Le Comœdia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le Comœdia Espace d'art
Logo Le Comoedia Espace d'art.jpg
35, rue du château (Brest)
Informations générales
Type
Espace d'Art
Ouverture
Site web
Collections
Genre
Localisation
Pays
Commune
Adresse
35, rue du château

Le Comœdia (espace d'art) est une galerie d'art privée, qui propose la vente des tableaux, des sculptures et des peintures d’art contemporain. Ancien théâtre et cinéma, le Comœdia est, depuis 2019, spécialisé dans l'exposition et la ventre d’œuvres d'art contemporain. Situé à Brest, à la pointe du Finistère en Bretagne. D’abord théâtre au début des années 1950, puis cinéma, le Comoedia conserve sa destination de culture. [1]

Historique[modifier | modifier le code]

Le Comœdia, qui s'inscrit dans le patrimoine[2] de la reconstruction[3], est un lieu emblématique qui a participé au rayonnement de la culture et de l'art dans la ville de Brest au fil des années et sous différentes formes. [4]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Initialement nommé « Théâtre de l'Onde[5], certainement en référence à la vocation maritime de la ville[6] », le Comœdia est bâti en 1949, lors de la reconstruction de la ville de Brest. Il est érigé par l'architecte français Michel Ouchacoff (1907-1981[7]) et c'est l'un des premiers bâtiments dédiés aux loisirs à bénéficier du plan Marshall dans la ville.

Ce dernier collabore avec le sculpteur Jean-René Debarre pour construire un théâtre classique à l'italienne avec les ornementations d'apparats typiques des années 1940. Il fait appel à l'artiste pour les fresques intérieures et extérieures du Comœdia [8] : pour la frise du fronton de la façade du bâtiment, évoquant la métaphore du théâtre avec ses masques de la comédie et de la tragédie antique Grecque, et pour le Poséidon émergeant des flots, sculpté sur le plafond et dominant l'intérieur du Comœdia. [9]

Cinéma[modifier | modifier le code]

En 1962, le Comœdia est transformé en cinéma[10] labellisé « art et essai », avec une salle accueillant 500 sièges. Les films Orange mécanique, Emmanuelle I et Midnight Express étaient régulièrement à l'affiche. Après presque 30 ans de projection, il ferme ses portes en 1991. Bien qu'un projet de réhabilitation du Comœdia voit le jour en 2010, il est finalement abandonné[11].

L'Espace d'art[modifier | modifier le code]

Rénovation et changement de vocation du Comœdia[modifier | modifier le code]

Bien qu'en 2013 l'étage du bâtiment ait été réhabilité en appartements, le rez-de-chaussée, resté à l'abandon, est quant à lui racheté en 2016 par Robert Lascar, propriétaire du groupe brestois Omnium et président de l'association Mécénat Bretagne[12] qui décide de faire de l'ancien cinéma désaffecté un Espace d'Art. Le Comœdia ouvre ses portes le 7 mars 2019, après 28 ans de fermeture et 18 mois de travaux, menés par l'architecte brestois Pierre-Henri Argouarch[13]. Rénové dans le respect de l'architecture du théâtre classique à l'italienne et du style 1940, le Comœdia connaît un réaménagement de son espace (400 m²) qui concilie le patrimoine, la création architecturale et l'art contemporain avec l'objectif de créer un lieu d'exposition et de vente contemporain[14].

Le parterre de l'ancien théâtre a été mis à plat et la scène ainsi que la fosse d'orchestre ont été supprimées. [15] Le balcon, qui a été conservé, est à présent structuré par des cimaises courbes, qui offrent un linéaire d'exposition unique et qui permettent de surplomber le centre de l'Espace d'Art tout en déambulant parmi les œuvres. Un soin particulier a également été porté à la lumière, afin de mettre les œuvres et les décors de Jean-René Debarre en valeur. [16]

Aujourd'hui, la galerie permet aux visiteurs et aux collectionneurs de découvrir des expositions temporaires ainsi que des artistes exposés de manière permanente tels que les sculpteurs Marc Piano[17], Vincent de Monpezat[18] Martine Kerbaol[19] et Jean-Bernard Susperregui[20].

En 2019, c'est à nu[21] que le Comœdia ouvre ses portes au public, pour la première fois depuis 28 ans, afin de laisser à chacun l'opportunité se réapproprier le lieu. L'Espace d'Art a inauguré sa première exposition de peinture intitulée « Archiguille, peintre de la transfiguration » le 4 avril 2019[22]. [23]

[24]Le Comoedia devient en 2019 espace d'art. Le plafond, réalise par au début des années 1950 par l'artiste Jean-René Debarre.

