Cycle d'Elric

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Le Cycle d'Elric)
Aller à : navigation, rechercher

Le Cycle d'Elric est une série de fantasy écrite par l'écrivain britannique Michael Moorcock.

Elle met en scène les aventures de l'albinos Elric, dernier empereur de Melniboné, et prend place dans le Multivers, un ensemble d'univers parallèles. Elric y est l'une des incarnations du Champion éternel, comme la plupart des héros de Moorcock.

Historique[modifier | modifier le code]

Influencé par Fletcher Pratt (en), Edgar Rice Burroughs et Robert E. Howard, entre autres[1], Michael Moorcock a conçu Elric en réaction au cliché du héros de « Sword and sorcery » représenté par Conan le Barbare : Elric est albinos (un trait inspiré d'un méchant de pulp, « Zenith l'albinos[2] »), faible et maladif, présente un caractère fortement romantique[3] et désespéré, ne recherche ni gloire ni richesse (il abandonne de son plein gré le trône de Melniboné pour parcourir le monde), et s'adonne fréquemment à la sorcellerie.

Sa première apparition a lieu dans la nouvelle « La Cité qui rêve », parue en juin 1961 dans le n° 47 de Science Fantasy. Elle pose les fondements du mythe, avec la trahison et la ruine de Melniboné et la mort de Cymoril, la bien-aimée d'Elric, de ses propres mains. Apparaît également dans cette nouvelle Stormbringer, l'épée noire d'Elric, qui boit les âmes de ses adversaires et transmet une partie de sa force à son maître.

Michael Moorcock écrit ensuite dix autres nouvelles avec Elric pour héros, introduisant son compagnon Tristelune d'Elwher et son ennemi juré, le sorcier Theleb K'aarna. Les quatre dernières nouvelles, réunies dans Stormbringer (1965), fournissent la conclusion du cycle, au terme d'une lutte mondiale entre la Loi et Chaos qui voit le monde d'Elric disparaître pour laisser place au nôtre.

Par la suite, Moorcock revient fréquemment à Elric en écrivant plusieurs romans et nouvelles qui se déroulent avant les événements du cycle principal (Elric des dragons, La Forteresse de la perle, Le Navigateur sur les mers du destin) ou s'insérant entre deux nouvelles (La Revanche de la Rose). Il en profite également pour lier Elric aux autres incarnations du Champion éternel en lui faisant rencontrer Corum, Hawkmoon et Erekosë dans deux nouvelles.

De nombreux auteurs ont pastiché Elric. Un recueil de nouvelles, Tales of the White Wolf, est paru en 1994 (en deux tomes en français : Par-delà le multivers et La Gloire d'Elric), avec notamment des contributions de Tad Williams et Neil Gaiman. Une anthologie similaire, Elric et la porte des mondes, est parue en français en 2006.

Plus récemment, Elric joue un rôle important dans une trilogie centrée sur la famille Von Bek : La Fille de la voleuse de rêves (2001), The Skrayling Tree (2003) et The White Wolf's Son (2005). En 2011 paraît Elric, les buveurs d'âmes, coécrit par Moorcock avec l'auteur français Fabrice Colin.

La Loi et le Chaos[modifier | modifier le code]

Le symbole du Chaos représente huit flèches orientées dans toutes les directions. Il s'oppose au symbole de la Loi : une flèche unique.

Comme les autres ouvrages de « l'Hypercycle du Multivers, le cycle d'Elric est marqué par l'opposition des principes cosmiques de la Loi et du Chaos, inspirée du zoroastrisme[4].

Le Chaos représente à la fois l'anarchie, le désordre et la magie, mais aussi l'attachement aux libertés individuelles et le bouillonnement créateur, tandis que le Loi symbolise l’ordre, la justice, la technologie, mais également l'immobilisme et la conformité. Chacun des deux tente de prendre le dessus sur l'autre, mais une force supérieure, la Balance Cosmique, entretient l'équilibre entre Loi et Chaos.

Elric, tout d'abord au service d'Arioch, un seigneur du Chaos, finit par se ranger derrière la Balance (ce qu'il est destiné à faire, en tant que Champion éternel).

Géographie[modifier | modifier le code]

Melniboné est une île appelée « l'île aux Dragons ». Sa capitale est Imrryr, souvent dénommée la Belle ou « la Cité qui Rêve ».

Melniboné se trouve au sein des Jeunes royaumes.

Il existe une mer étrange, nommée la mer bouillonnante.

Personnages[modifier | modifier le code]

Elric[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Elric de Melniboné.

Cymoril[modifier | modifier le code]

La Princesse Cymoril de Melniboné est l'amante d'Elric, qui espère l’épouser et faire d’elle son impératrice. Elle est aussi la sœur d'Yyrkoon, et donc la cousine d’Elric. Elle essaye de comprendre et d’aider Elric, mais, comme ses sujets, elle peine à percevoir ses motivations, et préfèrerait qu’il règne comme les empereurs d’antan, pour sa propre gloire et celle du Glorieux Empire.

Dyvim Tvar[modifier | modifier le code]

Il est le seigneur des Cavernes des Dragons. C'est aussi un ami fidèle d'Elric, qui lui reste loyal même après la destruction d’Imrryr. Il a un sens moral plus développé que le commun des Melnibonéens.

Yyrkoon[modifier | modifier le code]

Prince de Melniboné et cousin d’Elric, il est l’héritier du trône tant qu’Elric n’a pas de descendant mâle. Il s’inquiète du comportement d’Elric et considère les humeurs et les penchants philosophiques de celui-ci comme des signes de faiblesse. Il souhaite donc le retour d’un empereur plus conforme aux précédents, et complote la chute d’Elric. En tant que sorcier, il a noué des pactes avec les forces du Chaos pour obtenir sa puissance magique. De plus, il désire ouvertement sa sœur Cymoril, et ne cache pas ses intentions de l’épouser et de la couronner Impératrice si ses plans contre Elric réussissent.

Theleb K'aarna[modifier | modifier le code]

Originaire des îles Pan Tang, c’est un sorcier humain puissant, au service de la reine Yishana en tant que conseiller et sorcier en chef. Remplacé momentanément par Elric auprès de celle-ci, il cherche vengeance, et utilise ses pouvoirs de sorcellerie pour entraver plusieurs des plans d’Elric.

Rackhir, l'archer rouge[modifier | modifier le code]

Elric rencontre Rachkir, un humain auparavant prêtre guerrier de Phum, lorsqu’il recherche son épée runique. Ils seront amenés à voyager et à se retrouver pour vivre des aventures plusieurs fois, notamment à Tanelorn.

Tristelune[modifier | modifier le code]

Un petit homme roux, originaire d’Elwher, qui accompagne Elric dans ses aventures. Ils partagent nombre de dangers et de récompenses ensemble, ce qui en fait le plus stable et fidèle compagnon qu’Elric ait rencontré dans les Jeunes Royaumes.

Publications[modifier | modifier le code]

En France, le cycle d'Elric est généralement divisé en neuf tomes, suivant le découpage de l'édition Pocket :

  1. Elric des dragons (Elric of Melniboné)1972
  2. La Forteresse de la perle (The Fortress of the Pearl)1989
  3. Le Navigateur sur les mers du destin (The Sailor on the Seas of Fate)1976
  4. Elric le nécromancien (The Weird of the White Wolf)
    • Le Songe du comte Aubec (The Dream of Earl Aubec)1964 (Elric n'apparaît pas dans cette nouvelle)
    • La Cité qui rêve (The Dreaming City)1961
    • Tandis que rient les dieux (While the Gods Laugh)1961
    • La Citadelle qui chante (The Singing Citadel)1967
  5. La Sorcière dormante (The Sleeping Sorceress / The Vanishing Tower)1971
  6. La Revanche de la Rose (Revenge of the Rose)1991
  7. L'Épée noire (The Bane of the Black Sword)
    • Le Voleur d'âmes (The Stealer of Souls)1962
    • Les Rois oubliés (Kings in Darkness)1962
    • Les Porteurs de flammes (The Flamebringers)1962
    • Sauver Tanelorn (To Rescue Tanelorn)1963 (Elric n'apparaît pas dans cette nouvelle)
  8. Stormbringer (Stormbringer)
    • Le Retour du dieu mort (Dead God's Homecoming)1963
    • Les Frères de l'épée noire (Black Sword's Brothers)1963
    • Le Bouclier du géant triste (Sad Giant's Shield)1964
    • Le Trépas du seigneur condamné (Doomed Lord's Passing)1964
  9. Elric à la fin des temps (Elric at the End of Time)
    • Le Dernier Enchantement (The Last Enchantment)1962
    • Elric à la fin des temps (Elric at the End of Time)1977
  10. Elric : Les Buveurs d'Ames - 2011

Les trois premiers volumes sont réunis par les éditions Pocket en 2013 dans un livre titré Elric - Intégrale I.

