Le Chant des sirènes (album)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Chant des sirènes.
Le Chant des sirènes
Album de Orelsan
Sortie
Enregistré 2010-2011
Studio Haxo, Paris
Durée 62 minutes
Genre Rap
Format CD, téléchargement
Auteur Orelsan, Gringe
Compositeur Matthieu Le Carpentier, Aurélien Cotentin, Marc Chouarain, Félipé Salvidia, Cookin' Soul
Producteur Skread
Édition 7th Magnitude, Warner Chappell Music France, Together Records, Universal Publishing
Label 3e bureau

Albums de Orelsan

Singles

  1. RaelSan
    Sortie : 30 mai 2011
  2. Double vie
    Sortie : 9 juin 2011
  3. Plus rien ne m'étonne
    Sortie : 25 juillet 2011
  4. Suicide social
    Sortie : 15 september 2011
  5. La Terre est ronde
    Sortie : 24 décembre 2011
  6. Ils sont cools
    Sortie : 22 juin 2012
  7. Si seul
    Sortie : 17 décembre 2012

Le Chant des sirènes est le deuxième album studio du rappeur français Orelsan, sorti en 2011, sous le label 3e bureau.

Raelsan, sorti en mai 2011, sert de premier extrait à l'album. Double vie sort en tant que single promotionnel, avant Plus rien ne m'étonne, qui se classe 45, la semaine du 2 octobre 2011. Le troisième single est Suicide Social, qui est suivi en décembre 2011 par La terre est ronde.

L'album est certifié double disque de platine.

Genèse[modifier | modifier le code]

Après l'album Perdu d'avance en 2009, Orelsan dit s'être « reposé sur [ses] lauriers »[1], « j'ai connu une période de creux. Face à la feuille blanche »[2], il explique :

« Pendant huit-dix mois, je n'ai rien écrit, je me suis voilé la face. Mon premier album était tellement personnel que je ne savais pas comment rebondir et parler d'autre chose. Le premier disque, je l'avais écrit en six ans, alors que là deux ans seulement s'étaient écoulés. Et qu'est ce que j'avais vécu à part une tournée, une polémique et avoir baisé trois groupies ? Je caricature, mais il n'y avait pas de quoi raconter une histoire intéressante. J'ai écrit Le chant des sirènes en mélangeant réalité et fiction, un peu pour me débarrasser de tout ça. Au final ça m'a aidé[1]. »

L'album s'appelle Le Chant des Sirènes, car il est « à un âge et dans une époque où il y a beaucoup de tentations, beaucoup d'addictions, bien plus qu'à l'époque de nos grands parents. Tous mes morceaux en parlent », explique Orelsan[3]. Il explique également le nom de l'album de cette façon :

« C’est facile, Facebook et Twitter, quand tu es un peu connu, que tu ne vas pas bien, tu le dis, et des mecs que tu ne connais même pas viennent te remonter le moral. C’est aussi pour ça que j’ai appelé mon album Le Chant des sirènes, par rapport à ce truc de tentation que créent les réseaux sociaux[4]. »

Composition[modifier | modifier le code]

L'album traite de « ce qui s'était passé dans la vie d'Orelsan depuis le premier album ». « J'ai fait une tournée, l'entrée dans le "show biz "... », explique-il[5]. Il explique s'être « infligé une discipline de travail », « j'ai bossé. Je ne suis pas sorti. (...) Je n'ai pas vu mes potes pendant quelque temps. Je me suis isolé à la campagne pendant une semaine. L'écriture pour moi, ça n'est pas un truc simple, ni naturel. Faut que je force. Ça ne vient pas tout seul. La première étape c'est de savoir de quoi je vais parler. Une fois le sujet trouvé, il faut que je détermine ce que je vais dire et enfin trouver les rimes. Je ne peux pas le faire en dilettante. Sur mon premier album, j'ai fait certaines chansons rapidement comme Soirée ratée, mais c'est rare. Sur cet album, j'ai été plus exigeant, plus ambitieux » explique-il[2].

« Je ne savais plus de quoi parler. Dans mon premier album, je racontais ma vie depuis dix ans, et là je n'avais presque rien vécu : j'avais fait une tournée, provoqué une polémique et baisé trois groupies (rires). Sur le premier album, j'ai écrit quatorze chansons et rien retouché. Là, j'ai jeté une trentaine de chansons à la poubelle avant de trouver ce mix entre le rap et le chant, ce mix entre moi et pas moi. J'ai aussi introduit davantage de fiction, chose que je n'aurais pas assumée avant. Je me suis enfermé chez moi, je partais en vacances tout seul. J'étais parfois très déprimé[6]. »

— Orelsan

La chanson Le Chant des sirènes « a été un point de rupture » explique Orelsan, « j'avais déjà réalisé le début de l'album. Le Chant des sirènes m'a aidé à partir sur la fin car cela parle de la réalité mélangée à la fiction. Je me suis dit: « C'est pas mal de sortir un peu de moi, de rajouter un peu de fiction ». Auparavant je pouvais rester 10 heures devant une feuille blanche à me demander, « Qu'est ce que je vais faire ? ». Maintenant, je n'hésite pas à lire un bouquin, à regarder un film sans avoir l'impression de voler quelque chose à quelqu'un. Je prends juste des impressions. Je n'hésite pas à appeler un pote, à lui demander ce qu'il fait. Et dans ma tête, je fais une sorte d'interview pour trouver de l'inspiration. Avant, j'avais une sorte d'égo. Il fallait que j'invente tout »[2].

