Le Creuset

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Creuset
logo de Le Creuset

Création 1925
Dates clés 1988 rachat par Paul Van Zuydam

12 septembre 1995 : immatriculation de la société actuelle

Fondateurs Armand De Saegher, Daniel Detemmerman et Octave Aubecq
Forme juridique Société par actions simplifiée
Siège social Fresnoy-le-Grand, Hauts-de-France
Drapeau de la France France
Direction Paul Van Zuydam (02/12/2003) Président
Activité Fabrication d'articles métalliques ménagers
Produits Cocottes en fonte émaillée, les tire-bouchon Screwpull
Société mère Cliden BV Amsterdam
Sociétés sœurs Le Creuset France (502705502)
Filiales Cousances-les-Forges
Effectif 672 en 2018
SIREN 402171656[1],[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web lecreuset.fr

Chiffre d'affaires 57 894 900 € en 2018
Résultat net 3 666 000 € en 2018[3]

Le Creuset est une entreprise française d’ustensiles de cuisine, connue principalement pour ses cocottes en fonte émaillée. L'entreprise fabrique aussi des accessoires de cuisine comme le tire-bouchon « Screwpull ».

Cocotte classique en fonte émaillée « orange volcanique »

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Creuset [modifier | modifier le code]

L'entreprise a été fondée en 1925 par trois Belges, le spécialiste du moulage Armand De Saegher (30%), Daniel Detemmerman (20%) et l'émailleur Octave Aubecq (50%), à Fresnoy-le-Grand, dans l'Aisne, au carrefour de voies de transport du fer, du coke et du sable[4][source insuffisante].

La couleur « orange volcanique », rendue possible par les nouvelles techniques d'émaillage en couleurs vives, a été mise en pratique dès les premières productions, voulant imiter la teinte orange intense de la fonte en fusion dans un creuset.

En 1957, Le Creuset a racheté les fonderies de Cousances et a commencé à produire des articles tels que grils et services à fondue.

Cocottes et coquelles dessinées par Raymond Loewy.
Cocotte dessinée par Enzo Mari.

Dans les années 1950, le designer Raymond Loewy a introduit un type de batterie de cuisine futuriste (notamment une cocotte couleur vert anis dénommée « coquelle » en 1958[5]). Plus tard, dans les années 1970, Enzo Mari a conçu des cocottes et caquelons distinctifs, avec des couvercles en forme de dôme et des poignées typiques. En 1987 est lancée la gamme « Futura » du designer Jean-Louis Barrault.

En 1970, Le Creuset acquiert des fonderies Godin, à Guise.

L'entreprise Le Creuset, en difficultés financières[5], a été rachetée en 1988 par Paul Van Zuydam, industriel britannique d’origine sud-africaine[6],[7]. Elle retrouve sa vitalité au début des années 1990 par la politique d'exportation mise en place par la nouvelle direction : elle sort des circuits traditionnels de la vente en grande distribution en 1995 et se tourne vers le haut de gamme[7].

En 1995, Le Creuset a commencé à produire de nouvelles catégories de produits en acier inoxydable, grès, silicone, acier émaillé et aluminium anodisé.

Screwpull [modifier | modifier le code]

Tire-bouchon Screwpull

En 1991[5], Le Creuset a racheté la société américaine Hallen International Inc et sa marque « Screwpull », produisant son système de tire-bouchon depuis 1979 et spécialisée dans les accessoires pour vins et champagnes.

Le tire-bouchon « Screwpull » a été présenté par Robert Hallen en 1979. Le dispositif était destiné à faciliter l'ouverture des bouteilles de vin, même récalcitrantes. Le Screwpull est mis en œuvre d'un seul geste rotatif. Sa longue mèche recouverte de téflon réduit la friction dans le liège[8],[9].

Le Screwpull fait partie de la collection permanente du Museum of Modern Art[10].

Activités[modifier | modifier le code]

En 2011, Le Creuset est leader mondial des articles culinaires en fonte émaillée, avec plus de 70 % de parts de marché ; l'entreprise réalise à l'exportation 93 % de son chiffre d’affaires, évalué aux alentours de 250 millions d'euros[11]. La totalité des articles en fonte est toujours fabriquée en France, tandis que d'autres articles, comme ceux en tôle émaillée et divers ustensiles, sont produits en Thaïlande. Le hors-fonte représentait 35 % de la production en 2010[12]. Le groupe emploie 2 000 personnes répartis entre son site de production (600 salariés) et ses 25 filiales de commercialisation (Japon, Afrique du Sud, États-Unis, Brésil)[12].

Cocotte tomate et caquelon Enzo Mari, en fonte émaillée.


Références[modifier | modifier le code]

  1. Global LEI index, (base de données web), consulté le Voir et modifier les données sur Wikidata
  2. Système national d'identification et du répertoire des entreprises et de leurs établissements, (base de données)Voir et modifier les données sur Wikidata
  3. https://www.societe.com/societe/le-creuset-402171656.html
  4. David Levene for the Guardian, « Le Creuset celebrates 90 years - in pictures », sur the Guardian, (consulté le )
  5. a b et c Capital 2012.
  6. « History », Le Creuset (consulté le )
  7. a et b Madeleine Vatel, « Le Creuset, la cocotte star », Le Point,‎ , p. 82-83
  8. Emily Foxhall, « Born of personal necessity, devices do Houston proud », Houston Chronicle,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. https://web.archive.org/web/20131225091829/http://www.lecreuset.ca:80/About-Us2/Our-History/
  10. « Herbert Allen. Screwpull Corkscrew. 1979 », sur The Museum of Modern Art (consulté le ).
  11. Thierry de Lestang Parade, « Le Creuset / Plus de 200 créations d'emplois à Fresnoy-le-Grand », sur m.lunion.presse.fr,
  12. a et b Claire Garnier, « Tournant historique pour les cocottes Le Creuset », sur L'Usine nouvelle,

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]