Le Buisson ardent (Charles Koechlin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Buisson ardent est un poème symphonique en deux parties de Charles Koechlin, d'après un épisode du roman Jean-Christophe, de Romain Rolland.

La première partie fut achevée en 1945, et porte le n° d'opus 203[1], alors que ce qui en constitue la seconde partie date de 1935 à 1938, et porte le n° d'opus 171[2]. Il s'agit de la dernière œuvre pour grand orchestre de Koechlin, dont la création posthume eut lieu le , par l'Orchestre national de France, placé sous la direction de Roger Désormière.

Structure de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Première partie
  1. Presque adagio
  2. Allegro non troppo
  3. Allegro moderato
Seconde partie
  1. Molto moderato
  2. Fugue. Allegro vivo
  3. Choral

Durée d'exécution : 1re partie, environ 12 min 30 ; seconde partie, environ 25 min 40.

Cette œuvre bénéficie d'une orchestration assez importante, qui comprend, en plus des instruments traditionnels du grand orchestre, 5 saxophones, une Onde Martenot, un piano, un grand orgue, et une formation de percussions dont un gong, un tamtam, une cloche.

Enregistrements[modifier | modifier le code]

  • Orchestre philharmonique de Rhénanie-Palatinat, direction Leif Segerstam, éditions Cybelia, 1987, réédition Naxos, collection Patrimoine, 1994

Sources[modifier | modifier le code]

Livret de présentation de l'enregistrement ci-dessus référencé, texte de Michel Fleury

Notes et références[modifier | modifier le code]