Le Deuxième Monde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Deuxième Monde

Développeur

Date de sortie
1997
Date de fin
2001
Plate-forme
Windows, MacOS

Langue
Français, anglais

Le Deuxième Monde est un monde virtuel créé par Canal+ Multimedia, ouvert en 1997 et fermé en 2001. Il est plutôt considéré comme un logiciel d'immersion dans une réalité virtuelle (un monde virtuel) que comme un véritable jeu vidéo.

Il permet aux joueurs d'évoluer, par le biais de leur avatar, dans une reconstitution de Paris en 3D ; formant ainsi une communauté virtuelle dont les membres se surnomment « les Bimondiens ». D'abord présenté sur un cédérom payant avec un moteur réalisé par Cryo, le jeu est converti fin 1998 en VRML et accessible via le plugin Blaxxun, gratuitement. À l'époque, le Deuxième Monde représente une nouveauté révolutionnaire qui n'a que peu d'équivalents dans le monde. Il est un des précurseurs du jeu Second Life et un des premiers métavers[1].

Numériland est la régie publicitaire exclusive du Deuxième monde qui commercialise pour la première fois dans un univers en 3D des boutiques entièrement créées sur mesure pour des marques. Le logiciel Avatar Studio diffusé gratuitement permet de créer l'avatar de son choix.

Le Deuxième Monde est fermé en 2001 par choix éditorial de Canal+. L'Association des Bimondiens (ADB), une association destinée à faire pression pour le relancer, est créée en , en vain[2],[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Corentin Lamy, « « Le Deuxième Monde » de Canal+, dès 1997 : le pionnier français du métavers », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  2. Association des Bimondiens, Journal officiel Associations du 17 novembre 2001, annonce no 1839.
  3. bimondiens.com, le site de l'Association des Bimondiens.

Documentaire[modifier | modifier le code]

  • Documentaire radio : Sonia Kronlund (coordinatrice) ; Jeanne Mayer (reportage) ; Anne Depelchin avec Anne Lise Assada (réalisation) ; Éric Boisset (mixage), « Sylvie3600 et Bolly Coco : sur les traces des métavers », Les Pieds sur terre (France culture),‎ (lire en ligne)