Le Dernier Tango à Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Le Dernier Métro.
Le Dernier Tango à Paris
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du film

Titre original Ultimo tango a Parigi
Réalisation Bernardo Bertolucci
Scénario Bernardo Bertolucci, Franco Arcalli (en)
Acteurs principaux
Sociétés de production Produzioni Europee Associati, United Artists
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie / Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 125 minutes
Sortie 1972

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Dernier Tango à Paris (Ultimo tango a Parigi) est un film franco-italien de Bernardo Bertolucci sorti en 1972. Il s'agit de sa sixième réalisation.

Résumé[modifier | modifier le code]

Paul, un quadragénaire fripé, et Jeanne en minijupe sous un manteau bordé de fourrure, bottes montantes.

Un matin d'hiver, sous le pont d'un métro aérien, Jeanne, une jeune femme française d'une vingtaine d'années dépasse un homme à l'allure fatiguée, Paul, quadragénaire américain établi à Paris. Les deux arrivent à quelques secondes d'intervalle pour visiter un appartement à louer du 16e arrondissement de Paris, au-dessus du pont de Bir-Hakeim[1] et de la station de métro Passy. En tirant les volets, Jeanne découvre avec surprise Paul recroquevillé dans une encoignure. Après avoir échangé quelques banalités, sans rien savoir l'un de l'autre, ils se mettent brusquement à faire l'amour, puis repartent sans savoir leurs noms respectifs car lui ne veut pas le savoir. Paul loue l'appartement que Jeanne visitait en vue de son mariage et le couple s'y donne rendez-vous pour leurs rapports charnels d'une violence croissante.

Hors du lieu privilégié qu'est l'appartement aux volets clos, chacun retrouve sa vie quotidienne. Paul a épousé une jeune femme, propriétaire d'un hôtel minable où ils vivent depuis cinq ans : Rosa le trompe avec un des pensionnaires de l'hôtel et vient de se suicider en s'ouvrant les veines dans la salle de bains de leur chambre (sans qu'on sache jamais les raisons de son geste). Jeanne retrouve sa mère, une veuve de colonel et son fiancé Tom, un réalisateur de télévision débutant qui tourne un film en 16 mm dont elle est le sujet et qui trouvera sa conclusion avec leur mariage[2].

Pendant les trois jours qui séparent le drame des obsèques de la femme de Paul, ils vont s'engager dans une relation intense, houleuse, brève, mais désespérée. Elle « est à la mesure des tourments que provoque l'explosion du féminisme », d'après le réalisateur. Quand Paul accepte de se confier, il se révèle un loser qui fut tour à tour acteur, révolutionnaire, boxeur et journaliste. Lorsqu'il lui apprend que, rongé par le suicide de sa femme, il s'est abîmé dans une sexualité déchaînée, il devient un homme âgé sans mystère. Jeanne qui refuse de quitter sa vie de petite-bourgeoise, rompt avec lui. Paul ne comprend pas et la persuade de se rendre dans un dancing où se déroule un concours de tango très guindé[3]. Attablés ensemble, Paul avoue qu'il l'aime et la force à boire. Éméchés, les amants se mettent à danser sur la piste, parodiant les danseurs de tango de manière provocante. Mais Jeanne refuse la prolongation de l'aventure et quitte en courant la salle de bal du « Dernier Tango ». Paul la poursuit jusqu'à l'appartement en haut de l'immeuble de Montparnasse où elle habite, cherche à la charmer et lui demande enfin son nom. Apeurée par sa violence et pour échapper à l'emprise destructrice de cet homme désespéré, elle prend dans un tiroir le revolver d'ordonnance de son père colonel. Alors qu'il a coiffé, en un dernier geste de défi, le képi à cinq galons du père, il s'approche de Jeanne qui semble céder. Elle tire, Paul titube jusqu'au balcon et s'écroule. Jeanne vient de tuer Paul avec cette arme de service[4].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

ainsi que, dans des scènes coupées au montage[7] :

Tournage du film[modifier | modifier le code]

Le film a été tourné[8] :

Analyse du film[modifier | modifier le code]

Le film naît à la suite d'un fantasme du réalisateur Bernardo Bertolucci. Ce dernier a fait le rêve de rencontrer une femme dans la rue et d'avoir avec elle un rapport sexuel sans connaître son nom.

