Le Chay (Charente-Maritime)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Chay.

Le Chay
Le Chay (Charente-Maritime)
L'église Saint-Martin (XIXe siècle).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Saintes
Canton Saujon
Intercommunalité Communauté d'agglomération Royan Atlantique
Maire
Mandat
Thierry Saintlos
2014-2020
Code postal 17600
Code commune 17097
Démographie
Gentilé Chaytais
Population
municipale
765 hab. (2016 en augmentation de 5,08 % par rapport à 2011)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 38′ 32″ nord, 0° 53′ 46″ ouest
Altitude Min. 2 m
Max. 21 m
Superficie 12,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Le Chay

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Le Chay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Chay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Chay

Le Chay est une commune du Sud-Ouest de la France située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine). On écrit : « commune du Chay » et non « commune de Le Chay »[Note 1]. Ses habitants sont appelés les Chaytais et les Chaytaises[1].

Localisée aux confins des grandes champagnes agricoles saintongeaises, dans la frange continentale de la côte de Beauté, cette petite bourgade ayant conservé une allure champêtre a pour atout sa grande proximité avec Saujon, petite ville en plein essor, ce qui a entraîné un accroissement du phénomène de périurbanisation.

Très attachée à la ruralité, Le Chay appartient à la sphère d'influence urbaine de Royan, principal centre économique du sud-ouest du département. L'activité économique est tournée vers le tourisme, secteur favorisé par la présence des stations balnéaires du pays royannais, ainsi que vers l'agriculture, l'artisanat et les services à la personne et aux entreprises.

Le patrimoine communal, relativement discret, est constitué par une petite église dédiée à saint Martin (XIXe siècle) et par plusieurs maisons traditionnelles saintongeaises, dites « charentaises ».

Le Chay appartient à la Communauté d'agglomération Royan Atlantique, structure intercommunale rassemblant 81 036 habitants (2013).

Géographie[modifier | modifier le code]

Présentation[modifier | modifier le code]

Le Chay est une commune rurale située au sud-ouest du département de la Charente-Maritime, dans la frange continentale de la côte de Beauté. Appartenant au Midi de la France — on parle plus précisément de « Midi atlantique »[2], elle peut être rattachée à deux grands ensembles géographiques, le Grand Ouest français et le Grand Sud-Ouest français. Administrativement parlant, elle dépend du canton de Saujon et de l'arrondissement de Saintes. Elle subit fortement l'influence de la ville voisine de Saujon, dont elle est située dans le bassin de vie, et par extension celle de Royan, locomotive économique de cette partie du département.

La commune se trouve à 3,1 kilomètres de Corme-Écluse[3], 4,3 kilomètres de Saujon[4], 4,6 kilomètres de Semussac[5], 5,6 kilomètres de Médis[6], 6,8 kilomètres de Meursac[7], 7,9 kilomètres de Cozes[8], 9,1 kilomètres de Saint-Georges-de-Didonne[9], 10,7 kilomètres de Royan[10], 23,2 kilomètres de Saintes[11], 34,1 kilomètres de Rochefort[12], 61,3 kilomètres de la préfecture départementale, La Rochelle[13] et 92 kilomètres de la grande métropole régionale, Bordeaux[14].

La commune du Chay est constituée de grandes étendues agricoles, ou « champagnes », où sont produits céréales et vignes. Ponctuées de petites collines, elles s'étendent à perte de vue jusqu'à Semussac, Cozes ou Meursac. L'agriculture est ici un secteur-clef qui participe fortement à l'identité de la commune, sa part atteignant 45,3 % en 2010[15] (Insee). De fait, les territoires agricoles à eux-seuls représentent 95 % du territoire communal. Les vignes de la commune appartiennent au vignoble de Cognac et sont classées dans les « Bons Bois »; elles servent à produire principalement trois types de produits : le cognac, le pineau des Charentes et le vin de pays charentais.

Le phénomène de périurbanisation, qui conduit de nombreux citadins en quête d'une meilleure qualité de vie à s'installer en périphérie des villes, conduit à un accroissement régulier de la population, particulièrement marqué depuis 1999. Cette dernière est en effet passée de 564 habitants à cette date à 728 habitants en 2010. Ce phénomène, qu'on retrouve dans nombre de communes des environs de Royan, est encore amplifié par la grande proximité de la commune avec Saujon, pôle d'équilibre majeur au sein de la Communauté d'agglomération Royan Atlantique.

