idée est développée dans les romans qui ont suivi l'annulation de la série sans pour autant revenir dans la nouvelle série.

Son compagnon emblématique est Ace McShane, une toute jeune femme experte en explosifs (qu'elle transporte dans un sac à dos) et qui l'appelle affectueusement « Professor ».

Ce Docteur porte un costume en tweed agrémenté d'une cravate, le faisant ressembler à un professeur. Il porte assez souvent un Panama.

Huitième Docteur[modifier | modifier le code]

Il est joué par Paul McGann durant seulement un seul téléfilm, Le Seigneur du Temps, en 1996, avant de réapparaître en 2013 dans le mini-épisode The Night of the Doctor. Il s'agit d'un Docteur bien plus débonnaire, assez enthousiaste, mais comme le cinquième Docteur, capable de se montrer plus sombre lorsque c'est nécessaire. Il s'agit aussi du seul Docteur qui affirme être mi-humain et mi-Seigneur du Temps, ce qui va en contradiction avec les dires du 10e Docteur dans La Fin du voyage.

Ce Docteur a les cheveux longs (sauf dans The Night of the Doctor où ses cheveux sont courts) et porte un costume du XIXe siècle. C'est ce Docteur qui est caricaturé par Rowan Atkinson dans Doctor Who and the Curse of The Fatal Death.

C'est sous cette apparence qu'il vivra le début de la Guerre du Temps, mais refusera d'y prendre part. Il se régénère sur Karn et, grâce aux Sorcières qui lui permettent de choisir sa personnalité, il devient le War Doctor pour mettre un terme à la guerre opposant les Seigneurs du Temps aux Daleks.

S'il n'est pas apparu longtemps à l'écran, Paul McGann continue à jouer le rôle du Docteur à travers des aventures audios régulières depuis 2007 et la série The New Eight Doctor Adventures (Les Nouvelles Aventures Du 8e Docteur). Ces aventures ne sont disponibles qu'en anglais.

Neuvième Docteur[modifier | modifier le code]

Christopher Eccleston
Article détaillé : Neuvième Docteur.

Interprété par Christopher Eccleston lors du retour de la série en 2005, le 9e Docteur, contrairement aux attirails fantaisistes de toutes ses autres incarnations, porte simplement une veste en cuir et a les cheveux très courts. Il apparaît dans le premier épisode de la nouvelle série, enquêtant sur des mannequins de plastique (Autons) contrôlés par la conscience Nestène, et rencontre à cette occasion Rose Tyler ; celle-ci l'accompagne alors dans ses voyages. Il accueille aussi brièvement un jeune homme brillant, Adam Mitchell, à bord du TARDIS, mais l'en expulse vite lorsque celui-ci fait preuve de cupidité et d'imprudence.

L'histoire révèle progressivement qu'entre la série d'origine et la nouvelle, a eu lieu la dernière grande Guerre du Temps, qui a eu pour conséquences la destruction totale des Daleks et des Seigneurs du Temps - le Docteur étant à la fois le responsable de l'issue de cette guerre et le seul survivant. Au début assez sombre, ce qui effraie Rose, il se déride grâce à sa présence à ses côtés. Souvent joyeux ou plaisantin, il est aussi bien plus torturé que ses prédécesseurs, marqué à vie par cette Guerre du Temps, et n'hésite pas à devenir violent quand la situation l'exige ; il est stupéfait de découvrir, dans l'épisode Dalek, qu'un Dalek a également survécu. Ce dernier, ayant utilisé l'ADN de Rose pour se remettre d'aplomb, se découvre alors des caractéristiques humaines, se déteste puis met fin à sa propre vie.

À la fin de la saison 1, le Docteur se retrouve à nouveau face aux Daleks, cette fois par millions, et avant une tentative de mission suicide, il force Rose à retourner à son époque à bord du TARDIS, lui laissant pour instruction de laisser le TARDIS mourir et de mener une belle vie. Rose refuse de s'y résoudre, et avec l'aide de sa mère (Jackie) et de son petit-ami (Mickey), ouvre le panneau de contrôle du TARDIS et y voit l'âme de celui-ci ; elle le ramène ainsi à l'instant où se trouve le Docteur, et, devenue toute puissante, détruit les Daleks. L'énergie temporelle absorbée étant trop pour elle, le Docteur l'absorbe à sa place et ramène Rose dans le TARDIS. Lorsqu'elle reprend conscience, elle ne se rappelle pas l'événement, mais le Docteur souffre fatalement de l'énergie qu'il a absorbée. Il explique à Rose qu'il va changer, lui dit au revoir, et se régénère.