Pour la chanson La Petite Marchande de porte-clefs, un morceau qui « traînait depuis longtemps », « c'est parti d'une instru' que j'avais réalisé. J'en fais mais elles atterrissent rarement sur mes disques. J'avais samplé un truc chinois. Je ne savais pas trop quoi raconter dessus. Je suis tombé sur un reportage sur l'après Jeux olympiques de Pékin et sur ce qui était arrivé aux gens là-bas, les personnes qui avaient été exploitées. J'ai aussi vu un sujet sur les kidnappings d'enfants en Chine. J'ai imaginé le destin d'une fille de mon âge qui aurait vécu tout ça. J'ai fait quelques recherches. Bon, je ne suis pas non plus allé à la bibliothèque. J'ai lu des articles sur la politique de l'enfant unique en Chine, les Chinois à Paris. J'ai essayé d'en faire une fiction crédible, sans que cela soit gonflant et trop factuel. J'en ai fait quelque chose de triste et d'un peu méchant sur ces gens que l'on croise parfois dans le métro sans savoir d'où ils viennent », explique le rappeur[2].

Pour le titre 1990 qui au départ s'appelait Dans les années 1990, il a « voulu essayer d'écrire un morceau aujourd'hui avec les références de l'époque », il explique que « ces derniers temps, il y a une tendance à un retour au rap de ces années là »[2].

Pour la chanson Suicide Social, Orelsan explique :

« Suicide social, c'est vraiment une série de clichés. J'aurais pu faire durer la chanson 4 minutes de plus. Pour moi parler des gens en tant que groupes, en tant que classes sociales, en tant que couches, c'est de la connerie. Cette chanson elle est à prendre comme un exemple de ce qu'il ne faut pas faire. C'est marrant, parce que certains commentaires disent : « Il a tout compris sauf quand il parle de ci ou de ça ». Mais ce sont des clichés[2]. »

— Orelsan

Il poursuit sur le fait qu'« il va y avoir des réactions. Mais je ne polémiquerai pas, je ne réagirai pas. J'aimerais que les gens discutent entre eux. C'est juste une chanson. Quand j'ai commencé à l'écrire, ça m'a fait penser au film La 25e Heure de Spike Lee. Dans une scène Edward Norton s'en prend à toutes les catégories sociales de New York, sauf qu'il est plus violent que moi. Et à la fin, il se dit si je m'énerve contre eux, c'est parce que je suis énervé contre moi. Mon personnage, lui, à la fin de la chanson se suicide. Personne ne s'est jamais offensé contre la scène du film de Spike Lee. Pourquoi faudrait-il s'offusquer de la mienne ? Non seulement, c'est de la fiction, mais ce n'est même pas un point de vue ».

Pochette[modifier | modifier le code]

La pochette représente Orelsan sous une pluie d'étincelles, regardant vers vous. Il porte un masque sur les yeux et ses vêtements sont brûlés. Dans le fond, on distingue la façade d'un bâtiment. La pochette est en fait un livret contenant les paroles des chansons Raelsan, Le chant des sirènes, Si seul et Suicide social.

Le CD est totalement noir excepté, écrit en petit en bas : ORELSAN LE CHANT DES SIRÈNES. Au dos de la boîte, on peut voir un profil d'Orelsan devant des bâtiments et des voitures brûlées au-dessous desquels est inscrit le nom de chaque piste du CD précédée de son numéro.

Sortie et promotion[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Pour Éric Mandel du Journal du Dimanche, Orelsan « enfonce le clou avec une chanson époustouflante : Suicide social », il poursuit, « il alterne humour trash et questionnements existentiels, hommage au rap des origines et art du "storytelling" »[7]. Pour le blog musical Goûte Mes Disques, « Le chant des sirènes apparaît en clair-obscur : un disque ponctué par quelques éclairs de génie et, malheureusement, aussi par plusieurs titres que l'on pourrait qualifier de plutôt ordinaires »[8]. Pour Thierry Cadet de Pure Charts, Le Chant des sirènes est un album « écrit au vitriol, n'épargnant personne ». Pour Cadet « le titre » de l'album est « comme une satyre de notre époque et des jeunes générations »[9].

Pour Désinvolt, depuis la sortie du premier album, « le temps a fait son travail, l’artiste lui a pris de l’âge et sur Le Chant des sirènes, les thèmes abordés deviennent plus personnels, plus réfléchis, l’évolution est assumée jusqu’au bout et finalement c’est toute son œuvre qui gagne en profondeur »[10].

Le 3 mars 2012, l'album remporte la victoire de la musique du meilleur album de musiques urbaines.