Le rythme de tournage fut très éprouvant. Le tournage dura douze semaines à raison de quatorze heures par jour[9]. Le film incarne une époque de transition. Pour le réalisateur, la relation entre les deux protagonistes reflète la révolution sexuelle, féministe et des mœurs[9]. En fait, plus globalement, l'histoire est une allégorie du passage d'une époque « classique » à une époque « moderne » voire « post-moderne ». On y voit la construction de la tour Montparnasse au milieu des vestiges du vieux Paris qui semble à bout de souffle. On y sent également l'atmosphère de l'après-mai 1968 et l'imprégnation de la culture pop.

Mais Le Dernier Tango à Paris est avant tout un film sur l'incommunicabilité entre les êtres et l'amour impossible. Plus ce dernier semble être fort, moins la communication est possible. Ce film est une peinture désespérée et lucide sur les rapports humains. Une impasse devenant mortifère et/ou criminogène lorsqu'on s'entête à vouloir goûter à ce qui n'est pas de ce monde : le bonheur à deux.

Faire preuve de douceur en amour, c'est utiliser du beurre pour sodomiser sa compagne et la seule véritable intimité qu'on peut avoir se résume à deux doigts dans le rectum, semble dire Bertolucci[10].

Toute histoire d'amour est résumée par la sentence lapidaire des gamins dans le jardin :

« - Eh, qu'est-ce que vous faites là ?
- Nous ? On chie.
- Filme ça, filme tout ! »

Film à scandales[modifier | modifier le code]

Le film fut très critiqué, et même attaqué, lors de sa sortie en salles en 1972. De nombreux pays européens classèrent le film comme X, la France l'interdit aux moins de 18 ans. Associations familiales et critiques cinématographiques se déchaînèrent contre le film et le qualifièrent de débauche pornographique. En Italie, dont Bertolucci est natif, le film fut tout simplement interdit de diffusion et le réalisateur fut déchu de ses droits civiques[9]. Sous la pression du Vatican, la justice italienne infligea à Bertolucci et aux deux acteurs principaux des peines de prison avec sursis pour « pornographie »[11].

La scène considérée comme la plus choquante, et donc la plus célèbre, est la scène de viol par sodomie, où Brando, dans la cuisine de l'appartement, maintient de force Maria Schneider au sol et utilise une motte de beurre comme lubrifiant pour la sodomiser[12]. Cette scène aurait été préparée par Marlon Brando et Bertolucci, à l'insu de Maria Schneider. Bien que l'acte soit simulé, les larmes de Maria Schneider seraient bien réelles car il semble qu'elle fut extrêmement choquée par le jeu brutal de Marlon Brando. Des années plus tard, elle déclarera à ce sujet qu'elle assimilait cette scène à un viol et qu'elle n'a jamais pardonné à Bertolucci[9]. Elle déclare avoir « perdu sept ans de (sa) vie » entre cocaïne, héroïne et dégoût de soi et repoussé des rôles directement inspirés de celui de Jeanne[13]. Bertolucci, lors de la disparition de l'actrice en février 2011, dira avoir regretté de ne pas s'être excusé avant sa mort[13]. En 2013, Bertolucci dira se sentir coupable mais ne pas regretter car il voulait que Maria Schneider ressente de la rage et de l'humiliation[14]: il voulait capturer sa réaction « en tant que fille et non en tant qu'actrice[15],[16]. »

Brando dans son personnage[modifier | modifier le code]

Avant que le rôle échoie à Brando, Bertolucci l'a d'abord proposé à Jean-Louis Trintignant, héros de ses précédents films dont Le Conformiste. Mais ce dernier refusa par pudeur. Bertolucci le proposa successivement à Jean-Paul Belmondo qui outré, rétorqua qu'il ne faisait pas de pornographie et à Alain Delon qui demanda à en être producteur, ce que le réalisateur refusa[17]. On lui suggéra alors Marlon Brando qui, après avoir essuyé de nombreux échecs en salle, allait renouer avec le succès grâce au triomphe du Parrain de Coppola[9].

Durant le tournage, Brando ne cessa de modifier les dialogues du personnage car il trouvait le texte de départ peu intéressant. Schneider déclarera que Marlon s'était aussi impliqué dans la réalisation car Bertolucci semblait peiner à le faire[9].

Devant la polémique que souleva le film, Brando reniera son personnage de peur que son image ne soit durablement dégradée auprès du public et de la critique. Il a, par la suite, toujours refusé de le revoir[9].

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Quand Jeanne tourne la scène sur le canal, elle jette une bouée marquée L'Atalante à l’eau, hommage au film de Jean Vigo.