Le taux de boisement est relativement faible (2 %)[16] et se résume à quelques petits massifs : bois de la Gorce au nord du bourg, bois de la Chagnasse et du Bureau au sud, qui sont tous composés de feuillus (chênes, ormes, hêtres, etc.). La Seudre et le fossé de Chantegrenouille forment la limite nord de la commune. Son point culminant (21 mètres) se situe quant à lui au sud, au niveau du lieu-dit « Sur le Haut de Gaillot », non loin de la limite administrative avec Semussac, près du bourg de Trignac.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes du Chay
Saujon Saint-Romain-de-Benet
Médis du Chay Corme-Écluse
Semussac

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Un peu en marge des grands axes routiers de la région, la commune du Chay n'est pas pour autant enclavée et est directement reliée à plusieurs communes importantes du pays royannais par deux routes départementales et un réseau de chemins vicinaux.

Traversant le territoire communal du nord au sud, la D 117 permet de relier Saujon et Semussac, en passant par Pompierre, La Combe à Mercier et Trignac. Cette voie rectiligne appartenant au réseau primaire périurbain est utilisée par de nombreux habitants pour rejoindre leurs lieux de travail (trafic pendulaire domicile-travail). C'est une route départementale de deuxième catégorie, supportant un trafic moyen évalué entre 1000 et 3000 véhicules par jour[17]. Elle permet également d'accéder aux grands axes départementaux : N150 (Royan-Saintes) et D 730 (Royan-Mirambeau, avec accès vers Bordeaux). Son réaménagement est en cours d'étude dans le cadre des projets structurants du réseau routier de la Charente-Maritime (2010-2030). Elle pourrait ainsi être raccordée directement à la N 150, afin de contourner le centre-ville de Saujon et de faciliter les liaisons avec les grandes agglomérations des environs, Royan bien sûr, dont elle serait un des maillons d'une grande voie de contournement (La Tremblade, Saujon, Semussac, Meschers-sur-Gironde)[17], mais aussi Saintes, autre centre économique important.

Contournant le centre-bourg par l'ouest, la D 17 est un autre axe important, qui permet de rejoindre Saujon et Cozes, mais aussi Corme-Écluse et Grézac. Sa modernisation, également à l'étude, devrait en faire une voie majeure servant à faciliter le trafic vers le sud-est du Pays Royannais. Son recalibrage et son aménagement sont estimés à 8 millions d'euros[17]. L'accès au centre-bourg proprement dit est possible depuis Saujon et la D 117 par la D 241 au niveau du hameau de La Combre à Mercier, en passant par La Grande Gorce et Le Mûrier.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Article connexe : Cara'Bus.

La commune est desservie par le réseau de transports urbains Cara'Bus qui la relie aux autres communes de l'agglomération royannaise. Inauguré le 2 janvier 2006 sous le nom « Très Royannais », il était à l'origine composé de minibus de type hybride (électrique et diesel). Exploité depuis septembre 2008 par la société Veolia Transport, il est rebaptisé « Cara'Bus » depuis lors[18].

La modernisation du réseau de transports urbains de l'agglomération le 5 janvier 2009 a conduit à l'achat de navettes de type Heuliez GX 127 ainsi qu'à l'accroissement du nombre de lignes régulières, passant de trois à dix, auxquelles s'ajoutent trois ligne supplémentaires en période estivale[19].

Transports aériens[modifier | modifier le code]

L'aéroport le plus proche est celui de Rochefort-Saint-Agnant, à environ 35 kilomètres au nord. L'aéroport de La Rochelle-Île de Ré, à 60 kilomètres au nord, permet de relier quelques grandes villes françaises, comme Paris ou Lyon, ainsi que les Îles Britanniques ou l'Europe du Nord. À environ 90 kilomètres au sud-est de la commune, l'aéroport de Bordeaux - Mérignac est un aéroport international permettant des liaisons vers de nombreux pays.

L'aérodrome de Royan-Médis, à environ 15 kilomètres, est réservé à l'aviation légère.

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de la Charente-Maritime.
La rose trémière a trouvé dans la Saintonge et son climat particulièrement doux un terroir de prédilection.

Le climat dont bénéficie la Charente-Maritime est un climat océanique tempéré de type aquitain, marqué par un ensoleillement moyen assez important : avec 2 250 heures par an, il est comparable à celui que connaît une partie de la côte méditerranéenne[20]. La pluviosité y est modérée, les précipitations ne dépassant pas 1 200 mm par an. Les températures, quant à elles, varient en moyenne de +5 °C en hiver à +20 °C en été.

