Le Born (Haute-Garonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Born.

Le Born
Le Born (Haute-Garonne)
L'église Sainte-Foy.
Blason de Le Born
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Canton Villemur-sur-Tarn
Intercommunalité Communauté de communes de Val'Aïgo
Maire
Mandat
Robert Sabatier
2014-2020
Code postal 31340
Code commune 31077
Démographie
Gentilé Bornains, Bornainnes
Population
municipale
525 hab. (2016 en augmentation de 14,63 % par rapport à 2011)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 53′ 09″ nord, 1° 32′ 43″ est
Altitude Min. 120 m
Max. 215 m
Superficie 10,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Le Born

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Le Born

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Born

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Born

Le Born est une commune française située dans le sud-ouest de la France, dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie. C'est la commune la plus au nord du département. Elle est située aux limites des départements de Tarn-et-Garonne et du Tarn, à proximité directe de Villemur-sur-Tarn, dans l'aire urbaine de Toulouse.

Le Born est une commune dont l'économie reposait autrefois presque exclusivement sur l'agriculture. Aujourd'hui, celle-ci commence un léger déclin dans la commune, avec l'apparition de nombreuses habitations, même si le paysage de la commune est principalement composé de champs et de forêts.

La commune connaît, depuis le début du XXIe siècle, une croissance démographique très importante. Entre 1999 et 2015, la population municipale a presque doublée. La périurbanisation et l'étalement urbain entraînent, en 2010, l'entrée de la commune dans l'aire urbaine de Toulouse. Mais Le Born reste cependant un village très rural : la commune ne compte pas de commerces et le paysage se compose presque exclusivement de champs et de forêts.

Les habitants de la commune sont appelés les Bornains.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le Born (en rouge) dans la Haute-Garonne, avec son intercommunalité (en marron) et son canton (en marron et bleu).

Le Born se situe à l'extrême-nord du département de la Haute-Garonne. C'est d'ailleurs la commune la plus au nord du département. Elle est située dans la région naturelle du pays toulousain. Le Born est distante, à vol d'oiseau, de 3 km de Villemur-sur-Tarn, de 13 km de Fronton, de 22 km de Montauban et de 33 km de Toulouse[1].

La commune est entourée, au nord, par le début des causses du Quercy, avec Verlhac-Tescou, à l'est avec les coteaux du Tarn, avec Montvalen, à l'ouest par Varennes, et au-delà par l'agglomération montalbanaise, et au sud par le frontonnais, puis par l'agglomération toulousaine. Cette situation géographique fait de Le Born une commune plutôt dynamique, au niveau démographique, notamment grâce à l'influence des agglomérations de Toulouse et de Montauban, toutes deux situées à une quinzaine de kilomètres du bourg.

Le Born profite d'une situation géographique favorable : elle est située à une centaine de kilomètres des Pyrénées et du Massif Central, ainsi qu'à environ 150 km de la Méditerranée.

La commune fait partie de l'Aire Urbaine de Toulouse. Le Born fait également partie du bassin de vie de Villemur-sur-Tarn et de la zone d'emploi de Toulouse[2].

Les villes notables les plus proches sont [3]:

Rose des vents Montauban (22 km)
Bordeaux (199 km)
Cahors (62 km)
Paris (558 km)
Rodez (95 km)
Lyon (333 km)
Rose des vents
Auch (82 km)
Mont-de-Marsan (164 km)
N Albi (48 km)
Montpellier (190 km)
O    Le Born    E
S
Tarbes (137 km) Toulouse (33 km)
Foix (102 km)
Castres (65 km)
Narbonne (141 km)

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe de cinq communes, dont trois dans le Tarn et une en Tarn-et-Garonne.

Carte de la commune de Le Born et de ses proches communes.
Communes limitrophes du Born[4]
Verlhac-Tescou
(Tarn-et-Garonne)
Villemur-sur-Tarn du Born[4] Beauvais-sur-Tescou
(Tarn)
Montvalen
(Tarn)
Tauriac
(Tarn, par un quadripoint)

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Born fait partie du bassin versant de la Garonne.

