Le Canon de Kra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Canon de Kra
20e histoire de la série Yoko Tsuno
Auteur Roger Leloup
Couleurs Studio Leonardo

Thèmes Bande dessinée
Personnages principaux Yoko Tsuno
Vic Vidéo
Pol Pitron
Lieu de l’action Terre (Kampong)

Éditeur Dupuis
Première publication 1985
ISBN 2-8001-1092-9
Nb. de pages 47 pages

Prépublication Spirou (1984)
Albums de la série Yoko Tsuno

Le Canon de Kra est la vingtième histoire de la série Yoko Tsuno de Roger Leloup. Elle est publiée pour la première fois du no 2452 au no 2455 du journal Spirou, puis en album en 1985.

Univers[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

Peter Hertzel et le Colonel Tagashi ont une mission à confier à Yoko, Pol et Vic : dans le petit État du Kampong, en bordure de l'isthme de Kra, le trafiquant d'armes japonais Sakamoto s'est fait livrer des obus de 50 centimètres de diamètre, taille correspondant à un canon installé par les Japonais en 1943.

Sous le couvert d'un transport de déchets nucléaires, les trois héros sont chargés d'enquêter sur Sakamoto et de localiser le canon[1] dont Sakamoto veut se servir pour s'approprier le Kampong, à l'aide de tirs d'obus nucléaires, fabriqués à partir des déchets radioactifs qu'il récupère en détournant le Kawasaki piloté par Pol et Vic.

Grâce à l'aide du capitaine Onago et de rebelles présents sur place, Yoko déjouera le plan de Sakamoto en détruisant son canon puis ses dépôts d'armes.

Personnages[modifier | modifier le code]

Trio Alliés Adversaires
Kawasaki C-1 piloté par Vic

Lieux[modifier | modifier le code]

  • Aérodrome de Sandweil (lieu fictif à proximité de Lucerne)
  • Katao, capitale du Kampong (lieux fictifs situés sans doute sur la rive orientale du Golfe de Thaïlande)

Historique[modifier | modifier le code]

Publication[modifier | modifier le code]

Revues[modifier | modifier le code]

Il a été prépublié dans le Journal de Spirou numéros 2452 à 2455 du 9 au 30 avril 1984[2].

Album[modifier | modifier le code]

Cet album est re-publié en 2009 dans le huitième volume de l'Intégrale Yoko Tsuno : Menaces pour la Terre.

Analyse[modifier | modifier le code]

28-cm-Kanone 5 (E), similaire au canon de Kra

Le canon géant est une rémanence d'une thématique de Jules Verne (dans Les Cinq Cents Millions de la Bégum, un savant allemand cherche à détruire une ville voisine; dans De la Terre à la Lune, le canon propulse un obus habité vers la Lune), qui s'est incarné réellement durant la Première Guerre mondiale où la Grosse Bertha a bombardé Paris à cent vingt kilomètres de distance[3] (il est à noter que la source est inexacte sur ce point, la Grosse Bertha était un obusier incapable de telles distances de tir. Néanmoins, les Pariser Kanonen ont effectué des tirs à une distance d'environ 120 kilomètres sur Paris en 1918).

Le Colibri est un petit avion, nommé en référence au colibri qui est un petit oiseau:

« Je voulais donner à Yoko son petit avion indépendant. Elle n'aurait assurément pas pu se le payer seule, constate-t-il. Un tel prototype est unique au monde : c'est un appareil que j'ai complètement inventé ! La cellule du dessus, avec l'équipement électronique miniaturisé, fait seulement trois cent cinquante à quatre cents kilos grâce à une coque en fibre de carbone très légère, la partie du dessous avec ses réacteurs est détachable : l'appareil se transforme ainsi en planeur le cas échéant. On peut changer le mode de propulsion selon les nécessités et j'ai en vue un futur Colibri à décollage vertical pour un projet qui ferait en quelque sorte suite à L'Or du Rhin (...) J'ai mis tout mon amour de l'aviation dans cette histoire. Il y a une image que j'aime beaucoup, lorsque le petit Colibri roule sur le tarmac devant le gigantesque Kawasaki, à la page 26. Un sacré travail pour respecter les proportions ! Cela m'a vraiment passionné de faire ce dessin. J'imagine volontiers le Colibri atterrissant dans mon jardin, il le pourrait... Il fait cinq mètres cinquante de largeur sur huit mètres cinquante de longueur. Yoko vole dans l'appareil que j'aurais aimé piloter si je m'étais dirigé vers une carrière dans l'aéronautique. Elle réalise mes rêves, mais j'ai été déçu par l'accueil fait à l'épisode et j'ai constaté que les récits d'aviation n'avaient plus tellement la cote.»[3] »

— Le Canon de Kra sur [www.yokotsuno.com]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. un canon sur rail de type canon Dora
  2. « Le Canon de Kra », yokotsuno.com (consulté le 25 décembre 2008)
  3. a et b « Le Canon de Kra », Yokotsuno.com (consulté le 3 août 2009)

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]