Les régions littorales et une partie de leur frange continentale se caractérisent par un climat particulièrement doux en hiver, et rafraîchissant l'été, grâce aux influences océaniques perpétuellement en mouvement (brise marine). Ces conditions climatiques favorables, toujours soumises aux influences de l'océan Atlantique, ont favorisé un véritable micro-climat de type sub-aquitain et l'existence d'une végétation déjà méridionale. Ainsi la flore se caractérise-t-elle par la présence étonnante de lauriers roses, eucalyptus, agaves, etc.

Aux essences déjà méridionales du chêne vert (ou yeuse) et du cyste, s'ajoutent la présence de palmiers, figuiers, orangers et même oliviers. Il existe toutefois un contraste entre le littoral proprement dit, assez sec et ensoleillé et l'intérieur des terres, un peu plus humide. La pluviométrie passe ainsi de 750 mm sur le littoral à 950 mm en Haute-Saintonge.

Données générales[modifier | modifier le code]

Données climatiques à La Rochelle
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,4 2,8 5,4 7,4 10,7 13,7 15,8 15,7 13,7 10,5 6,3 3,9 9,2
Température moyenne (°C) 5,9 6,9 8,7 11,1 14,3 17,5 19,8 19,6 17,8 14,2 9,4 6,6 12,7
Température maximale moyenne (°C) 8,5 9,9 12,1 14,7 17,9 21,3 23,8 23,5 21,8 18 12,6 9,2 16,1
Ensoleillement (h) 84 111 174 212 239 272 305 277 218 167 107 85 2 250
Précipitations (mm) 82,5 66,1 57 52,7 61,1 42,9 35,1 46,4 56,5 81,6 91,8 81,8 755,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de La Rochelle de 1961 à 1990[21].


Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Le Chay[22] 2250 755 4 13 26
Paris 1 661 637 12 18 10
Nice 2 724 733 1 29 1
Strasbourg 1 693 665 29 29 53
Brest 1 605 1 211 7 12 75

Environnement[modifier | modifier le code]

Gestion des déchets[modifier | modifier le code]

La collecte des ordures ménagères (conteneurs verts) est effectuée deux fois par semaine, le mardi et le vendredi soir. Celle des emballages ménagers recyclables (conteneurs jaunes) est réalisée le lundi soir. Des colonnes de recyclage du verre sont disponibles en plusieurs points de la commune. Par ailleurs, une déchèterie est à disposition des habitants dans la commune voisine de Saujon. Le service est gratuit et réservé aux particuliers. Une déchèterie spécialisée est mise à disposition des professionnels à Saint-Sulpice-de-Royan (Zone d'activités de la Queue de l'âne, en direction de Royan).

Les ordures sont ensuite acheminées par camion vers le centre de transfert de Médis, puis, de là, des camions gros porteurs les acheminent vers le centre d'enfouissement de Clérac.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logements[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Le Chay est au cœur d'un bassin d'emploi particulièrement attractif, la zone d'emploi de Royan (issue de la partition de l'ancienne zone d'emploi Saintonge maritime, qui regroupait de nombreuses communes du Pays Rochefortais, du Pays Marennes-Oléron et du pays royannais[23]), forte de 27 753 emplois en 2008[24]. La zone d'emploi de Royan est, avec celle de La Rochelle, la plus dynamique de la région Poitou-Charentes, toutes deux profitant « d'un tissu économique et d'une démographie dynamiques » (Insee)[24]. La croissance y est particulièrement soutenue, du fait du développement des activités tertiaires.

Pour autant, la commune ne conserve plus de commerces de proximité, si ce n'est une boulangerie. Une auberge y est également implantée. Le Chay accueille également quelques artisans. Les commerces les plus proches sont situés à Saujon et Semussac; la ville voisine de Royan accueille plusieurs centres commerciaux et zones d'activité.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune vient probablement de chai (mot d'origine gauloise)[25].