La commune est traversée, à la frontière avec le Tarn-et-Garonne, par le Tescou, un affluent du Tarn, qui passe notamment par Gaillac et Montauban. Le Born est également traversé par de très nombreux ruisseaux, et notamment le Verdet, affluent du Tescou, sur la frontière avec le Tarn.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 085 hectares ; son altitude varie de 120 à 215 mètres[5].

Le relief de la commune est plutôt vallonné : on compte de nombreuses collines sur l'ensemble du territoire communal, avec un relief variant très souvent : il y a très peu de terrains vraiment "plats" sur la commune.

Climat[modifier | modifier le code]

Le Born connaît un climat océanique altéré[6], qui est similaire à celui du nord et du centre de la région Occitanie. Ce climat est comparable à celui des régions du centre de la France (notamment Paris), même s'il est plus chaud, car plus au sud.

Dans la commune, les hivers sont plutôt doux à frais, alors que les étés sont plutôt chauds et secs, même si certains orages amènent de fortes précipitations. Le printemps est particulièrement humide : les mois d'avril et de mai sont particulièrement arrosés. La commune, comme le nord de la Haute-Garonne, est bien ensoleillée : on compte environ 2050 heures d'ensoleillement moyen par an[7].

Le Born connaît très souvent des orages violents, et est souvent soumise à des vents violents, notamment la tramontane. Ces vents sont d'ailleurs généralement plus intenses que dans les communes voisines, du fait du fort relief de la commune et du fait que c'est l'une des communes les plus hautes des environs. Le village connaît également régulièrement des épisodes de fortes sécheresses et de canicules en été.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Ancien panneau d'entrée dans la Haute-Garonne situé sur la D999, au niveau de Labéjeau, au nord de la commune.

La commune du Born est traversée, au nord, par la route départementale 999 (ex-route nationale 99), qui relie Montauban à Gaillac sur le parcours passant par la commune. Cette route menait auparavant jusqu'à Plan-d'Orgon, dans les Bouches-du-Rhône, en passant notamment par Albi et Nîmes. La route ne passe pas par le centre-village, bien plus au sud. La route permet notamment de relier la commune avec les communes voisines de Saint-Nauphary, Monclar-de-Quercy ou encore Salvagnac.

Le Born est également le départ de la route départementale 14, route très empruntée aux heures de pointes, ralliant la commune à Villemur-sur-Tarn et Saint-Alban, juste au nord de Toulouse. Le Born est également le point de départ d'une route moins importante, la route départementale 47, reliant l'est de la commune à l'ouest de la commune voisine de Varennes, en Tarn-et-Garonne. Cependant, comparé aux communes voisines, comme Villemur-sur-Tarn, il y a très peu d’accès pour se rendre sur la commune : on compte seulement quatre routes qui permettent d'atteindre le centre-village depuis les communes voisines.

Pour des trajets plus longs, la commune est entourée de nombreuses autoroutes : l'autoroute A62, ralliant Toulouse à Bordeaux, située à 22 km à partir de la sortie 10.1 (Saint-Jory), l'autoroute A20, ralliant Montauban à Vierzon, située à 22 km à partir de la sortie 63 (Albi-Gaillac), et enfin l'autoroute A68, ralliant Toulouse à Albi, située à 29 km à partir de la sortie 4 (Buzet-sur-Tarn).

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Les seules lignes de transports en commun desservant la commune sont les lignes scolaires, et notamment les lignes 107-16 vers les lycées de Montauban, S6007 vers le lycée de Fronton, ainsi que plusieurs autres lignes vers l'école du Born et le collège de Villemur-sur-Tarn.

Le réseau Arc-en-Ciel dessert la commune voisine de Villemur-sur-Tarn, à 4 km, avec les lignes Hop!1, 51, 52, 55 et 75, lignes permettant de rejoindre l'agglomération toulousaine, le métro Borderouge, la gare routière de Toulouse ou encore Fronton et Bessières. Les lignes 717 et 921 du réseau liO desservent également des communes voisines, à moins de 5 km, et permettent de rejoindre Montauban.