Dixième Docteur[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Dixième Docteur.

Le 16 avril 2005, la BBC annonce que le Dixième Docteur sera interprété par l'acteur écossais David Tennant, qui prend la relève de Christopher Eccleston à la fin de l'épisode À La Croisée des Chemins[10], aux côtés de son assistante Rose Tyler, jouée par Billie Piper. Il voyagera avec elle tout au long de la saison 2, au cours de laquelle il croisera la route de son ancienne compagne Sarah Jane Smith (dans l'épisode L'École des Retrouvailles). Il continuera de voyager dans la saison 3, mais avec Martha Jones, jeune étudiante en médecine, qui s'éprend de lui. Toutefois, lorsqu'elle comprend (au bout d'un an) que ses sentiments ne sont pas réciproques, elle décide de reprendre sa vie sur Terre. C'est lors de la même saison qu'il croise la route de son vieux « meilleur ennemi », le Maître, incarné par Derek Jacobi, puis par John Simm, qui « mourra » dans ses bras.

La saison 4 marque le retour de Donna Noble, que le Docteur avait déjà rencontrée dans Le Mariage de Noël. Le destin fait que le Docteur se voit forcé d'effacer tous ses souvenirs de leurs voyages. Le 29 octobre 2008, David Tennant annonce son départ de la série[11]. Il dispose alors de cinq épisodes spéciaux, au terme desquels il se régénère (le dernier étant la seconde partie de La Prophétie de Noël).

Ce Docteur fut particulièrement célèbre et apprécié : il a par exemple été nommé « personnage télévisé le plus cool » en 2007[12]. Il lui arrive souvent de dire « Allons-y », "Molto bene" et « Brillant ! ».

Onzième Docteur[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Onzième Docteur.

Le 3 janvier 2009, la BBC annonce au cours d'un épisode de Doctor Who Confidential l'identité du successeur de David Tennant : il s'agit de Matt Smith[13]. Il est alors le plus jeune acteur à avoir incarné le Docteur, à l'âge de 27 ans, lors de sa première apparition. Initialement, le public s'est montré sceptique à l'annonce de Smith comme remplaçant de David Tennant, du fait de son jeune âge et parce que Tennant était extrêmement apprécié. Environ cinq mois plus tard, le 29 mai 2009, l'interprète de sa compagne est annoncée : il s'agit de Karen Gillan (Amy Pond), qui était déjà apparue dans La Chute de Pompéi[14]. Au cours de la saison 5, Arthur Darvill (Rory Williams) rejoint également la distribution et joue son fiancé. Les trois amis sont occasionnellement rejoints par Alex Kingston, qui joue River Song, déjà apparue dans l'épisode Bibliothèque des Ombres, première partie et sa seconde partie. Sa véritable identité est révélée au cours de la saison 6 (cf. La Retraite du Démon).

Néanmoins, au cours de la saison 7 (Les Anges prennent Manhattan), Amy et Rory perdent la vie. Le Docteur s'isole alors pendant plusieurs années, aigri, reclus et dévasté par sa perte. Il est tiré de sa solitude par Clara Oswald, interprétée par Jenna Coleman, que le Docteur rencontre à plusieurs époques. Elle l'intrigue donc, et décide de voyager avec elle afin de percer son mystère. Il voyagera avec elle jusqu'à sa régénération, Matt Smith annonçant le 1er juin 2013 son départ de la série[15]. Il participera à encore deux épisodes avant sa régénération : Le Jour du Docteur, célébrant les cinquante ans de la série, et L'Heure du Docteur, l'épisode de Noël 2013, au terme duquel il se régénère.

Le Doctor Who Magazine l'a élu comme étant le meilleur Docteur et Martin Anderson du Shadowlocked a déclaré qu'il était la réincarnation la plus réussie du Docteur depuis que « Tom Baker avait pratiquement redéfini le personnage dans les années 1970 »[16]. La performance de Smith dans la seconde partie du Labyrinthe des Anges a été acclamée par les fans comme par la presse. Dans sa critique pour The Daily Telegraph, Gavin Fuller remarque que son jeu très rythmé est devenu l'un des « facteurs majeurs » qui contribuent au succès de Doctor Who[17]. Dans un autre article, cette fois sur La Pandorica s'ouvre, Fuller loue une fois de plus la performance de Matt Smith, qu'il qualifie de « superbe lors des scènes où le Docteur se sacrifie dans la Pandorica pour sauver le multivers »[18].

Docteur Guerrier (The War Doctor)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Docteur guerrier.
John Hurt en 2009.

Il est joué par John Hurt dont la première apparition se fait à la fin de l'épisode Le Nom du Docteur, et y est présenté comme étant le plus grand et le plus sombre secret du Docteur.

Le Docteur guerrier, ou War Doctor en version originale, succède chronologiquement au huitième Docteur (interprété par Paul McGann) lorsque, dans le web-épisode de 7 minutes The Night of the Doctor se déroulant pendant la Guerre du Temps, ce dernier tente de secourir une pilote, Cass, dont le vaisseau est sur le point de s'écraser sur la planète Karn. Malheureusement, dès qu'elle comprend qu'il est un Seigneur du Temps, elle refuse de le suivre, préférant mourir. Le Docteur insiste, lui assurant qu'il n'a jamais été partie prenante de la Guerre, mais le vaisseau s'écrase et ils sont tous les deux tués.

Le corps du Docteur est emmené par les sœurs de Karn et ressuscité pour quatre minutes. Elles le convainquent qu'il n'est pas possible d'éviter la Guerre et par conséquent il absorbe une potion pouvant faire de sa prochaine incarnation « un guerrier » ; il se régénère et devient le War Doctor (littéralement, le Docteur de la Guerre), interprété par John Hurt.

L'épisode spécial des 50 ans de la série, Le Jour du Docteur, diffusé le 23 novembre 2013, est largement consacré à son rôle dans la Guerre du temps et la disparition de Gallifrey.

Le War Doctor se régénère à la fin de cet épisode. Sa référence à ses oreilles qu'il souhaite « moins voyantes » fait allusion à sa future incarnation, le neuvième Docteur, interprété par Christopher Eccleston.

Douzième Docteur[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Douzième Docteur.

Le 4 août 2013, le nom du nouvel acteur interprétant le Docteur est annoncé sur les chaînes du groupe BBC : il s'agit de Peter Capaldi, qui a déjà joué dans la série (voir l'épisode La Chute de Pompéi)[19]. Il marque une très nette différence avec ses précédentes incarnations, et ce dès le début : il est indépendant, froid et sarcastique. Il s'agit toutefois d'une façade (il l'admet dans l'épisode La Momie de l'Orient-Express) que sa compagne Clara Oswald arrive à percer. Après le décès prématuré de celle-ci, il voyagera avec Nardole (ancien assistant de River Song) et Bill Potts, cantinière à l'Université de Bristol. La relation avec son vieil ami le Maître fera partie des sous-intrigues de son ère, surtout dans la saison 10, où elle semble même devenir une intrigue à part entière.

L'ère du Douzième Docteur est également marquée par une baisse significative des taux d'audiences[20], que Peter Capaldi, Steven Moffat et Mark Gatiss attribuent à un mauvais choix de créneau de diffusion par la BBC, trop tardif pour les enfants[21].

Peter Capaldi annonce son départ de la série le 30 janvier 2017 : il tire sa révérence le 25 décembre 2017, au cours de l'épisode Twice Upon A Time[22].

Treizième Docteur[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Treizième Docteur.

Le 16 juillet 2017, la sélection de Jodie Whittaker pour incarner le Treizième Docteur a été annoncée[23]. Elle est la première femme à interpréter le rôle. Elle prend la relève de Peter Capaldi à l'issue de l'épisode de Noël 2017, Twice Upon A Time.