On trouve, dans la commune les villages et lieux-dits suivants (selon la carte IGN au 1/25000 1432 est) : Cazillac, chemin les Doux, chez David, chez Target, la Combe à Mercier, la Grande Gorce, la Grande Roussellerie, la Petite Gorce, la Puisade, la Terragère, l’Étang, le Bois de la Chagnasse, le Bois des Bureaux, le Bois des Lignes, le Carrefour de Gaillot, le Chemin Large, le Fort, le Grand Terrat, le Moulin du Temple, le Fort, le Moulin de Luchet, le Muguet, le Murier, le Pérat Vigé, les Alluchons, les Bétis, les Bodines, les Cargnioles, les Creux, les Dougnes, les Lignes, les Margoullis, les Merlettes, les Rentes, les Toussegers, Pompierre, Riolet, Maison Neuve, Morgard, Sur le Haut de Gaillot.

Plusieurs toponymes contiennent des noms d'individu ou de famille : David, Gaillot, Luchet, Mercier, Target, Vigé.

D'autres comportent des noms de végétaux : carniole (nom local du pleurotus eryngii), chagnasse (chênaie), gorce (le mot gorce vient du gaulois gortia ou gorcia, qui signifie « buisson épineux »[25], muguet de mai, mûrier (nom local de la ronce commune).

D'autres sont relatifs à la situation du lieu ou à ses caractéristiques : bois, creux, combe, haut, maison neuve, Morgard (le mot Morgard est vraisemblablement une graphie de Mauregard, qui signifie « mauvaise vue, mauvaise situation »[25]), pérat (« champ empierré »), terrat (« terrain en surplomb »)[25].

D'autres désignent une construction humaine : maison neuve, moulin, pont de pierre (Pompierre), borne de limite de champs (« bodine » en ancien français) ou bien menhir, puits (la Puisade).

D'autres enfin se rapportent à des voies de communication : chemin, carrefour, pont.

Plusieurs mots d'origine occitane montrent que la limite des dialectes de langue d'oc était située autrefois beaucoup plus au nord : pérat, puisade, terrat.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'archéologie aérienne a permis de découvrir sur le point culminant de la commune, dans le lieu dit du Haut Gaillot, des traces de fossés et d'aires circulaires protohistoriques.

Sous l'Ancien Régime, le Chay faisait partie du gouvernement de Brouage (selon Charente-Maritime, l'art et la nature de ses 472 communes, Michel de la Torre, Nathan, 1985).

En 1790, la paroisse des Lignes-et-l'Hercé, trop peu peuplée, n'obtient pas le statut de commune et est rattachée à la commune du Chai. En 1801, Le Chai est rebaptisé Le Chay.

Administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

De 1789 à 1799, en vertu de la loi du 14 décembre 1789, les agents municipaux (maires) sont élus au suffrage direct pour deux ans et rééligibles, par les citoyens actifs de la commune âgés d'au moins 25 ans, contribuables payant une contribution au moins égale à trois journées de travail dans la commune. Sont éligibles ceux qui paient un impôt équivalent au moins à dix journées de travail.

De 1799 à 1848, La constitution du 22 frimaire an VIII () revient sur l’élection du maire, les maires sont nommés par le préfet pour les communes de moins de 5 000 habitants. La Restauration instaure la nomination des maires et des conseillers municipaux. Après les lois organiques 1831, les maires sont nommés (par le roi pour les communes de plus de 3 000 habitants, par le préfet pour les plus petites), mais les conseillers municipaux sont élus au suffrage censitaire pour six ans.

Du à 1851, les maires sont élus par le conseil municipal pour les communes de moins de 6 000 habitants.

De 1851 à 1871, les maires sont nommés par le préfet, pour les communes de moins de 3 000 habitants et pour 5 ans à partir de 1855. Après 1871, les maires sont de nouveau élus, sauf dans les chefs-lieux (de départements, d'arrondissements ou de cantons).

Ce n'est que le , qu'une loi sur l’organisation municipale (encore en vigueur) est votée, et qui régit le principe de l'élection du maire et des adjoints par le conseil municipal, quelle que soit l'importance de la commune (sauf pour Paris). La loi du 5 avril 1884 fixe le mandat à quatre ans, durée portée le à six ans[26].

La commune ayant moins de 3 500 habitants l'élection des conseillers municipaux est au scrutin majoritaire[27] plurinominal à deux tours, avec panachage :

  • au premier tour, des candidats sont élus s'ils ont obtenu la majorité absolue et le vote d'au moins le quart des électeurs inscrits[28] ;
  • au second tour, la majorité relative suffit. Les listes ne sont pas obligatoires. Les suffrages sont comptabilisés individuellement, et le panachage est autorisé.

De par sa taille, la commune dispose d'un conseil municipal de 15 membres (article L2121-2 du Code général des collectivités territoriales[29]).