Les gares reliées au réseau national les plus proches sont celles de Castelnau-d'Estrétefonds, située à 23 km (sur la ligne de Bordeaux à Sète) et de Montauban-Villebourbon, située à 25 km (sur les lignes de Bordeaux à Sète et sur celle de Orléans à Montauban). Une autre gare, reliée au réseau régional TER Occitanie, est située à proximité de la commune : celle de Rabastens-Couffouleux, à 20 km, sur la ligne de Brive-la-Gaillarde à Toulouse.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La commune comprend un habitat très dispersé : le bourg, situé au sud-est du territoire communal, est de très petite taille et n'englobe que très peu de maisons. Le centre-village est également situé à proximité directe avec le territoire communal de Villemur-sur-Tarn et le département du Tarn. La plupart des habitations sont situées sur les routes de la commune, principalement sur les routes reliant le centre-village à Tauriac, Varennes, Villemur-sur-Tarn ou Montauban.

Les habitations sont également regroupées au niveau de lieux-dits, comme Les Camparnals (situé sur la route de Varennes), Labéjeau (sur la route de Montauban). On a également d'autres lieux-dits sur la commune, ne regroupant pas forcément plus d'habitations, comme Berdet (au niveau de la route de Tauriac), Le Buguet (en centre-village) et Le Coustou (au niveau du lac, à côté du centre). Ces lieux sont des endroits d'habitats « historiques », où les premières constructions sont apparues il y a longtemps. Aujourd'hui, l'habitat est plus dispersé sur l'ensemble de la commune, et pas uniquement à ces lieux-dits ou anciens hameaux.

Logement[modifier | modifier le code]

En 2014, le nombre total de logements dans la commune était de 198, alors qu'il était de 174 en 2009[8].

Parmi ces logements, 93,4 % étaient des résidences principales, 2 % des résidences secondaires et 4,5 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 99 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 0,5 % des appartements.

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 94,1 %, en légère hausse par rapport à 2009 (93,3 %). La commune ne compte pas de logement HLM.

Sur la commune, les logements sont essentiellement des fermes rénovées ou à l'abandon, ou alors de récentes maisons individuelles, construite dernièrement, comme on en voit de plus en plus sur la commune.

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas vraiment de grand projet d'aménagement sur la commune, d'un immeuble ou d'une zone d'activité par exemple. Cependant, en 2016, le schéma de cohérence territoriale (SCOT) du nord toulousain, dont dépend Le Born, recommande une expansion des constructions au nord-est du centre-village, d'une taille de 18 hectares d'expansion urbaine[9]. Cette zone est une des rares sur la commune à être vraiment « plate », sans relief remarquable, alors que la commune connaît un dénivelé important presque partout, même en centre-ville, celle-ci étant construite en haut d'un coteau et à flanc de celui-ci. Ce rapport évoque également 4 hectares, au sud, le long de la route de Montauban, où pourraient être développées des activités économiques. Il existe en effet peu d'entreprises sur la commune.

Selon ce même rapport, effectué sous forme de cartographie, la commune comprendrait de nombreuses zones naturelles à conserver (des forêts par exemple, nombreuses sur le territoire).

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune fait l'objet de plusieurs risques : elle est située à 60 km de la centrale nucléaire de Golfech, ce qui représente un risque. Le Born n'est cependant pas situé dans la zone d'exclusion[10]. La commune est exposée à un risque de séisme de 1/5 (risque très faible), comme la majeure partie du sud-ouest de la France[11]. La commune est également concernée par un risque moyen de retrait-gonflements des sols argileux, ce qui peut créer des fissures dans certains bâtiments de la commune[12]. Les risques d'inondations ne concernent pas le territoire communal[13].

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom de la commune du Born viendrait en fait de sa localisation. Située en Haute-Garonne, elle est également limitrophe des départements du Tarn et de Tarn-et-Garonne : c'est un « village-borne ».
Du mot pré-latin, Borna (« trou, source »), sans doute d'origine gauloise.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est une voie de passage très importante depuis longtemps, et encore aujourd'hui, du fait de sa proximité avec Villemur-sur-Tarn et le Tescou[14].

Au XIe siècle, la commune devient la possession de l'abbaye Sainte-Foy-de-Conques. Le Born devient alors un lieu de pèlerinage important. La paroisse devient une bastide en 1271, sous la volonté de Raymond VII, comte de Toulouse de l'époque. Le Born devient une commune à part entière en 1790[14].

Sous l'Ancien Régime, la collectivité faisait partie du Bas-Montauban.

La commune a eu, auparavant, deux noms différents : jusqu'en 1793, la commune s'appelait Leborn, tout attaché. Ce nom fut changé en 1801, pour s'appeler Le Boru. La commune reprend son nom d'aujourd'hui en 1930[15].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie et le monument aux morts.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Politiquement, Le Born est une commune avec une sensibilité de droite.

Lors des élections législatives de 2017, à Le Born, au premier tour, Jean-François Portarrieu (LREM), a obtenu 32,73 %, suivi par Julien Léonardelli (FN) avec 23,64 % des voix, puis par Jean-Marc Dumoulin, maire de Villemur-sur-Tarn (UDI-LR), avec 23,18 % des voix, l'un des records de la circonscription, et enfin par Sylvie Espagnolle-Labrune (LFI), avec 8,18 % des voix.

Lors de l'élection présidentielle de 2017, à Le Born, c'est Marine Le Pen qui l'avait emportée au premier tour avec 31,36 % des voix, suivie par François Fillon avec 20,71 %, par Emmanuel Macron avec 20,41 % des voix et enfin par Jean-Luc Mélenchon avec 13,31 % des voix. Au second tour, c'est Emmanuel Macron qui l'avait emporté avec 51,27 % des voix, contre 48,73 % pour Marine Le Pen[16].

Lors de l'élection présidentielle de 2012, à Le Born, c'est Nicolas Sarkozy qui l'avait emporté au premier tour avec 29,8 % des voix, suivi par Marine Le Pen avec 23,18 % des voix, et enfin par François Hollande avec 20,53 % des voix. Au second tour, c'est Nicolas Sarkozy qui l'avait emporté à Le Born avec 58,03 % des voix, contre 41,97 % des voix pour François Hollande[16].

Cette tendance se confirme lors des scrutins locaux, hors des élections municipales cependant, où c'est un maire de gauche qui a été élu (à noter que le maire du village ne s'est présenté sous l'étiquette d'aucun parti politique : il est seulement apparenté divers gauche).

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Alain Svobodny    
mars 2008 En cours Robert Sabatier DVG Retraité

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Le Born est située en région Occitanie, dans le département de la Haute-Garonne et l'arrondissement de Toulouse[2].

Le Born fait partie du canton de Villemur-sur-Tarn, et a toujours fait partie de ce canton depuis l'existence de ceux-ci (en 1793), sauf une année, en 1801, où Le Born fut rattaché au canton de Fronton[17]. Le canton de Villemur-sur-Tarn comptait, avant le redécoupage cantonal de 2014 en France, quelques 7 communes, toutes situées à moins de 10 km du village, alors qu'aujourd'hui ce canton compte 19 communes, allant jusqu'à Bessières, Gargas, ou encore Villeneuve-lès-Bouloc et Castelnau-d'Estretefonds. En 2014, le canton du nord de la Haute-Garonne comptait plus de 40 000 habitants.

La commune fait partie, depuis 2010 et le redécoupage des circonscriptions dans le département, de la cinquième circonscription de la Haute-Garonne[18]. Celle-ci englobe le nord-est du département, et les communes de Villemur-sur-Tarn, Fronton, Grenade, et descend même jusqu'à l'agglomération toulousaine, avec Castelginest et Fenouillet, entre autres. Au vu des résultats récents, la circonscription semble avoir une sensibilité de gauche. Le député du secteur est, en 2018, Jean-François Portarrieu, issu du parti La République En Marche. Avant 2010, la commune faisait partie de la deuxième circonscription de la Haute-Garonne.

Le Born fait également partie de la communauté de Communes du Val Aïgo, qui regroupe huit communes[19], toutes situées dans le canton de Villemur-sur-Tarn, en Haute-Garonne. Villemur est par ailleurs le bureau centralisateur de l'intercommunalité, qui compte également comme membres Bessières, Villematier ou encore Mirepoix-sur-Tarn. Avec moins de 15 000 habitants en 2015, la communauté de communes est la plus petite de la Haute-Garonne en nombre d'habitants[20].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes de Val'Aïgo[21].

La déchetterie du secteur de la communauté de communes est celle de Pechnauquié, à Villemur-sur-Tarn[22].

Finances locales[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Le Born n'a jamais été une commune très peuplée : elle n'a jamais dépassé les 500 habitants, si ce n'est en 2015. D'ailleurs, la commune connaît une très forte croissance démographique depuis les quinze dernières années : entre 2004 et 2015, le nombre d'habitants a presque doublé. Cette augmentation s'explique par le fait que la commune est membre de l'aire urbaine de Toulouse, et la métropole étant très dynamique, Le Born profite de cette récente attractivité, mais aussi de l'étalement urbain de l'agglomération toulousaine. On peut aussi expliquer cette augmentation par l'expansion de la commune de Villemur-sur-Tarn, dont les constructions se rapprochent de plus en plus du territoire communal de Le Born. Par ailleurs, la croissance démographique est très importante dans la commune (19,03 % d'habitants en plus en 5 ans), elle est près de trois fois plus élevée que dans le reste de la Haute-Garonne (+7,35 %).

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[24]. En 2016, la commune comptait 525 habitants[Note 1], en augmentation de 14,63 % par rapport à 2011 (Haute-Garonne : +6,98 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
270253295361361368360360360
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
419436421426412420401402357
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
351356336276249247245223240
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
223186194266303261289412499
2016 - - - - - - - -
525--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[27] 1975[27] 1982[27] 1990[27] 1999[27] 2006[28] 2009[29] 2013[30]
Rang de la commune dans le département 369 342 295 257 297 290 264 247
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le Born fait partie de l'académie de Toulouse. La commune compte une école primaire publique, rouverte en 2009, après huit ans de fermeture[31]. Jusque-là, les élèves allaient aux écoles publiques de Varennes ou de Villemur-sur-Tarn. L'école comptait sept élèves en 2001[31], elle compte aujourd'hui quelque 96 élèves[32].

Le collège le plus proche est le collège public Albert Camus, situé à Villemur-sur-Tarn (5 km). Les lycées les plus proches sont : le lycée général Pierre Bourdieu à Fronton (15 km) et le lycée Antoine Bourdelle de Montauban (24 km).

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La commune est animée par un comité des fêtes. Celui-ci organise plusieurs manifestations chaque année, notamment le feu de la Saint-Jean en juin, ou la fête annuelle du village, mi-juillet.

Santé[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de médecin au Born, cependant il en existe de nombreux à moins de 10 km du village : à Villemur-sur-Tarn, à Montgaillard et à Villebrumier. Les hôpitaux les plus proches sont ceux de Montauban ou Toulouse. Il y a également deux cliniques spécialisées à Bondigoux et Fronton, et un médecn urgentiste à Saint-Alban.

Sports[modifier | modifier le code]

Il existe un lac sur le territoire communal, à proximité directe du centre-village. Il est donc possible de pêcher dans celui-ci. Plusieurs lâchers, de truites notamment, sont organisés chaque année, au printemps. Il existe un terrain de basket-ball aménagé à la sortie du village, ainsi qu'une aire de pique-nique.

Il existe également une association de chasse sur la commune, qui chasse dans les nombreuses forêts du Born. Plusieurs circuits de randonnée sont ouverts à proximité de la commune, notamment sur les coteaux, situés sur la commune de Villemur-sur-Tarn, à environ 2 km du centre-village. La pétanque est également pratiquée dans le village.

Médias[modifier | modifier le code]

La commune édite un bulletin annuel d'informations. Elle est couverte par France 3 Midi-Pyrénées et son édition locale Toulouse-Métropole, et par l'édition locale nord-est de la Haute-Garonne de La Dépêche Du Midi.

Cultes[modifier | modifier le code]

Le Born possède une église catholique, située en face de la mairie, l'église Sainte-Foy. Celle-ci est visible depuis de nombreuses communes avoisinantes.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 21 229 €[33]. Pour des raisons de secret statistique, le nombre de ménages fiscaux imposables n'est pas précisé sur le site de l'INSEE.

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2014, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 308 personnes, parmi lesquelles on comptait 78,6 % d'actifs dont 70,8 % ayant un emploi et 7,8 % de chômeurs[8].

On comptait 46 emplois dans la zone d'emploi, contre 33 en 2009. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 219, l'indicateur de concentration d'emploi est de 21,1 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre un peu plus d'un emploi pour cinq habitants actifs.

Un champ situé sur la route de Montauban, au niveau du lieu-dit Labéjeau, au nord de la commune.

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2015, Le Born comptait 43 établissements : 8 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 1 dans l'industrie, 8 dans la construction, 19 dans le commerce-transports-services divers et 7 étaient relatifs au secteur administratif[8].

En 2016, 3 entreprises ont été créées à Le Born, toutes par des autoentrepreneurs.

Le nombre d'entreprises sur la commune est très faible car les politiques menées par la municipalité favorisent la construction d'habitations plutôt que d'entreprises, comme ça a toujours été le cas, du fait de la présence de grosses zones d'emplois à proximité (Villemur-sur-Tarn, Eurocentre, Montauban, Toulouse...). Les contraintes liées à la construction sont peut-être aussi un obstacle, du fait de la présence de sites naturels comme des forêts, de peu d'espaces constructibles pour l'instant (peu de voies de communications) et surtout de l'important relief sur tout le territoire de la commune.

Secteur primaire[modifier | modifier le code]

A l'origine, c'est le secteur majoritaire à Le Born : les exploitations agricoles représentaient la majorité du territoire de la commune. Mais aujourd'hui, on compte de moins en moins d'exploitations agricoles, du fait de l'extension des constructions sur la commune liée à la croissance démographique, très forte sur la commune. En 2015, on comptait encore huit exploitations agricoles sur la commune, mais ce chiffre tend à baisser dans les prochaines années, du fait de nombreux rachats de terrain pour construire des habitations.

Secteur secondaire[modifier | modifier le code]

A contrario, ce secteur n'a jamais tenu une place importante dans la commune : on ne compte qu'un seul site industriel mineur sur la commune. Par contre, il y a huit entreprises de construction dans le village, chiffre important pour une commune de cette taille.

Secteur tertiaire[modifier | modifier le code]

Il n'y a aucun commerce de proximité sur la commune (boulangerie, presse...) du fait de la petite taille de la commune et de son bourg, mais aussi de la présence de grands pôles commerciaux à côté, notamment à Villemur-sur-Tarn (3 km). On compte seulement des entreprises de services ou de transports sur la commune, pas d'entreprises commerciales donc, sauf peut-être des entreprises proposant la vente de produits fermiers.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Foy.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le principal monument, visible depuis l'extérieur de la commune, est l'église Sainte-Foy, située en plein centre-village. Elle arbore un clocher-mur (ou à campenard), typique de la région. Celui-ci est particulièrement ajouré. L'histoire de cette église est plutôt mystérieuse, plusieurs sources différentes existent : l'église aurait pu être construite par des moines de l'abbaye de Moissac, vers 1250. D'autres informations, moins crédibles, affirment que l'église aurait été construite par les Anglais[34].

On peut voir plusieurs monuments aux morts sur la commune, et notamment celui situé sur la place de la Mairie, particulièrement visible.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de bâtiment culturel sur la commune. Cependant, on compte une médiathèque-ludothèque à Villemur-sur-Tarn et Fronton entre autres, et des musées et salles de spectacles sur Toulouse et Montauban.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Le Born ne compte pas de site naturel véritablement classé ou protégé. Cependant, la commune comprend de nombreuses forêts, classées comme remarquables et à préserver par le dernier rapport du SCOT (SChéma de Cohérence Territoriale) du nord-toulousain, daté de 2016[9]. On trouve dans ces forêts une faune et une flore très variée et diverse, et la commune est par ailleurs très prisée pour ses champignons à l'automne. On compte également de nombreux points de vue, où l'on peut parfois voir jusqu'aux Pyrénées. La nuit, on y aperçoit les lumières de la métropole toulousaine. On aperçoit également le clocher de l'église de Montjoire, commune pourtant située à une vingtaine de kilomètres à vol d'oiseau, et les communes de Bondigoux, Layrac-sur-Tarn et La Magdelaine-sur-Tarn en contrebas. D'autres points de vue permettent la vision des nombreuses forêts avoisinantes. Les points de vue les plus remarquables sont situées sur les routes de Varennes et de Tauriac. Sur cette dernière, on aperçoit même le clocher de Montvalen et son village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Psyché par Pierre-Bernard Prouha; Musée des Augustins de Toulouse.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Le Born

Son blasonnement est : De sable à la bordure d'or.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Infos, distance et photos de Le Born », sur www.voldoiseau.com (consulté le 5 août 2017)
  2. a et b « Commune du Born », sur www.insee.fr (consulté le 5 août 2017)
  3. http://www.voldoiseau.com/31340-HAUTE-GARONNE-LE-BORN/
  4. Carte IGN sous Géoportail
  5. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  6. Meteo France, « METEO FRANCE - Tout savoir sur le climat en métropole », sur www.meteofrance.fr (consulté le 24 juillet 2017)
  7. Meteo France, « CLIMAT %%% par Météo-France - Normales et relevés sur la station de %%% », sur www.meteofrance.com (consulté le 25 juillet 2017)
  8. a b et c « Dossier complet, commune du Born », sur insee.fr (consulté le 24 juillet 2017)
  9. a et b « Cartographie SCOT Nord-Toulousain » (consulté le 27 février 2018).
  10. « Accident nucléaire : Êtes-vous dans la zone d'exclusion ? », sur www.luckynuke.net (consulté le 5 août 2017).
  11. BRGM, « Zonage sismique de la France - Le Plan Séisme », sur www.planseisme.fr (consulté le 5 août 2017).
  12. Cartographie de l'aléa retrait-gonflement des argiles dans le département de la Haute-Garonne, (lire en ligne).
  13. « Risque inondation en Haute-Garonne » (consulté le 6 août 2017).
  14. a et b « Le Born - Communauté de communes de Val'Aïgo » (consulté le 3 février 2018)
  15. « Mairie du Born, la Commune du Born et son village (31340) (Haute-Garonne). », sur Annuaire-Mairie (consulté le 26 juillet 2017)
  16. a et b « Le Born (31340) : résultats élections législatives 2017 », Franceinfo (consulté le 10 juin 2017)
  17. « Le Born - Notice Communale », sur cassini.ehess.fr (consulté le 3 mars 2018)
  18. Assemblée nationale, « Haute-Garonne - Carte des circonscriptions - Élections législatives de 2012 », sur www.elections-legislatives.fr (consulté le 5 août 2017)
  19. SemiColonWeb, « Le territoire Val'Aïgo - Communauté de communes de Val'Aïgo », Communauté de communes de Val'Aïgo,‎ (lire en ligne, consulté le 24 juillet 2017)
  20. Anthony Assemat, « [Carte] Communautés des communes : voici le nouveau paysage en Haute-Garonne », Actu Toulouse,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mars 2018)
  21. http://www.valaigo.fr/vivre/vos-dechets/la-decheterie/
  22. SemiColonWeb, « La déchèterie - Communauté de communes de Val'Aïgo », Communauté de communes de Val'Aïgo,‎ (lire en ligne, consulté le 5 août 2017)
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  27. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  28. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  29. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  30. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  31. a et b Marie Lagedamon, « Le Born. Quand les mamans font renaître l'école », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le 25 juillet 2017)
  32. Ministère de l'Éducation nationale, « Annuaire : présentation des écoles, collèges, lycées, etc. », Ministère de l'Éducation nationale,‎ (lire en ligne, consulté le 25 juillet 2017)
  33. « Revenus et pauvreté des ménages en 2014 − Commune du Born (31077) | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 27 février 2018)
  34. « Villemur historique », sur letisserand-de-sayrac.com (consulté le 27 juillet 2017)
  35. Wikiphidias