Artistes présentés en permanence[modifier | modifier le code]

Expositions temporaires[modifier | modifier le code]

  • Archiguille, peintre de la transfiguration, du 04/04/2019 au 29/06/2019[25]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/reportage-brest-magnifique-le-comoedia-s-est-reinvente-en-blanc-et-or-6253923
  2. Patrimoinebrest, Brest dossier de candidature au label ville d'art et d'histoire, septembre 2017, page 116
  3. Pierre Le Goïc, Brest en Reconstruction. Antimémoires d'une ville, Presses Universitaires de Rennes, 2001, p 203-222
  4. https://actu.fr/bretagne/brest_29019/a-brest-comoedia-se-mue-centre-dart_22018186.html
  5. Patrimoines Brestois, Brest ville de cinéma, Archives Bibliothèque Musée, numéro 15, 2012
  6. Alain Boulaire et René Le Bihan, Brest. Histoire et géographie contemporaine, Editions Palantines, 2004, p.38-104
  7. « Patrimoine numérique. Catalogue des collections numérisées », sur www.numerique.culture.fr (consulté le 18 juin 2019)
  8. https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/brest-le-noir-pour-moi-c-est-le-dessin-6622899
  9. https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/brest-telepherique-comoedia-nettoyage-des-rues-trois-infos-pour-lancer-ce-jeudi-7-fevrier-6251720
  10. « Vieux cinémas. Lumière sur les salles obscures », sur Le Telegramme, (consulté le 18 juin 2019)
  11. « Le Comoedia, une seconde vie dédiée au rire », sur brest.maville.com (consulté le 18 juin 2019)
  12. « GAUGUIN. UN PASTEL MENACÉ D'EXIL », sur Le Telegramme, (consulté le 18 juin 2019)
  13. « Comœdia. Renaissance d’un lieu mythique », sur Le Telegramme, (consulté le 18 juin 2019)
  14. Journal ouest-france, Magnifique, Le Comœdia s'est réinventé en blanc et or, 8 mars 2019
  15. https://www.letelegramme.fr/finistere/brest/comoedia-renaissance-d-un-lieu-mythique-05-03-2019-12223183.php
  16. https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/brest-yvon-daniel-diable-de-peintre-expose-au-comoedia-6519005
  17. « Marc Piano, magicien de la terre et de l'épure », sur Nice-Matin, (consulté le 18 juin 2019)
  18. « Vincent de Monpezat | Site officiel de la ville de Bouliac » (consulté le 18 juin 2019)
  19. « Une gaieté des sculptures contagieuse », sur ouest-france.fr, (consulté le 18 juin 2019)
  20. Sébastien Descours, « Susperregui au Coemedia Brest », sur I/O Gazette, (consulté le 18 juin 2019)
  21. « À Brest, le Comœdia se mue en centre d’art », sur actu.fr (consulté le 18 juin 2019)
  22. « Brest - Art contemporain. Le Comoedia entre en scène », sur Le Telegramme, (consulté le 18 juin 2019)
  23. https://www.tripadvisor.in/Attractions-g187094-Activities-c49-Brittany.html
  24. Frédérique GUIZIOU, « REPORTAGE. Brest. Magnifique, le Comœdia s’est réinventé en blanc et or », sur Ouest-France.fr, (consulté le 14 janvier 2020)
  25. Site de la ville de Brest, Exposition: Peintre de la transfiguration - François-Augustin Guille dit Archiguille

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Le Bihan , Brest 1940, 1944, 1960, l'Occupation, la Libération, la Reconstruction, éditions Ouest France, 1994, 94 pages
  • Archiguille, Musée de l'Athénée, 1988, 128 pages
  • Marc Piano, sur les Traces du Minautore, Collection artstoarts, 2013, 79 pages
  • Dominique Dalemont, Les sculpteurs du métal, 66 portraits d'artistes, Somogy éditions d'art, 2006, p 298-302
  • Hugues Jacquet (dir.), Savoir & faire le métal, Actes Sud, 2018, 495 pages
  • Archiguille, travaux 1942-1998, éditions des catalogues raisonnés, 1999, 216 pages
  • G.M Thomas, Brest... en flânant, éditions de la Cité, 1984, 253 pages
  • Alain Boulaire et René Le Bihan, Brest. Histoire et géographie contemporaine, éditions Palantines, 2004, 303 pages
  • Le Télégramme, Vieux cinémas. Lumière sur les salles obscures , 5 août 2005
  • Alain Roy, Dictionnaire raisonné et illustré du théâtre à l'italienne, Actes Sud, 2001, 140 pages
  • Nathalise Moureaux et Dominique Sagot-Duvauroux, Le marché de l'art contemporain, La découverte, 2010,128 pages

Liens externes[modifier | modifier le code]