Causes des régénérations[modifier | modifier le code]

Les causes des « morts » des différentes incarnations du Docteur sont variées :

  1. Premier Docteur (Hartnell) : succombe apparemment à son grand âge dans The Tenth Planet.
  2. Deuxième Docteur (Troughton) : forcé de changer d'apparence, il est exilé sur Terre par les Seigneurs du Temps dans The War Games à titre de sanction.
  3. Troisième Docteur (Pertwee) : absorbe une dose mortelle de radiations après l'activation d'un cristal dans Planet of the Spiders.
  4. Quatrième Docteur (T. Baker) : le Maître le fait chuter du radiotélescope du projet Pharos dans Logopolis. Ils s'y étaient rendus pour se servir de l'installation afin de sauver l'univers de l'entropie générale qui le menaçait.
  5. Cinquième Docteur (Davison) : empoisonné en même temps que Peri par une substance nommée Spectrox dans The Caves of Androzani. Il offrit sa seule dose d'antidote à la jeune femme, se sacrifiant ainsi pour la sauver.
  6. Sixième Docteur (C. Baker) : succombe à un traumatisme crânien subi quand la Rani a attaqué le TARDIS (choc contre la console), provoquant son crash dans Time and the Rani.
  7. Septième Docteur (McCoy) : meurt à San Francisco dans le téléfilm Le Seigneur du Temps. Il a matérialisé le TARDIS au milieu d'une fusillade et a reçu plusieurs balles qui n'ont pas fait de dégâts mortels. Il a ensuite été transporté dans un hôpital où les médecins, étonnés que son rythme cardiaque soit si élevé, ont décidé de l'opérer, opération qui lui sera fatale. Note : cette régénération est la seule à ne pas avoir eu lieu directement après la mort du Docteur à cause de l'anesthésie qu'il a subie et qui a retardé le processus.
  8. Huitième Docteur (McGann) : s'écrase sur la planète Karn en tentant de sauver Cass. Les sœurs de Karn le ressuscitent temporairement et lui offrent une potion qui lui permet de se transformer en War Doctor (Docteur de la Guerre) à l'issue de sa régénération.
  9. Docteur Guerrier (Hurt) : ayant réussi à sauver Gallifrey de la Guerre du Temps, le Docteur Guerrier se régénère à la fin de l'épisode spécial des 50 ans de la série, Le Jour du Docteur, car il n'y a plus besoin d'un Docteur Guerrier vu que la Guerre du Temps est terminée. Sa référence à ses futures oreilles qu'il souhaite "moins voyantes" fait allusion à sa future incarnation qu'on peut ainsi deviner aisément : le neuvième Docteur, sous les traits de Christopher Eccleston.
  10. Neuvième Docteur (Eccleston) : Rose Tyler ayant regardé dans le cœur du TARDIS pour le sauver dans À la croisée des chemins, il l'embrasse pour absorber toute l’énergie qu'elle contient afin d'éviter que cela ne la tue. Cependant, le corps du Docteur ne résiste pas non plus à cette énergie et il doit donc se régénérer.
  11. Dixième Docteur (Tennant) : succombe à la suite d'un tir de Dalek, le Docteur se régénère une première fois sans changer d'apparence. Subséquement, il absorbe une dose mortelle de rayonnements dans La Prophétie de Noël en sauvant la vie de Wilfred Mott, lequel était prisonnier dans une machine émettant de très nombreuses radiations. Le Docteur subit une longue agonie avant de se régénérer.
  12. Onzième Docteur (Smith) : succombe à un âge très avancé dans L'Heure du Docteur et reçoit un tout nouveau cycle de régénérations donné par les Seigneurs du Temps.
  13. Douzième Docteur (Capaldi) : se fait attaquer par un Cyberman de Mondas dans The Doctor Falls, mais se retient de se régénérer jusqu'à l'épisode Twice Upon A Time.

La régénération est généralement aléatoire : le Docteur ne sait pas à l'avance quelle sera sa future apparence. Seules sa deuxième et sa huitième incarnation ont eu la possibilité de faire un choix ; mais n'arrivant pas à se décider, le deuxième Docteur fut contraint au hasard par les Seigneurs du Temps tandis que le huitième Docteur n'a pas choisi son apparence, mais sa future personnalité ("Make me a warrior", c'est-à-dire "Faites de moi un guerrier").

La régénération du Quatrième Docteur a été préfigurée par l'apparition du Guetteur (the Watcher), une figure fantomatique ayant suivi, surveillé et aidé le Docteur au cours de sa dernière aventure. Le Guetteur finit par fusionner avec le Quatrième Docteur mourant pour déclencher sa régénération.