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1793 An II Pierre Lapouge   Curé et Officier Public
An II An VII Jean Artaud   Officier Public
An VII An XIII Sébastien Théodore Delany   Officier Public
1792 1807 Jean François Lamotte   01 MAIRE
1808 1810 Joseph Bernard de Bouët du Portal   02 MAIRE
1810 1839 Sébastien Théodore Delany   03 MAIRE
1839 1871 Louis Alexis Gaboriaud   04 MAIRE
1871 1879 Victor Berthelot   05 MAIRE
1881 1886 Jean Louis Pain   06 MAIRE
1886 1888 Paulin Picoulet   07 MAIRE
1888 1892 Jean Curaudeau   08 MAIRE
1892 1897 Pierre Louis Paulin Picoulet   09 MAIRE
1897 1904 François Paulet   10 MAIRE
1904 1940 François Xavier Viaud   11 MAIRE ( 36 Ans )
1940 1942 Georges Guillon   12 MAIRE
1942 1944 Alcide Volette   13 MAIRE
1945 1971 Maurice Rembert   14 MAIRE
1971 1977 Henry Roy   15 MAIRE
1977 1983 Yves Paulais   16 MAIRE
1983 1988 Christian Wessels   17 MAIRE
1988 1990 Robert Chapuis   18 MAIRE
1991 1995 James Héraud   19 MAIRE
1995 2001 Michelle Delhaye   20 MAIRE
2001 2005 James Gallois   21 MAIRE
2005 2014 Anne-Marie Masse   22 MAIRE
2014 En cours Thierry Saintlos   23 MAIRE
Les données manquantes sont à compléter.

Région[modifier | modifier le code]

À la suite de la réforme administrative de 2014 ramenant le nombre de régions de France métropolitaine de 22 à 13, la commune appartient depuis le à la région Nouvelle-Aquitaine, dont la capitale est Bordeaux. De 1972 au , elle a appartenu à la région Poitou-Charentes, dont le chef-lieu était Poitiers.

Canton[modifier | modifier le code]

Le Chay est une des treize communes du canton de Saujon, dont elle est, en 2010, la septième commune la plus peuplée.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Le Chay est une des 33 communes de la Communauté d'agglomération Royan Atlantique, structure intercommunale centrée sur Royan.

Instances judiciaires[modifier | modifier le code]

Article connexe : Justice en Charente-Maritime.

Le Chay dépend du tribunal d'instance, du tribunal de grande instance, du tribunal pour enfants et du conseil de prud'hommes de Saintes, du tribunal administratif et de la cour d'appel de Poitiers. La cour administrative d'appel est à Bordeaux[30]

Fiscalité locale[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises au Chay en 2010[31]
Taxe part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 8.00 % 7.72 % 0.00 % 0.00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 20.25 % 0.00 % 21.50% 3.32 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 52.86 % 0.00 % 29.17 % 8.63 %
Cotisation foncière des entreprises (CFE) 0.00 % 22.54 % 0.00 % 0.00 %

La part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

La taxe professionnelle est remplacée en 2010 par la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) (les deux formant la contribution économique territoriale (CET) qui est un impôt local instauré par la loi de finances pour 2010[32]).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[33]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[34].

En 2016, la commune comptait 765 habitants[Note 2], en augmentation de 5,08 % par rapport à 2011 (Charente-Maritime : +2,64 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
302535481366549526507518534
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
568600586553544541503464460
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
492504447450446437406385413
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
392387374450529562700728765
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[35] puis Insee à partir de 2006[36].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (24,9 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (28,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,6 % d'hommes (0 à 14 ans = 20,7 %, 15 à 29 ans = 10,4 %, 30 à 44 ans = 21,3 %, 45 à 59 ans = 21,9 %, plus de 60 ans = 25,7 %) ;
  • 50,4 % de femmes (0 à 14 ans = 19,5 %, 15 à 29 ans = 11,6 %, 30 à 44 ans = 21,2 %, 45 à 59 ans = 23,5 %, plus de 60 ans = 24 %).
Pyramide des âges au Chay en 2007 en pourcentage[37]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,9 
90  ans ou +
0,8 
5,5 
75 à 89 ans
5,9 
19,3 
60 à 74 ans
17,3 
21,9 
45 à 59 ans
23,5 
21,3 
30 à 44 ans
21,2 
10,4 
15 à 29 ans
11,6 
20,7 
0 à 14 ans
19,5 
Pyramide des âges de la Charente-Maritime en 2007 en pourcentage[38]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,5 
8,6 
75 à 89 ans
11,9 
16,4 
60 à 74 ans
17,1 
21,3 
45 à 59 ans
21,1 
19,1 
30 à 44 ans
18,5 
16,8 
15 à 29 ans
14,7 
17,3 
0 à 14 ans
15,1 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le Chay dépend de l'académie de Poitiers. La commune dispose d'une petite école élémentaire publique dont les effectifs sont de 66 élèves (année scolaire 2012-2013)[39].

