Le Concert champêtre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Concert champêtre ou Le Concert champêtre (Titien).
Le Concert champêtre
Jean-Baptiste-Camille Corot - Le Concert champêtre - Google Art Project.jpg
Artiste
Jean-Baptiste Corot (1796-1875)
Date
1857
Technique
Huile sur toile
Dimensions (H × L)
98 × 130 cm
Localisation
Musée Condé, Galerie de peinture, Chantilly (Drapeau de la France France)
Propriétaire
Numéro d’inventaire
PE 448Voir et modifier les données sur Wikidata

Le Concert champêtre est un tableau peint par Jean-Baptiste Corot et actuellement conservé au Musée Condé à Chantilly.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1844, Corot expose au salon de 1844 un tableau intitulé Paysage avec figures. Il reprend cette œuvre douze années plus tard et la transforme : l'horizon est abaissé, la prairie ensoleillée est remplacée par un étang, il supprime un berger adossé à un arbre et modifie toutes les figures. Il l'expose au salon de 1857 sous son nouveau titre. Le tableau est présenté en vente en 1858 mais aussitôt retiré. Le tableau est de nouveau exposé en 1872 sans l'accord du peintre. Celui-ci procède à de nouvelles retouches, semble-t-il, sur les feuillages. Il est acquis par le peintre Jules Dupré avant 1875 par échange de tableaux avec un marchand. À la vente posthume de la collection de Dupré, en 1890, le tableau est acquis par le duc d'Aumale, représenté par Léon Bonnat, pour 40 000 francs. Il s'agit d'un des derniers achats du duc alors qu'il a déjà fait don de sa collection à l'Institut de France. Le tableau est depuis présenté dans la grande galerie de peinture du château de Chantilly.

Inspirations[modifier | modifier le code]

Corot est nourri des traités de peinture classique et de sa formation auprès d'un des premiers peintres de paysage, Achille-Etna Michallon. Il parfait son art par des voyages en Italie et en Suisse. Il travaille systématiquement par le biais d'études réalisées sur le motif qui sont reprises ensuite en atelier. Sa nouvelle manière de peindre l'horizon, qu'il modifie dans ce tableau lui vient peut-être de son séjour en Angleterre en 1852 au cours duquel il visite la galerie du duc de Westminster, qui le résout à abaisser tous les horizons de ses tableaux. Le lac rappelle le lac de Nemi près de Rome où il a séjourné en 1843, ou peut-être les étangs de Mortefontaine, le sujet du fond du tableau se rapprochant du tableau Souvenir de Mortefontaine (1864), accroché au musée du Louvre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nicole Garnier-Pelle, Chantilly, musée Condé, Peintures des XIXème et XXème siècles, RMN, coll. « Inventaire des collections publiques françaises », (ISBN 2-7118-3625-8), p. 90-92
  • Florence Adam, Nicole Garnier-Pelle, Vincent Pomarède, Jean-Paul Riou et Anne Roquebert, Le Concert champêtre de Corot, catalogue de l'exposition du Musée Condé, 1996

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]