Le Dernier Samouraï

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Dernier Samouraï
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo original du film

Titre original The Last Samurai
Réalisation Edward Zwick
Scénario Histoire :
John Logan
Adaptation :
John Logan
Edward Zwick
Marshall Herskovitz
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros.
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Aventure
Guerre
Durée 154 minutes
Sortie 2003


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Dernier Samouraï (The Last Samurai) est un film américain réalisé par Edward Zwick, sorti en 2003. Le film est une adaptation libre des événements de la rébellion de Satsuma en 1877.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film s'inspire partiellement de la rébellion de Satsuma en 1877, une rébellion de samouraïs dirigée par Saigō Takamori contre l'armée impériale japonaise, et de l'histoire de Jules Brunet, un officier français qui démissionna de l'armée française par fidélité envers le dernier shogun Tokugawa Yoshinobu qui avait précédemment passé un traité d'amitié avec Napoléon III.

En 1876, Nathan Algren, un vétéran des guerres indiennes, est engagé par le politicien et conseiller de l'empereur Meiji, Omura, par ailleurs riche industriel des chemins de fer. Celui-ci souhaite se débarrasser d'un ancien général de l'armée nippone et conseiller de l'Empereur, le légendaire samouraï Katsumoto, et engage Algren pour qu'il entraîne la nouvelle armée japonaise, basée sur la conscription.

Après que Katsumoto a attaqué un chemin de fer appartenant à Omura, ce dernier ordonne que l'armée soit déployée contre les samourais dans une forêt dans le Yoshino. Mais les conscrits japonais ne sont pas du tout prêts, ni entrainés, à affronter les samouraïs, qui enfoncent leurs lignes et les massacrent. Algren est capturé et emmené dans le village du fils de Katsumoto, Nobutada, loin dans les montagnes. Au contact quotidien avec des samouraïs, Algren est séduit par leur état d'esprit et leurs valeurs, qu'essaye de préserver Katsumoto. C'est aux côtés des samouraïs qu'il prend part à la fin de l'ancien ordre, guidé par son sens de l'honneur.

Katsumoto revient à Tokyo, la capitale impériale. De nouvelles lois vont à l'encontre de l'ordre des samouraïs. Katsumoto plaide leur cause auprès de l'empereur, mais il est rejeté et assigné à son domicile de Tokyo. Durant la nuit, les hommes d'Omura tentent de le pousser au suicide, mais Algren et les autres samouraïs viennent le libérer. Cependant, Nobutada est mortellement blessé, et il se sacrifie pour couvrir la fuite de son père. Katsumoto retourne dans les montagnes avec Algren, et bientôt l'armée impériale, pleinement préparée et entraînée, vient livrer combat.

Au cours de l'unique bataille, où le nombre et la supériorité de l'équipement sont du côté de l'armée gouvernementale, les rebelles infligent de lourdes pertes à l'armée, mais ne peuvent remporter la victoire. Katsumoto, gravement blessé par les tirs d'une mitrailleuse Gatling, demande à Algren de l'aider à pratiquer le seppuku.

Algren survit, et remet le sabre de Katsumoto à l'empereur, qui trouve alors le courage de désavouer Omura ainsi que l'ambassadeur Swanbeck des États-Unis.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources et légende : Version française (VF) sur AlloDoublage[1]

Production[modifier | modifier le code]

Temple Engyō-ji au Japon, inséré dans le film.

Le tournage a pris place en Nouvelle-Zélande, avec une distribution japonaise et une équipe américaine. Les vues sur le mont Fuji ont été rajoutées grâce aux images de synthèse, donnant l'illusion de voir la montagne depuis Yokohama. De nombreuses scènes ont été également tournées en Californie, dans les studios de la Warner.

Musique[modifier | modifier le code]

Toutes les musiques ont été composées par Hans Zimmer et jouées par l'orchestre symphonique d'Hollywood, conduit par Blake Neely.

  1. A Way of Life 8:03
  2. Spectres in the Fog 4:07
  3. Taken 3:36
  4. A Hard Teacher 5:44
  5. To Know My Enemy 4:49
  6. Idyll's End 6:41
  7. Safe Passage 4:57
  8. Ronin 1:53
  9. Red Warrior 3:56
  10. The Way of the Sword 7:59
  11. A Small Measure of Peace 7:59

Accueil[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Le Dernier Samouraï
Score cumulé
SiteNote
Metacritic55/100[2]
Rotten Tomatoes66 %[3]
Allociné2.8 étoiles sur 5[4]
Compilation des critiques
PériodiqueNote

Le film recueille 66 % de critiques positives, avec un score moyen de 6,410 et sur la base de 221 critiques collectées, sur le site internet Rotten Tomatoes[3]. Il obtient un score de 55100 sur la base de 43 critiques, sur Metacritic[2].

En France, le site Allociné propose une note moyenne de 2,85 à partir de l'interprétation de critiques provenant de 19 titres de presse[4].

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film a été un succès commercial, rapportant 456 758 981 $ au box-office mondial (dont 111 127 263 $ aux États-Unis), ce qui le classe au sixième rang du box-office mondial des films sortis en 2003[5]. Il a attiré dans les salles de cinéma 2 181 681 spectateurs en France, 577 933 en Belgique, 516 394 au Québec et 327 629 en Suisse[6].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
111 127 263 $ - -
Drapeau de la France France 2 181 681 entrées - -

Monde Total mondial 456 758 981 $ - -

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, cette liste provient d'informations de l'Internet Movie Database[7].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :