Le Cri, l'Écrit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Cri, l'Écrit
Artiste Fabrice Hyber
Date 2007
Type Bronze polychrome
Technique Sculpture
Dimensions (H) 370 cm
Localisation Jardin du Luxembourg, Paris (France)
Coordonnées 48° 50′ 47″ N 2° 20′ 21″ E / 48.846389, 2.33916748° 50′ 47″ N 2° 20′ 21″ E / 48.846389, 2.339167  

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Le Cri, l'Écrit

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Le Cri, l'Écrit

Le Cri, l'Écrit est une œuvre de l'artiste français Fabrice Hyber. Il s'agit d'une sculpture en bronze symbolisant l'esclavage et son abolition. Créée en 2007, elle est installée dans le Jardin du Luxembourg à Paris, en France.

Description[modifier | modifier le code]

L'œuvre est une sculpture monumentale en bronze polychrome de 3,70 m de hauteur[1]. Elle est constituée de trois éléments en forme d'anneaux, assemblés l'un à l'autre pour former une chaîne. L'anneau inférieur semble à moitié enfoui sous le sol ; le deuxième forme un ovale complet et fermé ; le dernier représente un anneau brisé sur l'un de ses côté.

L'œuvre possède deux faces : l'une de ces faces est bombée et peinte de couleur sombre. L'autre est plate et parcourue de nervures rouges et vertes sur un fond blanc. Cette dernière comporte également des mots inscrits en relief sur sa surface, qui portent sur la thématique de l'esclavage.

Une plaque situé à quelque distance de l'œuvre explique la symbolique de l'œuvre : l'anneau inférieur symbole les racines, celui du milieu la possibilité toujours actuelle de l'esclavage, celui du haut, ouvert, son abolition. La plaque porte également le nom de l'œuvre et de l'artiste, la date de sa création et les circonstances de son inauguration. Sur son revers, la plaque mentionne plusieurs dates marquant l'abolition et la commémoration de l'esclavage en France, précédée d'un extrait de Cahier d'un retour au pays natal d'Aimé Césaire.

Localisation[modifier | modifier le code]

La sculpture est installée depuis son inauguration en 2007 sur le jardin du Luxembourg, dans le 6e arrondissement de Paris. Elle est placée dans la partie orientale du parc, non loin de la sortie vers le boulevard Saint-Michel.

Commande[modifier | modifier le code]

L'œuvre résulte d'une commande publique lancée par le ministère de la Culture le 10 mai 2006, lors de la première journée commémorative du souvenir de l'esclavage et de son abolition. Fabrice Hybert est retenu à l'issue de la consultation[1]. Elle est conçue à l'atelier de la Fondation de Coubertin à Saint-Rémy-lès-Chevreuse[1].

L'œuvre est inaugurée le 10 mai 2007 dans le jardin du Luxembourg par le président Jacques Chirac (et en présence de Nicolas Sarkozy, élu le 6 mai précédent mais non encore entré en fonction) à l'occasion de la deuxième journée commémorative du souvenir de l'esclavage et de son abolition[2],[1]. En 2010, il s'agit de la sculpture la plus récente du jardin du Luxembourg.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]