Une régénération du Docteur n'a pas abouti à un changement de corps, dans La Fin du Voyage : alors que le dixième Docteur vient d'être touché par le tir d'un Dalek, il commence à se régénérer mais transfère alors le surplus d'énergie de sa régénération dans son ancienne main (coupée dans L'Invasion de Noël et qu'il a fini par retrouver). Ainsi, le Docteur s'est régénéré suffisamment longtemps pour soigner ses blessures mais a stoppé le processus avant que le changement de corps ait lieu. Plus tard, Donna, en touchant la main, déclenche la régénération de celle-ci, créant ainsi un second Docteur à moitié humain. Dans l'ancienne série, il est fait mention d'une règle selon laquelle les Seigneurs du Temps ne peuvent se régénérer que douze fois : bien que ceci fut débattable au vu de certaines paroles du Docteur dans d'autres épisodes, le Docteur confirme cette règle dans L'Heure du Docteur, où il explique à Clara avoir déjà épuisé son cycle de douze régénérations (en comptant la régénération avortée du Dixième Docteur). Cependant, dans ce même épisode, de l'énergie régénératrice lui est donnée grâce à la fissure reliant sa dimension à celle de Gallifrey. Il explique par ailleurs qu'un nouveau cycle se met en place.

Le Docteur dans les films[modifier | modifier le code]

Le personnage du Docteur est aussi joué au cinéma par Peter Cushing dans deux films: Dr Who contre les Daleks et Les Daleks envahissent la Terre, où le Docteur a pour véritable nom de famille « Who ». C'est un être humain, à mi-chemin entre le savant fou et le bricoleur du dimanche qui a construit lui-même le TARDIS. La version que donne Cushing du Docteur est assez éloignée de celle d'Hartnell.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Dr Who profile : Britain's favourite alien
  2. La première mention de la constellation où se situe Gallifrey figure dans l'épisode Pyramids of Mars (1975) ; dans la seconde série, elle est citée pour la première fois dans Une croisière autour de la Terre (2007).
  3. http://blastr.com/2010/10/its-official-doctor-who-i.php
  4. http://www.sfx.co.uk/2010/10/26/interview-russell-t-davies-talks-about-that-sarah-jane-adventures-line/
  5. http://www.mirror.co.uk/tv/tv-news/doctor-who-christmas-spoilers-matt-2847509
  6. La BBC a lancé une « vraie » version du site : Who is Doctor Who ?
  7. Whomobile
  8. « a wizard »"a cross between the Wizard of Oz and Father Christmas Howe, p. 16–17.
  9. (en) « William Hartnell (1960's) », Dr Who Interviews (consulté le 21 août 2012)
  10. (en) « David Tennant is tenth Doctor Who », sur BBC - Press Office, (consulté le 2 janvier 2018)
  11. (en) « David Tennant quits as Doctor Who », sur BBC News, (consulté le 2 janvier 2018)
  12. (en)Matt Houghton, « Tennant's Doc voted coolest TV character », sur Digital Spy,
  13. "The Eleventh Doctor". Doctor Who Confidential. Saison 4, épisode 15. 3 janvier 2009. BBC.
  14. (en) Leigh Holmwood, « Doctor Who's new companion unveiled as 21-year-old Karen Gillan », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  15. (en) « Matt Smith to leave Doctor Who at the end of year », sur BBC New, (consulté le 3 janvier 2018)
  16. (en) « Doctor Who: Matt Smith the best doctor since Tom Baker », Shadowlocked
  17. (en) « Doctor Who review: Flesh & Stone », The Daily Telegraph
  18. (en) « Who: The Big Bang series finale review », The Daily Telegraph
  19. « Et le nouveau "Doctor Who" est... », sur AlloCiné,
  20. (en) « Doctor Who Guide: Ratings Guide », sur Doctor Who News (consulté le 2 janvier 2018)
  21. (en) Sam Creighton, « Doctor Who's Peter Capaldi accused BBC of treating show as 'a pawn' », Daily Mail,‎ (lire en ligne)
  22. (en) Sarah Doran, « Peter Capaldi confirms he'll leave Doctor Who at end of series 10 », Radio Times,‎ (lire en ligne)
  23. « Doctor Who's 13th Time Lord to be a woman », sur BBC News (consulté le 16 juillet 2017)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

(en) The Doctor sur l’Internet Movie Database