Les élèves du second cycle sont dirigés vers le collège André Albert de Saujon, Le Chay appartenant au secteur scolaire de cette ville[39]. Cet établissement dispose d'un centre de documentation et d'information (CDI), d'une salle informatique, d'un foyer proposant des activités périscolaires et d'un restaurant scolaire.

Les lycées les plus proches sont situés à Royan, principale agglomération des environs.

Le réseau de transports urbains Cara'Bus est chargé du transport des élèves. La ligne 23 permet de rejoindre Saujon (station Richelieu, à proximité du collège). La ligne 110 permet de rejoindre le lycée Cordouan, à Royan, via six stations : Pompierre, Morgard, Riolet, Le Chay-Mairie, Moulin de Luchet et L'Erce.

Santé et sécurité[modifier | modifier le code]

La commune ne dispose pas de cabinet de médecine généraliste, mais uniquement d'un cabinet d'infirmiers. Les villes voisines de Saujon et de Royan offrent une palette de soin plus étendue, avec la présence de nombreux spécialistes, d'un centre hospitalier disposant d'un service d'urgences et de deux cliniques privées à Royan. La pharmacie la plus proche est à Saujon.

La sécurité des biens et des personnes est assurée par la gendarmerie de Saujon. Cette ville accueille également un centre de secours des sapeurs-pompiers, tout comme la commune voisine de Cozes.

Médias[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

L'émetteur de Niort-Maisonnay permet la réception des 18 chaînes gratuites de la télévision numérique terrestre (TNT) dans l'ensemble de la commune, dont le décrochage local de France 3 Poitou-Charentes. Le 31 mai 2009, cet émetteur de forte puissance a débuté la diffusion d'un nouveau multiplex, permettant la réception des premières émissions de télévision haute définition (HD)[40]

Radio[modifier | modifier le code]

La plupart des radios nationales présentes dans le département peuvent être écoutées dans la commune. Les informations départementales sont relayées par la station de radio publique France Bleu La Rochelle. Les stations de radio locales pouvant être écoutées dans la commune sont principalement Demoiselle FM (généraliste, émettant depuis Rochefort, et disposant de studios à Saint-Georges-de-Didonne), Terre Marine FM (généraliste, émettant depuis Fouras), Mixx radio (techno, dance et musiques électroniques, émettant depuis Cognac et reprise par le réémetteur de Saintes), et RCF Accords Charente-Maritime (religieuse, émettant depuis La Rochelle).

Presse[modifier | modifier le code]

La presse locale est représentée par le quotidien Sud Ouest, dont le siège est à Bordeaux, et qui dispose d'une rédaction locale à Royan.

Internet haut débit[modifier | modifier le code]

Deux répartiteurs téléphoniques sont implantés dans les communes voisines de Saujon et de Semussac. Ils couvrent chacun une partie du territoire communal. En 2013, ils sont dégroupés par plusieurs opérateurs alternatifs. Celui de Saujon est dégroupé par SFR, Free et Bouygues Telecom, en plus de l'opérateur historique, Orange[41]. Celui de Semussac n'est pas encore dégroupé par Free[42]. ADSL, ADSL2+, Re-ADSL 2 et la télévision par ADSL sont disponibles dans la commune.

Cultes[modifier | modifier le code]

Le Chay appartient au diocèse catholique de La Rochelle et Saintes, lui-même subdivision de la province ecclésiastique de Poitiers depuis 2002 (de la province ecclésiastique de Bordeaux avant cette date) et au doyenné de Royan. La paroisse est comprise dans le secteur pastoral Sainte-Marie en Saintonge, centré sur Saujon. La fête paroissiale est le 11 novembre.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Article connexe : Culture en Charente-Maritime.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Martin[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin est relativement récente, et ne date que du début du XIXe siècle. L'ancienne église médiévale, de style roman, est saccagée et incendiée par les Huguenots en 1571, pendant les Guerres de religion[43]. Faute de moyens financiers suffisants, elle n'est pas relevée et c'est dans une simple salle, aménagée de façon sommaire, que sont célébrés les offices. Victime du poids des ans et de dégradations pendant la période révolutionnaire, elle est considérée comme trop vétuste au début du XIXe siècle. C'est alors qu'est prise la décision de bâtir l'édifice actuel, qui voit le jour à partir de 1808[43]. En 1841, à la suite d'une souscription, deux chapelles latérales (faux transept) sont ajoutées[43]. L'église est achevée en 1847.

Située près du cimetière (qui conserve quelques pierres tombales remarquables, certaines contemporaines de la construction de l'église), elle se distingue par sa grande sobriété. La façade, d'inspiration classique, percée d'un oculus, n'est pas sans rappeler certains temples protestants des environs (Saujon, Breuillet). Elle est surmontée d'un petit campanile abritant deux cloches. La nef unique, voûtée en anse de panier, se prolonge par une abside en hémicycle couverte d'un lambris scandé de pilastres en bois, restauré au cours des années 2000. Le plafond y est entièrement peint. Deux baies en plein cintre accueillent des vitraux représentant saint Joseph et saint Martin, patron de la paroisse. Les deux chapelles latérales, elles aussi en hémicycle, sont ornées d'un décor peint d'inspiration médiévale.

Logis de Luchet[modifier | modifier le code]

Comptant parmi les plus anciens bâtiments de la commune, ce logis noble trouve ses origines au XVIe siècle, mais a été considérablement remanié au XVIIIe siècle. Appartenant à l'origine à la famille de Luchet, propriétaire de la seigneurie du Chai, il passe ensuite à la famille de Bouet du Portal à la suite du mariage d'Aimée de Luchet avec François de Bouet du Portal au XVIIIe siècle. Des travaux importants sont menés à cette époque (reprise de la façade, modernisation des intérieurs, nivellement du sol...)[43].

Souterrains-refuges[modifier | modifier le code]

Existence de souterrains-refuges (selon Charente-Maritime, l'art et la nature de ses 472 communes, Michel de la Torre, Nathan, 1985).

Aux environs[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Langue saintongeaise[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saintongeais.
Carte représentant l'aire linguistique du saintongeais dans les Charentes et le Nord-Gironde
Aire linguistique du saintongeais.

La commune est située dans l'aire linguistique du saintongeais, un dialecte faisant partie de la famille des langues d’oïl, branche des langues romanes, qui comprend également le français, l’angevin le picard et le poitevin avec lequel il est souvent regroupé dans un domaine plus vaste, le poitevin-saintongeais.

Le saintongeais (saintonjhais) est la langue vernaculaire parlée en Saintonge ainsi que dans une partie de l'Aunis, de l'Angoumois, mais aussi dans quelques enclaves de Guyenne (Pays Gabay ou Grande Gavacherie, Petite Gavacherie autour de Monségur dans l'Entre-deux-Mers et enclave du Verdon, en Médoc). On l’appelle parfois aussi le charentais ou encore le patois charentais. Les locuteurs sont dits patoisants.

Le saintongeais a fortement influencé l’acadien et en conséquence, par ricochet, le cadien ; quant au québécois, il a été influencé par les parlers tels que le normand, le francien et le saintongeais.

La langue saintongeaise présente de nombreux traits communs avec des langues telles que le cadien ou l'acadien, ce qui s'explique par les origines saintongeaises d'une partie des émigrants vers la Nouvelle-France au XVIIe siècle.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

La gastronomie saintongeaise est principalement axée sur trois types de produits : les produits de la terre, les produits de la mer et les produits de la vigne.

Les préparations à base de viande de porc occupent une place prépondérante dans la cuisine régionale : ainsi des gratons ou des grillons, sortes de rillettes à base de viandes rissolées et confites dans leur graisse, du gigorit (ou gigourit), un civet mêlant sang, gorge, foie et oignons, ou de la sauce de pire, à base de fressure, d'oignons et de vin blanc de pays[44].

Le pineau des Charentes est un vin de liqueur produit traditionnellement dans la région.

La cuisine saintongeaise intègre tout naturellement de nombreuses recettes à base de « cagouilles », le nom local de l'escargot petit-gris. Animal tutélaire de la Saintonge, il est notamment cuisiné « à la charentaise », c'est-à-dire cuit dans un court-bouillon agrémenté de vin blanc, d'ail et de mie de pain.

