Le Diable boiteux (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Diable boiteux.
Le Diable boiteux
Image illustrative de l'article Le Diable boiteux (roman)

Auteur Alain-René Lesage
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman
Éditeur Veuve Barbin
Lieu de parution Paris
Date de parution 1707

Le Diable boiteux est un roman d'Alain-René Lesage, publié en 1707.

Contenu[modifier | modifier le code]

Le héros du Diable boiteux se fait transporter par le diable sur le toit de chaque maison, pour voir ce qui s’y passe et avoir l’occasion de conter une aventure sans liaison avec ce qui précède ni avec ce qui suit.

Cet ouvrage était aussi une imitation de l’espagnol el Diablo cojuelo de Luis Vélez de Guevara, mais une imitation libre, appropriée aux mœurs françaises et fécondée par l’observation originale et personnelle de l’esprit humain. Lesage n’a guère emprunté à Guevara que l’idée et le cadre du principal personnage, le diable ; il a fait une création toute nouvelle en lui donnant, suivant la remarque de Villemain, « une nature fine et déliée, malicieuse plutôt que méchante ».

Dans cette œuvre où le merveilleux n’est là que pour la forme, toute une diversité d’aventures et de portraits défilent rapidement devant le lecteur, en soumettant à une critique railleuse et pleine de finesse une foule de types, tous frappants de naturel et de vérité.

Réception[modifier | modifier le code]

C’est avec le Diable boiteux que Lesage s’annonce comme romancier de premier ordre. Le succès du roman, qui fut considérable, acheva enfin de distinguer le nom de Lesage de la foule des écrivains. Cette dernière œuvre donna cours à plusieurs anecdotes. Deux seigneurs se disputèrent le dernier exemplaire de la seconde édition en mettant l’épée à la main dans la boutique du libraire Barbin.

Boileau s’indignait d’une telle vogue et menaçait, dit-on, de chasser son laquais pour avoir introduit chez lui le Diable boiteux, tandis qu’au théâtre, les portiers étouffés pouvaient attester la gloire de l’auteur.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Enzo Giudici, « Brevi appunti per un’edizione critica del Diable boiteux », Studi in onore di Vittorio Lugli e Diego Valeri, 1962, p. 473-506.
  • (en) W. S. Hendrix, « Quevedo, Guevara, Lesage, and the Tatler », Modern Philology, novembre 1921, no 19 (2), p. 177-86.
  • (de) Uwe Holtz, « Der hinkende Teufel von Vélez de Guevara und Lesage. Eine literatur- und sozialkritische Studie  », Wuppertal, 1970.
  • (en) John P. Kent, « The Diable Boiteux in England: The Tonson Translation and the Fake Chapter », Papers of the Bibliographical Society of America, 1974, no 68, p. 53-63.
  • (en) Joellen Meglin, « Two Approaches to Le Diable Boiteux and La Cachucha: French Society Behind a Spanish Façade », Dance Chronicle, 1994, no 17 (3), p. 263-302.
  • (en) Lewis Mansfield Knapp, « Smollett and Le Sage’s The Devil upon Crutches », Modern Language Notes, février 1932, no 47 (2), p. 91-93.
  • (en) Raymond Joseph Pelletier, « The Interrelationship between Prominent Character Types in Le Diable boiteux, Gil Blas and Le Théâtre de la foire by Alain-René Lesage », Dissertation Abstracts International, 1977; 38: 310A-11A.
  • Gunnar von Proschwitz, « Le Mot drame et ses changements de valeur du Diable boiteux à La Comédie humaine », Cahiers de l’Association Internationale des Études Françaises, 1964, no 16, p. 43-58.

Adaptations[modifier | modifier le code]

L’histoire a connu de nombreuses adaptations, sous la forme de pièces de théâtre, de ballets ou de films.