En anglais, l'édition généralement considérée comme faisant autorité est constituée des six volumes parus chez DAW Books en 1977 : Elric of Melniboné, The Sailor on the Seas of Fate, The Weird of the White Wolf, The Sleeping Sorceress, The Bane of the Black Sword et Stormbringer, auxquels s'ajoutent les romans et recueils parus ultérieurement. Les six volumes de base ont été réédités chez Del Rey en 2008, regroupés en trois tomes : The Stealer of Souls, To Rescue Tanelorn et The Sleeping Sorceress.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

  • La chanson du groupe Blue Oyster Cult Black Blade (en) (sur l’album Cultösaurus Erectus, paru en 1980) raconte le point de vue de l'épée d'Elric Stormbringer, le texte est de Moorcock et la composition instrumentale du chanteur et guitariste Eric Bloom. Moorcock contribue également aux chansons The Great Sun Jester (Mirrors(1979)) et Veteran of the Psychic Wars (Fire of Unknown Origin (1981)).
  • L'album The Chronicle of the Black Sword du groupe Hawkwind, sorti en 1985, s'inspire des aventures d'Elric. Moorcock, proche du groupe, participe à l'écriture d'un titre. Le groupe sort ensuite un album live Live Chronicles en 1986, qui inclut des interludes narrés par Moorcock ; durant les concerts, un mime interprétait le personnage d’Elric. Un enregistrement vidéo du concert paraîtra en VHS puis en DVD sous le nom de The Chronicle of the Black Sword.
  • En 1974, le groupe de hard rock Deep Purple sort un album intitulé Stormbringer. Dans un entretien donné en 1974 au New Musical Express, David Coverdale explique cependant qu’il "n’a jamais considéré l’œuvre de Michael Moorcock" lors de l’écriture.
  • Un des groupes influents de la New Wave of British Heavy Metal, Diamond Head, fait d’Elric un des sujets principaux de leur album de 1982 Borrowed Time, et représente le personnage sur la couverture de l’album. Les morceaux en question deviendront plus visibles encore lorsqu’ils seront repris par Metallica.
  • Le groupe de thrash black metal de l’état de Washington NME a publié la chanson Stormbringer sur leur album Unholy Death sorti en 1986.
  • Le groupe allemand Blind Guardian a écrit plusieurs morceaux se rapportant à l’histoire d’Elric et à Stormbringer, dont The Quest For Tanelorn, Tanelorn (Into The Void), et Fast To Madness.
  • Le groupe italien de power metal Domine a basé la plupart de ses albums sur la saga d’Elric.
  • Le deuxième album studio album Agents of Power du groupe américain de heavy metal SKELATOR contient notamment Elric: The Dragon Prince (A Tale Of Tragic Destiny In 12 Parts), un morceau épique de 40 minutes consacré à Elric.
  • Le groupe serbe de fantasy metal Númenor a écrit plusieurs chansons de leur premier album Colossal Darkness en se basant sur les histoires d’Elric de Melniboné, dont The Eternal Champion, The Sailor on the Seas of Fate et While the Gods Laugh.
  • Le groupe suédois de melodic black/death Sacramentum font allusion à des personnages et à des thèmes comme le culte de Slortar sur leur album paru en 1999 Thy Black Destiny, par exemple sur le morceau Overlord.
  • Le groupe grec d’epic metal Battleroar a composé un morceau du nom de Mourning Sword sur leur premier album Battleroar.


Jeux de rôles[modifier | modifier le code]

Quatre jeux de rôle ont été tirés de cette saga, deux édités par Chaosium : Stormbringer (1981) et Elric ! (1993), un autre édité par Mongoose : Elric de Melniboné (2007), et un par Le Département des Sombres Projets : Mournblade (2012).

Cinéma[modifier | modifier le code]

Une adaptation cinématographique a été annoncée par les réalisateurs Paul et Chris Weitz en mai 2007[5], mais Michael Moorcock a annoncé que ce projet était annulé au début de l'année 2009.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Elric le nécromancien, p. 9.
  2. Elric des Dragons, p. 186-187
  3. Elric le nécromancien, p. 11
  4. Elric des Dragons, p. 188
  5. « Exclusive: Weitz Brothers Making Elric », Empire,‎ (consulté le 12 janvier 2008)

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Elric of Melniboné » (voir la liste des auteurs).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maxim Jakubowski (éd.), Le Livre d'or de Michael Moorcock, Presses Pocket, 1981 (ISBN 2-266-01012-3) (notice BnF no FRBNF34665185)
    Inclut notamment une bibliographie détaillée de Michael Moorcock (p. 324-340).
  • Michael Moorcock, Elric des Dragons, Pocket, 1987 (ISBN 2-266-10744-5)
    Inclut deux textes de Moorcock où celui-ci revient sur la création d'Elric : « La vie secrète d'Elric de Melniboné » (The Secret Life of Elric of Melniboné, 1967) en préface, et « Mes contes d'Elric pour lesquels j'entretiens des sentiments confus de haine et de passion... » (Elric, 1963) en postface.
  • Michael Moorcock, Elric le nécromancien, Pocket, 1983 (ISBN 2-266-11543-X)
    Inclut une préface de Moorcock (1981) propre à l'édition française.