Censure et bannissement des écrans[modifier | modifier le code]

Interdit aux moins de 18 ans en France, le film est banni dans plusieurs pays dont l’Italie[19]. La British Board of Film Classification autorise la sortie du film, au prix d'une coupure de vingt secondes de la scène de sodomie[20]. La commission de censure italienne oblige le réalisateur à couper la première étreinte fougueuse de huit secondes mais un citoyen jugeant le film obscène, provoque la comparution du producteur devant la justice[21]. Après un acquittement en première instance, la Cour d'appel de Bologne ordonne, le 4 juin 1973, la confiscation du film qui connaissait jusque là un grand succès en salle (7 millions de spectateurs)[22] et condamne le producteur Grimaldi, le distributeur Umberto Matteucci, le réalisateur Bertolucci, et les deux acteurs principaux Brando et Schneider à deux mois de prison avec sursis pour obscénité, ainsi qu'à 30 000 lires d'amende[23]. Bertolucci, déchu de ses droits civiques, doit rendre son passeport. Le 29 janvier 1976, la Cour de cassation juge définitivement obscène le film, interdit définitivement le film en salle et demande la destruction des négatifs[23]. De plus, Bertolucci est condamné à quatre mois de prison avec sursis et est privé de ses droits civiques pendant cinq ans[24]. Des négatifs ayant été envoyés préventivement en France, le film est projeté en 1982 lors d'un festival à Rome. En 1987, un juge italien lève la censure et la sortie de la version « intégrale » du film ne provoque plus guère de remous[24].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anne-Charlotte de Langhe et Aude Vernuccio, « Le cinoche à la trace », in Le Figaroscope, semaine du mercredi 10 au 16 avril 2013, page 6.
  2. « Le Dernier Tango à Paris », sur lemonde.fr, .
  3. Marie-Christine Vincent, François de Saint-Exupéry, Paris vu au cinéma, Movie planet, , p. 237.
  4. Gérard Camy, Alain Riou, 50 films qui ont fait scandale, Corlet-Télérama, , p. 109
  5. Bernardo Bertolucci a toujours précisé qu'il s'agissait de Dernier Tango à Paris et non d'un tango désigné comme « le (un) dernier tango à Paris », cette importante nuance apportant au film, grâce à son vrai titre, une nouvelle dimension tragique et non anecdotique comme pouvait le laisser supposer le titre avec « le »[réf. nécessaire].
  6. Le réalisateur Bernardo Bertolucci songe d'abord à Dominique Sanda qui a déjà joué dans son film Le Conformiste en 1970 mais l'actrice est enceinte. Elle lui propose une jeune actrice inconnue, Maria Schneider. Cf (en) David Thomson, The Big Screen. The Story of the Movies, Farrar, Straus and Giroux, , p. 375.
  7. Source : (en) Le Dernier Tango à Paris sur l’Internet Movie Database.
  8. Le Dernier Tango à Paris sur l2tc.com
  9. a b c d e f et g Sur le site d'Allociné.
  10. (en)« Self-Portrait of an Angel and Monster », Time Magazine,‎ (lire en ligne)
  11. Denyse Beaulieu, Sex game book : histoire culturelle de la sexualité, Assouline, , p. 214
  12. Matthew Dessem, « Pourquoi parle-t-on d'une scène de sodomie dans le «Dernier tango à Paris» 40 ans après? », sur slate.fr, .
  13. a et b (fr)« Décès de Maria Schneider : Bertolucci « aurait voulu s'excuser » », Libération,‎ (lire en ligne)
  14. [1]
  15. « Bertolucci sur le «Dernier Tango à Paris» : « J’ai été horrible avec Maria » », Libération.fr,‎ (lire en ligne).
  16. (en-GB) Hannah Summers, « Actors voice disgust over Last Tango in Paris rape scene confession », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne).
  17. Vincent Quivy, Jean-Louis Trintignant. L'inconformiste, Seuil, , p. 127
  18. Pierre Pitiot, Jean-Claude Mirabella, Sur Bertolucci, Climats, , p. 67
  19. Nicolas Schaller, « Sexe, violence et religion : ces films qui ont choqué Hollywood », sur nouvelobs.com, .
  20. (en) David Thompson, Last Tango in Paris, BFI, , p. 23.
  21. (en) Derek Jones, Censorship: A World Encyclopedia, Routledge, (lire en ligne), p. 222.
  22. (en) David Thompson, Last Tango in Paris, BFI, , p. 21.
  23. a et b (en) Derek Jones, Censorship: A World Encyclopedia, Routledge, , p. 223.
  24. a et b (en) David Thompson, Last Tango in Paris, BFI, , p. 22.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Documentaire[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]