Le Coucher de la mariée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Le Coucher de la Mariée)
Aller à : navigation, rechercher
Le Coucher de la mariée
Description de cette image, également commentée ci-après

Image colorisée extraite du film

Réalisation Léar (Albert Kirchner)
Acteurs principaux

Louise Willy

Sociétés de production Eugène Pirou
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Érotique
Durée 7 minutes
Sortie 1896

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Coucher de la mariée est un film érotique français réalisé en 1896 par Léar. Le procédé Lumière datant de 1895, ce film est considéré comme le premier film à caractère érotique de l'histoire du cinéma[1].

Scénario[modifier | modifier le code]

Un couple de jeunes mariés devant le lit nuptial, en plan séquence et cadrage en pied : revenant des noces, le mari s'extasie devant son épouse qui minaude ; celle-ci lui demande de se retirer pendant qu'elle se déshabille ; il met un paravent entre elle et lui ; elle enlève un à un les multiples vêtements qu'elle porte (veste, robe, jupons, sous-jupons, corsage) ; le mari ne tient pas en place, tantôt s'épongeant le front, tantôt lisant un journal, tantôt jetant des regards concupiscents par-dessus le paravent. Les acteurs adressent de nombreux regards vers la caméra.

Histoire du film[modifier | modifier le code]

Réalisé en novembre 1896 à Paris par Léar (Albert Kirchner), ce court-métrage est produit par Eugène Pirou et filmé en intérieur dans un décor de théâtre.

Le film est une reprise d'une pièce du même nom, pantomime extrêmement populaire[2] donnée à l'Olympia en 1895[3] qui poussait déjà l'audace jusqu'à dénuder l'actrice sur scène… jusqu'au maillot de corps.

L'actrice principale, l'artiste française Louise Willy[4], se déshabille lentement : c'est donc le premier striptease de l'histoire du cinéma. Il n'est parvenu que deux des sept minutes[1] que dure le film ; on n'y voit rien qu'une forte suggestion érotique ; il est possible que les cinq minutes restantes puissent présenter des scènes de nudité.

Le film a été redécouvert en 1996 dans les réserves des Archives françaises du film, au moment du centenaire du cinéma. Un technicien, Daniel Courbet, est cité en 1996 par l'article du Salina Journal, disant que le film était en cours de restauration[5].

Un autre film, Après le bal, tourné par Georges Méliès en 1897, met en scène un striptease (en réalité, le déshabillage et le bain d'une femme).

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Louise Willy

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Phil De Semlyen, « Film Studies 101: The A-Z of the birth of cinema », sur Empire, (consulté le 31 mai 2015).
  2. Pierre Andrieu, Souvenirs des Frères Isola : Cinquante ans de vie parisienne, Flammarion, (lire en ligne), chap. 5 (« Olympia »).
  3. « Le coucher de la mariée: pantomime en un acte », sur WorldCat.
  4. (en) Richard Abel (en) (dir.), Encyclopedia of Early Cinema, Routeledge, (ISBN 0-415-23440-9, lire en ligne), p. 360.
  5. Duval Smith 1996.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]