Parmi les autres spécialités locales, il convient de noter également les pibales (alevins d'anguille pêchés dans la Gironde, spécialité de Mortagne et de Blaye), les sardines de Royan, les « thyeusses de gueurnouilles » (cuisses de grenouilles), la « sanglette », une galette préparée à base de sang de poulet et d'oignons cuits, le farci saintongeais (variante du farci poitevin), le lapin au pineau, le foie gras ou encore les confits. La grande spécialité de la presqu'île d'Arvert est cependant l'huître de Marennes-Oléron, de renommée internationale.

Les desserts traditionnels sont issus de la cuisine paysanne : millas (gâteau à la farine de maïs, qu'on retrouve dans une grande partie du sud-ouest de la France), galette charentaise, au beurre Charentes-Poitou, ou encore merveilles (beignets).

Les vignes de la région servent à la confection d'eaux-de-vie réputées, telles que le pineau des Charentes et plus encore, le cognac. La commune du Chay est ainsi intégralement située dans la zone de production des « bons bois ».

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Giraud (1978 - ), acteur français, y a passé son enfance.
  • Anatole-Eugène Hillairet, artiste-peintre impressionniste, né à Le Chay (Pompierre) le 22 Novembre 1872, mort le 20 Juin 1928 à Paris.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. On écrit : commune du Chay et non commune de Le Chay, comme indiqué de façon erronée dans de nombreuses publications, y compris officielles. « De le » est en effet impropre : la langue française n'autorise que l'article contracté « Du » (voir Article défini#Forme contractée)
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Louis Papy, Le midi atlantique, atlas et géographie de la France moderne, Flammarion, Paris, 1984
  3. Distance entre Le Chay et Corme-Écluse
  4. Distance entre Le Chay et Saujon
  5. Distance entre Le Chay et Semussac
  6. Distance entre Le Chay et Médis
  7. Distance entre Le Chay et Meursac
  8. Distance entre Le Chay et Cozes
  9. Distance entre Le Chay et Saint-Georges-de-Didonne
  10. Distance entre Le Chay et Royan
  11. Distance entre Le Chay et Saintes
  12. Distance entre Le Chay et Rochefort
  13. Distance entre Le Chay et La Rochelle
  14. Distance entre Le Chay et Bordeaux
  15. Le Chay : résumé statistique, site de l'Insee
  16. Le Chay sur le site du Sigore
  17. a b et c La Charente-Maritime : schéma routier départemental, 2010-2030
  18. « Du changement à Royan », sur Trans'bus, (consulté le 1er juillet 2009)
  19. « Plan du réseau Cara'bus (PDF) », sur Carabus transport, (consulté le 1er juillet 2009)
  20. Préfecture de Charente-Maritime : Météo France
  21. « Climatologie mensuelle à La Rochelle », sur infoclimat.fr (consulté le 22 octobre 2009)
  22. Données de la station de La Rochelle, sources l'Internaute, INSEE et Lameteo.org
  23. Présentation de la zone d'emploi de Saintonge maritime, site de l'ARTLV
  24. a et b « Treize nouvelles zones d’emploi en Poitou-Charentes », sur le site de l'Insee (consulté le 5 août 2012).
  25. a b c et d Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France de A. Dauzat et Ch. Rostaing ; 1984, Librairie Guénégaud
  26. La décentralisation, site de l'Assemblée nationale
  27. art L. 252 du code électoral
  28. art L. 253 du code électoral
  29. « Nombre des membres du conseil municipal des communes », Legifrance.
  30. « Juridictions du Chay », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 22 février 2013).
  31. « Impôts locaux au Chay », taxes.com.
  32. Loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance)
  33. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  34. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  35. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  36. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  37. « Évolution et structure de la population à Le Chay en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 17 janvier 2010)
  38. « Résultats du recensement de la population de la Charente-Maritime en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 17 janvier 2010)
  39. a et b L'école élémentaire du Chay, site Lesecoles.net
  40. « Les émetteurs pour la TNT-HD se dévoilent », sur Degroupnews (consulté le 11 décembre 2010)
  41. « Déploiement ADSL à Saujon », sur Degroupnews (consulté le 22 février 2013)
  42. « Déploiement ADSL à Semussac », sur Degroupnews (consulté le 22 février 2013)
  43. a b c et d Le patrimoine des communes de la Charente-Maritime, éditions Flohic, p.1044
  44. Charente-Maritime, encyclopédie Bonneton, p. 106-107