Commercial[modifier | modifier le code]

L'album est entré à la troisième place du top album français avec 15 529 albums vendus en une semaine. Un score sensiblement plus élevé que celui de son premier disque, Perdu d'avance, qui était entré 20e avec 3365 ventes[11]. La deuxième semaine, le Chant des sirènes perd huit places et se retrouve onzième avec 4668 exemplaires vendus[12]. Un mois après la sortie, l'album est certifié disque d'or[13] (50 000 disques vendus). Six mois après sa sortie, l'album s'est vendu à 70'000 exemplaires.

En , plusieurs mois après la sortie de son troisième album La fête est finie, Le Chant des sirènes est certifié double disque de platine, soit 100 000 ventes[14].

Liste des titres[modifier | modifier le code]

No Titre Producteur(s) Durée
1. RaelSan Skread & Dany Synthé 4:15
2. Le Chant des sirènes Skread 5:47
3. Plus rien ne m'étonne Skread 3:38
4. Mauvaise Idée Broad Rush 3:20
5. Double Vie Skread 3:58
6. Finir mal Skread 4:48
7. Si seul Skread 4:07
8. Des trous dans la tête Skread 4:01
9. La Petite Marchande de porte-clefs Marc Chouarain, Aurélien Cotentin 4:16
10. La Terre est ronde Frédéric Savio 3:39
11. 1990 Skread 1:38
12. 2010 Skread 2:44
13. La Morale Skread, Félipé Saldivia 4:03
14. Ils sont cools (featuring Gringe) Cookin' Soul 3:37
15. Suicide social Skread 5:41
16. Elle viendra quand même Skread 3:22
62:54

Clips vidéos[modifier | modifier le code]

Liste des clips
Titre Réalisateur Vues Date de sortie
Raelsan David Tomaszewki 8 000 000 (Youtube)

938 000 (Dailymotion)

29 mai 2011
1990 David Tomaszewki 1 700 000 (Youtube)

322 000 (Dailymotion)

31 août 2011
Suicide social Fulldawa Prod 24 800 000 (Youtube)

308 000 (Dailymotion)

12 septembre 2011
Plus rien ne m'etonne David Tomaszewki 15 700 000 (Youtube)

324 000 (Dailymotion)

26 septembre 2011
La terre est ronde Clément Cotentin 23 700 000 (Youtube)

45 000 (Dailymotion)

28 décembre 2011
Ils sont cools David Tomaszewki 22 300 000 (Youtube)

106 000 (Dailymotion)

22 juin 2012
Si seul David Tomaszewki 15 400 000 (Youtube)

67 000 (Dailymotion)

17 décembre 2012

Classements hebdomadaire[modifier | modifier le code]

Classements (2011) Meilleure
position
Drapeau de la Belgique Belgique (Wallonie Ultratop)[15] 10
Drapeau de la France France (SNEP)[16] 3
Drapeau de la Suisse Suisse (Schweizer Hitparade)[17] 32

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) François-Luc Doyez, « Orelsan dans le texte », Next,‎ (lire en ligne)
  2. a, b, c, d, e et f (fr) Julien Bordier, « Orelsan: "Ecrire pour Mylène Farmer ou Johnny Hallyday ce serait un super challenge" », L'Express,‎ (lire en ligne)
  3. (fr) Adrien Toffolet, « « Je n'ai jamais appelé à frapper une femme » », Evene,‎ (lire en ligne)
  4. (fr) Pierre Siankowski, « Je suis allé au restau chinois avec Orelsan », Les Inrocks,‎ (lire en ligne)
  5. (fr) J.C., « Orelsan : Attention au "Chant des Sirènes" », France Soir,‎ (lire en ligne)
  6. (fr)« "Baise-moi"/"Sale pute": rencontre entre Orelsan et Virginie Despentes », Les Inrocks,‎ (lire en ligne)
  7. (fr) Éric Mandel, « Orelsan enfonce le clou », Journal du Dimanche,‎ (lire en ligne)
  8. (fr) Justin, « Le chant des sirènes », Goûte Mes Disques,‎ (lire en ligne)
  9. (fr) Thierry Cadet, « L'actu des sorties CD de la semaine », Chartsinfrance.net,‎ (lire en ligne)
  10. (fr) Samuel, « Chronique - Orelsan – Le Chant Des Sirènes », Désinvolt,‎ (lire en ligne)
  11. Disques : Christophe Maé détrône Adele, Rihanna remplace Mika, .
  12. Disques : Mika repasse devant Rihanna, Adele détrône (déjà) Christophe Maé,.
  13. OrelSan - Le chant des sirènes disque d'or
  14. « Orelsan décroche à nouveau du platine ! », sur Générations, (consulté le 21 février 2018).
  15. Ultratop.be – Orelsan – Le chant des sirènes. Ultratop 200 albums. Ultratop et Hung Medien / hitparade.ch.
  16. Lescharts.com – Orelsan – Le chant des sirènes. SNEP. Hung Medien.
  17. (en) Swisscharts.com – Orelsan – Le chant des sirènes. Schweizer Hitparade. Hung Medien.